La pêche et les Poisson N°861

Dans le numéro de février 2017 ( N°861) de la Pêche et les Poissons, retrouvez un dossier complet sur les moulinets casting (indispensable pour les pêcheurs qui veulent franchir le pas), un article sur l’impact réel du silure (nous vous conseillons également de lire les études scientifiques sur sa prédation), un article sur les leurres ultraviolets, la truite aux leurres souples, les amorces à feeder, le perche au coup  et bien plus encore…

 

Légal ou pas ?

C’est la fermeture en deuxième catégorie ! Pour ceux qui ne peuvent attendre début mai pour traquer de nouveaux les carnassiers, il existe cependant une alternative légale pour continuer à pêcher malgré tout. Bien-sûr, le but de cet article n’est pas de vous inciter à pêcher à tout prix pendant la fermeture mais de vous informer de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas.
Petit rappel indispensable : la fermeture est calquée globalement sur les périodes de reproduction des carnassiers , plus précisément sur celle du brochet car début mai, les sandres sont toujours sur leurs nids dans certains départements et les bass commencent à peine à songer à la gaudriole… Dans l’absolu, il est préférable de laisser tranquilles les carnassiers pendant la fermeture pour qu’ils frayent sereinement….

Que dit le code de l’environnement ?

L’Article R436-33 du code de l’environnement qui régit la pêche en France stipule : «  ...pendant la période d’interdiction spécifique de la pêche du brochet, la pêche au vif, au poisson mort ou artificiel et aux leurres susceptibles de capturer ce poisson de manière non accidentelle est interdite dans les eaux classées en 2ème catégorie« .

Appâts et leurres interdits :

De manière « non accidentelle » signifie donc des leurres destinés à la pêche du brochet. Sont donc strictement interdits :

Appâts naturels :
Vifs et poissons morts (posés ou maniés, entiers ou en morceaux), lard, encornet en lamelles, crevette ou bouquet et enfin les vers de terre sur une tête plombée ou en montage texan (avec un plomb balle brillante ou mat et une perle).

Il existe un vrai problème sur l’interprétation du texte de loi notamment sur l’utilisation ou du moins l’animation des vers de terre. Pour être totalement franc, pour la rédaction de cet article, après avoir consulté bons nombres de sites de Fédérations Départementales et l’Agence Française pour la Biodiversité (l’ex ONEMA) : rien n’est clair, rien n’est officiel ! Tout dépend de l’Agent verbalisateur sur lequel vous tomberez…

Les tribunaux statuant sur une éventuelle infraction semblent moins tolérants dans les départements où il y a des poissons migrateurs dont le saumon. L’animation de bouquets de vers de terre ou d’un gros lombric peut-être sanctionnable : certaines Fédérations tolèrent le ver de terre animé en drop-shot et/ou à la tirette (c’est le cas des Hauts-de-Seine et de l’Ouest Parisien ou de la Vendée) et d’autres interdisent le ver sur une tête plombée ou monté sur un hameçon texan avec un plomb balle brillant ou mat.
La tête plombée et/ou le plomb balle (montage carolina) près de l’hameçon ajouterait un stimuli visuel supplémentaire d’où l’interdiction dans certains départements. Le ver en plombée, posée et/ou au flotteur est quant à lui légal et ne pose pas de problème d’interprétation du texte de loi…

Leurres :
Poissons nageurs (imitatifs ou pas, aux couleurs réalistes ou flashy), jigs et micro-jigs, gros streamers, leurres souples imitatifs ou pas (shads, créatures, frogs, craws, octopus et ce quelles que soient leurs couleurs), cuillers (ondulantes, tournantes et à jigger ou de type « ice jig »), plombs palette, lames vibrantes, spintails, spinnerbaits, buzzbaits, chatterbaits, teaser à silure ou madaïs… Bref presque tous les leurres durs et souples sont interdits car ils peuvent tous potentiellement intéresser un gros prédateur tel que le brochet.

