Sondeur : comment régler la sensibilité ?

Pecheur
7 février 2017

Il est très important de savoir régler la sensibilité de son sondeur. Voici la méthode la plus simple et la plus efficace présentée par Numa sur son Helix 9 d’Humminbird.

Verticale : comment tenir sa canne ?

Pecheur
15 décembre 2016

La pêche en verticale en eau douce intéresse de plus en plus de pêcheurs de sandres et de perches. Au fil des différentes vidéos d’Ultimate Fishing portant sur le sujet, voici les réponses aux nombreuses questions posées sur la verticale.
Nicolas Cadiou vous propose une réponse en vidéo à la question sur les différentes façons de tenir sa canne.

 

La chance à la pêche

Pecheur
27 octobre 2016

Picto engrenagesbrochet pecheur.comLa chance aide parfois, le travail toujours…

On peut faire des milliers de kilomètres par an, rester concentré des heures voire des jours, dépenser des sommes folles en matériel, sacrifier toute vie sociale, il faut se rendre à l’évidence que des fois cela ne suffit pas : la chance peut jouer un rôle pour certaines prises ! Voici un petit récit édifiant qui le prouve.

Ce matin printanier je suis à la recherche de brochets sur un lac de barrage. Mon collègue Alex m’accompagne, et nous commençons à peigner une bonne longueur de bordure, lui en essayant les perches sur des petits jerkbaits moi sur des gros swimbaits pour sélectionner les beaux brochets.

A un moment Alex s’essaie au Rapala X-Rap Countdown de 7 cm (couleur Olive Green), mais il emmêle une fois sur deux. Pour voir si cela vient du leurre ou de son lancer, je lui demande la canne pour essayer. Je lance au plus loin derrière le bateau, et bien entendu en freinant à l’atterrissage cela ne s’emmêle plus ! Je mouline au plus vite pour essayer à nouveau quand le leurre se fait happer, et le scion se met à bouger fortement : un poisson est pendu ! Le seul de la matinée pour l’instant ! Et le pire, c’était un beau brochet de 80 cm qui n’avait pas daigné attaquer mes leurres spécifiques 5 minutes auparavant !

brochet-de-80cm-qui-a-voulu-du-petit-poisson-nageur

Une chance en amène une autre

Le lendemain, je pêche seul sur mon bateau, mais le midi je retrouve un ami pour manger ensemble sur la berge. Je dois tester quelques cannes bigbait pour un article dans le magazine en ligne 1Max2Peche, et après manger je profite de sa présence pour lui demander de faire mon photographe. On va notamment faire des photos de cannes pliées au lancer.

le-test-de-lancer-canne-pecheur-com

canne : Abu Garcia Svartzonker Signature
moulinet : Dam Quick Optimus 301

Je me place face au soleil, je prends la direction qui permet au photographe de bien voir la courbure de la canne et je lance de toutes mes forces. Je ramène au plus vite le leurre pour enchaîner les photos mais il m’arrive la même chose que la veille : je sens une attaque et le leurre ne veut plus du tout avancer dans ma direction. Mais là, le poisson vient moins vite, et il résiste beaucoup. Et pour cause, à la première chandelle on s’aperçoit que c’est un très beau brochet ! Enfin il est dans l’épuisette, et le mètre indiquera 107cm ! Bien sûr on hallucine tous les deux de la situation, et on ne sait pas quoi dire !

brochet-107cm-pecheur-com

Bref, ce week-end je n’aurais pris que 2 brochets, et les deux dans des circonstances très particulières, que l’on peut appeler sans doute de la chance !
Bien sûr il ne faut pas compter dessus à chaque fois, mais quand elle arrive, elle est bienvenue : ne boudons pas notre plaisir !