Appâts et leurres autorisés

De manière « non accidentelle », tels sont les termes de l’article R436-33 assez flous pour être litigieux et interprétables. Donc l’absolu, tous les appâts et leurres n’étant pas susceptibles d’intéresser un brochet sont donc autorisés : là encore, vous n’aurez peut-être pas la même interprétation du terme »non accidentelle » que les gardes de pêche, donc prudence… Sont donc autorisés :

Appâts naturels :
Larves (plécoptères, trichoptères, asticots, timas, vers de farine, teignes, vers de vase…), insectes (sauterelles, grillons…), graines de toutes sortes (maïs, lupins, tiger nuts, pois chiches, arachides…) et la pâte à truite.
Les vers de terre (vers de terreaux ou gros lombrics) au posé (avec ou sans flotteur) sont également autorisés. Là encore, du fait de l’interprétation du texte de loi, dans certains départements les vers de terre en montage tirette ou drop shot sont autorisés (ou du moins tolérés) : l’éloignement du plomb par rapport à l’hameçon serait un facteur déterminant de cette tolérance, là où un ver de terre sur une tête plombée ou avec un plomb balle sont interdits. Encore un fois, avant d’utiliser un ver de terre, contactez votre AAPPM et/ou Fédération Départementale et demandez-leur comment ils interprètent l’article  R436-33 du Code de l’Environnement et quels sont les ordres transmis aux gardes de pêche.

Imaginons que le dimanche 23 avril 2017, vous souhaitez pêcher le chevesne avec une imitation plastique de cigale montée sur un 16/100 : un insecte flottant n’intéresse pas, à priori, un brochet ; un 16/100 n’est pas un diamètre de fil adéquat pour pêcher le brochet et bien si vous tombez sur un garde de pêche têtu, il est en droit de vous verbaliser au vue de la loi floue, surtout si il argumente sur son procès verbal qu’une imitation de cigale peut intéresser un brochet… Sont donc autorisés :

Leurres souples :
Tout leurre souple qui n’imite pas un poisson et qui ne possède pas d’appendices caudales est légalement autorisé : imitations de larves, imitations d’insectes et mouches sèches, noyées et nymphes (attention les streamers sont interdits). Quant aux imitations de vers (petits vers de terreaux ou gros swamps) et bien là aussi : cela peut-être légal (ou du moins toléré) ou interdit… Les imitations de gros vers avec un appendice vibratoire (queue en faucille ou flagelles d’octopus sont quant à eux clairement interdits).

Leurres durs :
A priori, aucun leurre dur n’est autorisé : une imitation de coccinelle de 3cm animée sur un 16/100 serait verbalisable, même si entre nous il y a très peu de chance qu’un brochet même anémique puisse s’intéresser à un leurre dur à chevesne… En tout cas, nous ne vous conseillons pas de tenter votre chance !

Bien-sûr, si vous utilisez un appât ou leurre autorisé et que de manière accidentelle vous attrapez un brochet, sandre ou black pendant la fermeture, les poissons doivent être immédiatement remis à l’eau. Le mieux étant encore de ne pas les pêcher et les laisser tranquilles durant leurs périodes de reproduction.

Nul n’est censé ignorer la loi !

Un rappel à l’ordre n’étant pas toujours superflu, en tant que pêcheur vous avez des droits mais aussi des devoirs ! Une pêche responsable suppose le respect des règles contenues dans le Code de l’Environnement. Voici donc un petit récapitulatif (de la Fédération départementale du Pas-de-Calais) des amendes que vous encourez si vous vous faites contrôler en infraction :

450 € d’amende si vous pêchez en dehors des heures légales (1/2 heure avant le lever du soleil jusqu’à 1/2 heure après le coucher du soleil)
450 € d’amende si vous utilisez un mode de pêche prohibé
450 € d’amende si vous n’est pas affilié à une AAPPMA, si vous n’avez pas acquitté la redevance pour la protection du milieu aquatique
38 € d’amende si vous pêchez sans titre justifiant votre qualité de membre d’une AAPPMA ou du paiement de la redevance.
38 € d’amende  si votre carte de pêche n’est plus valable
1 500 € d’amende si vous pêchez l’anguille dans un lieu et/ou pendant une période où la pêche est interdite
750 € d’amende si vous ne respectez pas les interdictions permanentes de pêche et les réserves de pêche
1 500 € d’amende si vous pêchez de nuit (autre que sur les secteurs et avec les techniques éventuellement autorisées)
20 000 € d’amende si vous détruisez une zone de frayère
9 000 € d’amende si vous introduisez une espèce nuisible, non présente dans le milieu naturel ou ne provenant pas d’un établissement agréé
4 500 € d’amende et 2 ans d’emprisonnement si vous jetez dans l’eau des drogues ou appâts en vue d’enivrer les poissons
3 500 € d’amende si vous commercialisez le produit de votre pêche
450 € d’amende si vous refusez la réquisition de votre matériel de pêche ou si vous vous opposez à la constatation ou la recherche d’une infraction.

Bien-sûr, si vous commettez plusieurs infractions, les amendes se cumulent. Le montant des amendes peuvent également doubler si les infractions sont commises de nuit.

 

En conclusion : mettez-vous au feeder pendant la période de fraie des carnassiers pour les laisser se reproduire tranquillement…

 

Anodonte

Pecheur
26 janvier 2017

L’anodonte (Anodonta anatina) est un mollusques bivalves d’eau douce. Ces moules vivent et se déplacent lentement au fond de l’eau grâce à un pied unique ; enfoncées dans la vase, elles entrouvrent leurs coquilles pour laisser passer leurs siphons respiratoires. De par leur actions, les anodontes participent à la purification de l’eau et au cycle reproductif de la Bouvière (Rhodeus sericeus). La bouvière pond ses œufs dans la moule où les alevins se nourrissent du sang de la moule ; l’anodonte émet ensuite des larves appelées glochidies, qui s’attachent aux branchies ou à la peau de la bouvière et croîssent dans un kyste jusqu’à ce qu’ils soient prêts à éclore.

Plus d’info sur Wikipédia

Fox Rage 2017

Pecheur
25 janvier 2017

Retrouvez toutes les nouveautés 2017 signées Fox Rage (Fox Rage, Fox Rage Cat et Fox Rage Prédator :

Perch Pro 2017 – épisode 1

Pecheur
23 janvier 2017

Voici la nouvelle saison du Perch Pro, la télé-réalité halieutique 2.0 !
Dans cette série de six épisodes : cinq équipes de pêcheurs seront en compétition les uns contre les autres. 2 compétiteurs par bateaux et un cameraman pour 3 jours de pêche de la perche. Chaque jour ,un point est accordé à l’équipe qui attrape le plus gros poisson et un point est accordé à l’équipe qui attrapent le plus grand nombre de perche maillées (+ 25 cm). L’équipe avec le plus de points après trois jours gagnera.

Les équipes qui participent à cette saison de Pro Perch sont:
CWC : Albin Sharghi et Evert Oostdam
Vision / Fly-Dressing : Daniel Bergman et Steffan Jensen
Stockholms Fiske : Tom Backlund et Linus Raners
Illex / Gunki : Frédéric Jullian (le frenchi tatoué) et Thomas Engert
Sporting.se : Stephan Nielsen et Janne Kortelainen

Comment choisir son flotteur

Pecheur
20 janvier 2017

En feuilletant le catalogue Sensas, vous allez vous rendre compte qu’il existe une grande diversité de flotteurs. Afin de faciliter votre choix et que vous puissiez utiliser celui ou ceux qui répondront à toutes vos attentes suivant l’endroit où vous pratiquez et les poissons recherchés, Sensas vous proposons de faire un petit tour d’horizon sur les différents composants qui équipent nos différents flotteurs.