Anthony – Team Pecheur.com

BoatNyou ou le covoiturage en bateau

Pecheur
19 octobre 2016

Picto engrenagessondeur pecheur.comLe covoiturage en bateau

Tout le monde connait le concept du covoiturage, ou comment plusieurs personnes effectuant le même trajet en voiture partagent les frais de transport. Symbole de l’économie du partage, le covoiturage permet d’augmenter la durée d’usage d’un bien, de maximiser son utilisation et accessoirement de le « rentabiliser »…

boatnyou

 BlaBlaBoat

D’après une étude récente, seulement 8 % des français possèdent un bateau (pour une utilisation en mer ou en eau douce). Cette faible proportion est principalement due à l’investissement conséquent que représente un bateau, même acheté d’occasion. La faible utilisation des bateaux (en moyenne moins de 10 jours de navigation par an) rend donc le concept du co-navigation intéressant pour les propriétaires de bateaux souhaitant profiter plus de leurs embarcations.
Des sites, permettant à des particuliers de rentabiliser leurs bateaux en le louant à d’autres particuliers existent déjà, mais tout le monde n’a pas un permis bateau en poche pour naviguer seul à la barre d’un bateau loué à la journée. La solution la plus simple pour les personnes désirant découvrir les joies de la navigation est donc d’être passager et de se laisser piloter par le propriétaire du bateau.

BoatNyou est une plateforme communautaire qui met en relation des propriétaires de bateaux (appelés « Capitaines ») et des « passagers » afin de partager une ballade sur l’eau ou une sortie pêche que ce soit en eau douce (fleuve, rivière, grand lac) ou en mer. Les adeptes de sports nautiques ne sont pas en reste puisque des Capitaines proposent également leurs embarcations pour pratiquer du ski nautique, wakeboard, barefoot, wakesurf, bouée ou plongée…

Grâce à BoatNyou, vous allez diminuer le coût carburant de vos sorties, vous allez profiter davantage de votre bateau, vous ne sortirez plus seul et vous allez pouvoir partager votre passion de la navigation tout en faisant de belles rencontres.

boatnyou-facebook

Renseignements et inscription sur BoatNyou.

 

article-boatnyou

 

 

Comment choisir son sondeur

Picto engrenagessondeur pecheur.comComment fonctionnent les sondeurs, quelle différences entres les systèmes : bref lequel choisir ?

Dans cet article signé Wallstreetfishing, Sébastien Merceron vous donne quelques pistes pour mieux comprendre le fonctionnement d’un sondeur. Son achat n’est pas anodin, c’est un investissement et mieux vaut comprendre son mode de fonctionnement, ses qualités, ses défauts et savoir interpréter les caractéristiques affichées par les constructeurs (Lowrance et Humminbird) pour identifier celui qui collera le mieux à votre style de pêche. 

choisir-son-sondeur

lire la suite sur wallstreetfishing

Restube, l’accessoire qui peut vous sauver la vie…

Picto engrenagespicto-blog-giletLa sécurité est l’affaire de tous !

Il est obligatoire d’avoir, mais pas de porter (bizarrerie des législations) un système d’aide à la flottaison (gilet de sauvetage) sur un bateau d’au moins 2,5m propulsé par un moteur que ce soit en mer ou en eau intérieure ; en float tube aucune réglementation oblige le pêcheur à posséder et/ou porter un gilet et bien entendu, rien pour les pêcheurs du bord itinérants.

Comme rien n’est donc obligatoire (à part en canoës et/ou kayaks ainsi qu’en paddles où le port du gilet est obligatoire : autre bizarrerie légale) ; personne, à part ceux qui ne savent pas bien nager, portent volontairement un système d’aide à la flottaison.

Oui, nous sommes d’accord ; les gilets, en plus d’être plus ou moins moches, peuvent gêner les mouvements du pêcheur.
Petit tour des accessoires qui peuvent vous sauver la vie…

karl-lagerfeld-gilet-sauvetage

Gilet en mousse

Les gilets et/ou brassières en mousse sont composés d’une housse étanche (en nylon ou PVC) recouvrant de la mousse à haute densité, des sangles et une attache ventrale (plastique ou inox) pour fermer le gilet. indéniablement encombrants du fait de l’épaisseur de la mousse : le seul avantage de ces gilets réside donc dans leurs prix accessibles. Étant donné qu’il est obligatoire d’avoir autant de gilets que de passagers à bord du bateau, ce type de gilets est généralement choisi pour la plaisance. Cependant, il existe des gilets en mousse dédiés aux sports nautiques (notamment pour le kayak) qui permettent d’avoir plus de liberté de mouvements : l’échancrure au niveau des bras étant plus grande, vous êtes moins engoncés donc plus à l’aise pour pêcher.