Antenne

Antenne fer
Les antennes en fer sont les plus fines. Plus elles sont fines et plus elles sont sensibles. Elles sont parfaites lorsqu’il s’agit de pratiquer les pêches techniques, lorsque les poissons sont méfiants. En règle générale, leur diamètre est compris entre 0,40 mm et 0,80 mm (avec la peinture). En règle générale, on utilise des flotteurs avec des antennes en métal lorsqu’on utilise des bas de ligne de 0,5/°° à 10/°° et des hameçons n° 18 jusqu’aux hameçons fait main n° 30. Toutes les antennes métalliques qui équipent nos flotteurs bénéficient d’une peinture fluorescente anti-capillarité.

Antenne fibre
En règle générale, il s’agit de fibre de verre transparente recouverte d’une peinture fluorescente (rouge, jaune ou orange). Les antennes fibres ont souvent un diamètre (suivant les flotteurs) de 0,5 mm à 1,5 mm. Il faut savoir qu’à diamètre égal, elles sont aussi sensibles que les antennes en fer et elles sont aussi plus visibles. Très solides, elles ne se tordent pas et ont l’avantage de toujours rester bien droite ce qui permet d’ailleurs de les utiliser avec un oeillet sur l’antenne. Les antennes fibres sont incontestablement les plus polyvalentes car elles associent sensibilité, visibilité et robustesse.

Antenne plastique pleine
Il s’agit des antennes les plus utilisées. Teintée dans la masse, les antennes pleines en plastique offrent une visibilité exceptionnelle. Leur diamètre est compris entre 0,6 mm et 4,5 mm suivant le type de flotteur (du plus sensible au plus gros porteur). Attention, comme ces antennes sont teintées dans la masse, elles peuvent aisément se colorier en noire à l’aide d’un marqueur. Pour que l’antenne retrouve ensuite sa couleur initiale, vous devrez alors utiliser de l’acétone.

Antenne plastique creuse
Généralement de taille comprise entre 1 et 6 mm, ces antennes sont utilisées sur les flotteurs pour la pêche à l’anglaise, au coup et à la bolognaise. Comme l’antenne est assez porteuse, il est possible d’obtenir un équilibrage parfait. Les antennes en plastiques creuses ont le mérite d’être très visibles et ce, par tout type de temps. Ces antennes sont généralement assez porteuses et sont absolument parfaites pour pêcher avec des esches assez volumineuses ou lorsque les conditions sont difficiles ; vent fort, vagues sur l’eau, passage de grosses péniches, etc.. Toutes nos antennes plastique creuses sont recouvertes d’une peinture fluorescente anti-capillarité.

Antenne bambou
Ces antennes porteuses ont l’avantage de rester bien sensible. Elles ont généralement un diamètre compris entre 1,5 mm et 3 mm. Au même titre que les antennes creuses, il est possible de les équilibrer à mi-antenne. Ces antennes sont généralement très utilisées par les pêcheurs qui pratiquent en carpodrome.

Antenne balsa
Elles sont généralement très porteuses (diamètre de 2 à 8 mm suivant le flotteur) et sont parfaites pour pêcher les beaux poissons à la pâte ou encore pour pratiquer les pêches à la graine(maïs, chènevis, blé). Elles sont aussi souvent utilisées par ceux qui pêchent les truites en plan d’eau avec des gros vers de terre, tébos, teignes, etc.

Oeillet

Oeillet situé sur la partie supérieure du corps
L’immense majorité des flotteurs possèdent un oeillet situé sur la partie supérieur du corps du flotteur. Ils ont l’avantage que lorsqu’on bloque la ligne, le flotteur ne ressort pas de l’eau.

Oeillet sur la base de l’antenne
Le fait que l’oeillet se trouve sur la base de l’antenne permet de pratiquer correctement la pêche « à retenir » car l’intégralité du corps du flotteur reste toujours sous l’eau. Cela permet aussi d’avoir un meilleur contrôle de ligne tout en bénéficiant d’un flotteur très sensible. Pour finir, la position de l’oeillet permet au pêcheur de retenir la ligne sans pour autant avoir la pointe de la canne sous l’eau ; De ce fait, les ferrages sont toujours plus efficaces !

Fil intérieur central
Très utilisé pour les pêches de gros poissons et les pêches dites à l’arracher, lorsque les poissons sont très nombreux. Les flotteurs équipés de ce type d’antenne sont généralement souvent très robustes. Tous nos flotteurs à fil intérieur central sont parfaitement étanches grâce à la présence d’une gaine plastique centrale qui traverse le flotteur de part en part.

Fil intérieur latéral
Permet d’avoir un flotteur très sensible tout en bénéficiant d’un flotteur robuste. Les flotteurs à fil intérieur latéral peuvent s’utiliser aussi bien en rivière, en canal qu’en étang.

Oeillet à extrémité de l’antenne balsa.
De part sa position, il permet de lancer le flotteur et d’éviter les emmêlements. L’oeillet permet de créer un sillage sur la surface de l’eau lorsqu’on récupère le flotteur. Des modèles souvent très utilisés par les pêcheurs de truites en étang.

Quille

Quille fer Inox
Toutes nos quilles sont traitées contre la corrosion. Les quilles en fer sont les plus utilisées. Elles assurent au flotteur une grande stabilité tout en conservant une grande sensibilité. Les quilles en fer sont idéales pour pratiquer les pêches à caler et pour pratiquer les pêches techniques. On en trouve aussi bien sur les flotteurs conçus pour pêcher les ablettes que sur les flotteurs plats. Diamètres généralement utilisés : de 0,3 mm à 1,2 mm.

Quille en fibre de verre
Ces quilles très robustes sont parfaites pour pêcher les carpes. Elles sont aussi souvent utilisées sur les flotteurs conçus pour la pêche à la bolognaise. Diamètres généralement utilisés : de 0,8 mm à 2 mm.

Quille en carbone
Elles sont identiques à celles en fibre de verre mis à part qu’elles sont plus légères et plus rigides. Elles assurent une meilleure sensibilité au flotteur. Elles sont parfaitement adaptées aux pêches de beaux poissons à l’agrainage, les pêches où il faut rajouter du fil ou encore lorsqu’il s’agit de pêcher dans les grands fonds (lac de barrage). Les quilles en carbones sont aussi parfaites pour détecter facilement toutes les touches dites « à relever ».

Corps

Il existe des centaines de formes différentes. En règle générale, pour faire simple, on utilise des flotteurs de forme boule (très stable) pour pêcher dans le courant. Les flotteurs de forme poire ou bouteille sont polyvalents et les flotteurs de forme dite « carotte » sont les plus adaptés pour pratiquer les pêches techniques en eau calme.

Balsa
Il s’agit du meilleur matériau qui confère au flotteur une bonne solidité et sensibilité.

Mousse super compétition
Mousse issue de l’aéronautique de très grande qualité, qui ne boit pas l’eau et d’une densité parfaite. À taille égale par rapport à un flotteur en balsa, celui en mousse bénéficie d’un plus petit volume, d’où une sensibilité accrue !

Peinture

L’ensemble des flotteurs qui composent notre gamme bénéficient tous d’une peinture anti-capillarité. Elle a pour caractéristique de ne pas « accrocher » l’eau. Cette peinture assure aussi une parfaite imperméabilité du flotteur.

Gammare

Pecheur
19 janvier 2017

Le Gammare est un crustacé marin ou d’eau douce de l’ordre des amphipodes. Ils sont protégés par un exosquelette de chitine et sont l’aliment de base de tous les poissons, que ce soit les cyprinidés ou les carnassiers juvéniles…
Les amphipodes font partie des espèces susceptibles de bioconcentrer de nombreux polluants, dont des métaux lourds.