Gilet gonflable

Les gilets gonflables sont, comme leurs noms l’indiquent, destinés à être gonflés : la mousse est remplacée par une « chambre à air » qui sera gonflée en un clin d’oeil par une petite bouteille de CO2 reliée à un percuteur, d’où un encombrement minimum et un confort de pêche maximum. Il existe deux systèmes de gonflage :

  • – gonflage manuel : le pêcheur doit tirer sur un cordon pour déclencher le gonflage du gilet.
  • – gonflage automatique : le gilet se gonfle dès qu’il est immergé, sans intervention humaine. Ce type de gilet offre une protection maximale car il se gonflera, même si son porteur tombe à l’eau inconscient, incapable de le déclencher manuellement. Deux types de percuteurs permettent de gonfler automatiquement ces gilets :
    • – les percuteurs à pastille de sel ou de cellulose (la pastille se désagrège au contact de l’eau et déclenche la percussion)
    • – les percuteurs hydrostatiques type Hammar : une fine membrane sensible à la pression de l’eau déclenche le gonflage du gilet.

 

Les gilets gonflables de forme »cravate » offrent encore plus de confort : le système de percussion étant regroupé au niveau du ventre du pêcheur, cette position n’entrave plus les mouvements et votre gilet se fera complément oublier. Retrouvez sur Pecheur un guide conseil pour bien choisir votre gilet.

gilets-sauvetage

Quid alors pour les pêcheurs à pieds ?

Bien-sûr, porter un gilet de sauvetage lorsque vous pêchez la truite en waders fera de vous la risée de vos congénères traqueurs de farios, idem pour les streetfishers qui arpentent avec style les berges urbaines à la recherches de perches citadines… Certes le ridicule ne tue pas mais une aide à la flottaison peut vous sauver la vie, et pour cela, une firme allemande a trouvé la solution pour allier sécurité, ergonomie et practicité : le Restube.

restube

Il ne s’agit pas d’un gilet à proprement parlé mais d’une bouée cylindrique où s’agripper afin de rejoindre sereinement la berge. Petit (14 x 7 x 5cm) et léger (270g), ce système de flottaison se présente sous la forme d’une housse renfermant une bouée gonflable avec un système de percussion manuelle, le tout s’attache à la taille via une solide sangle semblable à une simple ceinture. Qualité allemande oblige, la bouée du Restube est construite avec les mêmes matériaux que les gilets de sauvetage répondant à la norme DIN EN ISO 12402.

restube-close-up
En cas de chute dans l’eau depuis une berge, si vous tombez dans un trou et que vos waders se remplissent : il suffit de tirer sur la poignée du Restube pour que la bouée se gonfle instantanément ; la flottabilité de 75N correspond à environ 7 kg, ce qui est amplement suffisant pour garder votre la tête hors de l’eau.

restube-basic

restube-cartouche-co2Bien sûr, Restube est un système de flottaison réutilisable : dévissez le bouchon de la valve de la bouée, évacuez  l’intégralité du gaz contenue dans la bouée, refermez la valve, insérez une nouvelle cartouche de gaz dans le système de percussion, placez le clip vert de sécurité dans le percuteur, pliez le Restube en suivant le tracé imprimé sur la bouée et enfin rangez-le dans sa housse pour une future utilisation.

A noter que les cartouches de CO2 Restube (contrairement à beaucoup d’autres actuellement sur le marché) sont usinées pour résister durablement à la corrosion due au sel marin puisque le Restube est aussi utilisable en plongée et chasse sous-marine.

Certes, Restube n’offre pas le même niveau de sécurité maximal qu’un gilet de sauvetage automatique (notamment contre la noyade suite à un évanouissement), mais c’est un système de flottaison compact, ergonomique et économique que tout utilisateur de loisirs aquatiques devraient avoir.

Pour vous ou pour venir en aide aux autres, Restube est le système d’aide à la flottaison que tout pêcheur devraient porter à la taille : un coup de coeur du blog de Pecheur !