Plus d’info sur Wikipédia

Pêche Mouche N°118

Pecheur
18 janvier 2017


Pêche Mouche numéro 118 (janvier – février 2017) fait peau neuve avec une nouvelle maquette et de nouvelles rubriques pour coller d’avantage avec les goûts et préoccupations de ses lecteurs.
Dans ce numéro, découvrez la sélection de 10 mouches pour préparer la saison, un article sur les accessoires pour être fin prêt le jour J et pour lutter contre le froid, un dossier sur le Thymallus tymallus, les mouches « secrètes » des Vice-champions du Monde, un portrait de Christophe Le Merrer et sa philosophie de pêche et de montage, un dossier sur l’utilisation des différentes densité des soies, les tubes fly, l’avenir du saumon français, des fiches de montage, l’atout du poil de chevreuil, des tests , des hots spots en France et des carnets de voyage…
Plein de nouvelles rubriques, une mise en page plus actuelle : que du bon et de l’indispensable pour tous moucheurs !

Prêle des marais

Pecheur
17 janvier 2017

La Prêle des marais (Equisetum palustre) est une herbacée pérenne répandue dans toute l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. De par la présence de Thiaminase dans sa composition (enzyme responsable de la destruction de la vitamine B), elle est moyennement toxique et responsable d’empoisonnement du bétail, notamment de chevaux (démarche hésitante, spasmes, diarrhées, chutes, paralysie).

Plus d’info sur Wikipédia

CNPL 2017

Qu’’il vente, qu’’il pleuve ou qu’’il neige (ce qui est presque toujours le cas), comme à chaque début d’’année depuis plus de 25 ans, les forces vives de la planète pêche se sont retrouvées en Auvergne du 13 au 15 janvier 2017 pour le Carrefour National Pêche & Loisirs. Mobilisant quelques 160 exposants et drainant en moyenne  20 à 25 000 personnes, la 28ème édition du salon de Clermont a confirmé sa place de 1er rendez-vous national de la pêche en eau douce.

L’édition 2017 vit le retour de grands noms à Clermont comme Sert, Sakura, Garbolino, Adam’s, Suissex pour le plus grand plaisir des  amoureux de ces marques et l’arrivée de nouveaux dans la cour des grands comme Fish Connection, Naskan, Black Flagg, Hook’n Fishing, Green Devil et bien d’autres…

Cette édition fut également l’occasion pour les visiteurs de rencontrer des créateurs de renom.
Mads Grosell, alias M. Savage Gear dédicaçait ses créations dont le Suicide Duck et son 3D Rad, énormes succès 2016 tant pour le réalisme de la nage du petit rongeur que pour le côté fun de pêcher avec un caneton.
Yuki Ito, le fondateur de la mythique marque nipponne Megabass était présent sur le stand bondé d’Ultimate Fishing pour présenter notamment le projet Kiss : des cannes Megabass Destroyer spécialement développées pour la France mais nous en reparlerons sûrement…
C’est au coeur du stand Fox, Fox Rage, Fox Cat et Matrix que vous pouviez rencontrer Piotr Piskorski, le fondateur de Salmo, le spécialiste des leurres de très belles factures en bois, entièrement faits à la main et que les aficionados connaissent bien. Maintenant distribués par Fox, les Salmo seront désormais plus accessibles et rencontreront sûrement un succès mérité.

Impossible de présenter ici toutes les nouveautés tant les catalogues 2017 fourmillent de petites pépites. Des leurres de nouvelles couleurs, tailles ou tout simplement des modèles pas encore connus des carnassiers ; des cannes en carbone haut module toujours plus sensibles et résistantes ; des moulinets toujours plus légers et fluides : 2017 sera encore une belle année, malheureusement pas assez longue pour essayer tous ces petits bijoux et assouvir notre passion du poisson.

Vous pouvez retrouvez les meilleurs moments du salon de Clermont 2017 en replay sur Fishing TV.