Légal ou pas ?

C’est la fermeture en deuxième catégorie ! Pour ceux qui ne peuvent attendre début mai pour traquer de nouveaux les carnassiers, il existe cependant une alternative légale pour continuer à pêcher malgré tout. Bien-sûr, le but de cet article n’est pas de vous inciter à pêcher à tout prix pendant la fermeture mais de vous informer de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas.
Petit rappel indispensable : la fermeture est calquée globalement sur les périodes de reproduction des carnassiers , plus précisément sur celle du brochet car début mai, les sandres sont toujours sur leurs nids dans certains départements et les bass commencent à peine à songer à la gaudriole… Dans l’absolu, il est préférable de laisser tranquilles les carnassiers pendant la fermeture pour qu’ils frayent sereinement….

Que dit le code de l’environnement ?

L’Article R436-33 du code de l’environnement qui régit la pêche en France stipule : «  ...pendant la période d’interdiction spécifique de la pêche du brochet, la pêche au vif, au poisson mort ou artificiel et aux leurres susceptibles de capturer ce poisson de manière non accidentelle est interdite dans les eaux classées en 2ème catégorie« .

Appâts et leurres interdits :

De manière « non accidentelle » signifie donc des leurres destinés à la pêche du brochet. Sont donc strictement interdits :

Appâts naturels :
Vifs et poissons morts (posés ou maniés, entiers ou en morceaux), lard, encornet en lamelles, crevette ou bouquet et enfin les vers de terre sur une tête plombée ou en montage texan (avec un plomb balle brillante ou mat et une perle).

Il existe un vrai problème sur l’interprétation du texte de loi notamment sur l’utilisation ou du moins l’animation des vers de terre. Pour être totalement franc, pour la rédaction de cet article, après avoir consulté bons nombres de sites de Fédérations Départementales et l’Agence Française pour la Biodiversité (l’ex ONEMA) : rien n’est clair, rien n’est officiel ! Tout dépend de l’Agent verbalisateur sur lequel vous tomberez…

Les tribunaux statuant sur une éventuelle infraction semblent moins tolérants dans les départements où il y a des poissons migrateurs dont le saumon. L’animation de bouquets de vers de terre ou d’un gros lombric peut-être sanctionnable : certaines Fédérations tolèrent le ver de terre animé en drop-shot et/ou à la tirette (c’est le cas des Hauts-de-Seine et de l’Ouest Parisien ou de la Vendée) et d’autres interdisent le ver sur une tête plombée ou monté sur un hameçon texan avec un plomb balle brillant ou mat.
La tête plombée et/ou le plomb balle (montage carolina) près de l’hameçon ajouterait un stimuli visuel supplémentaire d’où l’interdiction dans certains départements. Le ver en plombée, posée et/ou au flotteur est quant à lui légal et ne pose pas de problème d’interprétation du texte de loi…

Leurres :
Poissons nageurs (imitatifs ou pas, aux couleurs réalistes ou flashy), jigs et micro-jigs, gros streamers, leurres souples imitatifs ou pas (shads, créatures, frogs, craws, octopus et ce quelles que soient leurs couleurs), cuillers (ondulantes, tournantes et à jigger ou de type « ice jig »), plombs palette, lames vibrantes, spintails, spinnerbaits, buzzbaits, chatterbaits, teaser à silure ou madaïs… Bref presque tous les leurres durs et souples sont interdits car ils peuvent tous potentiellement intéresser un gros prédateur tel que le brochet.

Appâts et leurres autorisés

De manière « non accidentelle », tels sont les termes de l’article R436-33 assez flous pour être litigieux et interprétables. Donc l’absolu, tous les appâts et leurres n’étant pas susceptibles d’intéresser un brochet sont donc autorisés : là encore, vous n’aurez peut-être pas la même interprétation du terme »non accidentelle » que les gardes de pêche, donc prudence… Sont donc autorisés :

Appâts naturels :
Larves (plécoptères, trichoptères, asticots, timas, vers de farine, teignes, vers de vase…), insectes (sauterelles, grillons…), graines de toutes sortes (maïs, lupins, tiger nuts, pois chiches, arachides…) et la pâte à truite.
Les vers de terre (vers de terreaux ou gros lombrics) au posé (avec ou sans flotteur) sont également autorisés. Là encore, du fait de l’interprétation du texte de loi, dans certains départements les vers de terre en montage tirette ou drop shot sont autorisés (ou du moins tolérés) : l’éloignement du plomb par rapport à l’hameçon serait un facteur déterminant de cette tolérance, là où un ver de terre sur une tête plombée ou avec un plomb balle sont interdits. Encore un fois, avant d’utiliser un ver de terre, contactez votre AAPPM et/ou Fédération Départementale et demandez-leur comment ils interprètent l’article  R436-33 du Code de l’Environnement et quels sont les ordres transmis aux gardes de pêche.

Imaginons que le dimanche 23 avril 2017, vous souhaitez pêcher le chevesne avec une imitation plastique de cigale montée sur un 16/100 : un insecte flottant n’intéresse pas, à priori, un brochet ; un 16/100 n’est pas un diamètre de fil adéquat pour pêcher le brochet et bien si vous tombez sur un garde de pêche têtu, il est en droit de vous verbaliser au vue de la loi floue, surtout si il argumente sur son procès verbal qu’une imitation de cigale peut intéresser un brochet… Sont donc autorisés :

Leurres souples :
Tout leurre souple qui n’imite pas un poisson et qui ne possède pas d’appendices caudales est légalement autorisé : imitations de larves, imitations d’insectes et mouches sèches, noyées et nymphes (attention les streamers sont interdits). Quant aux imitations de vers (petits vers de terreaux ou gros swamps) et bien là aussi : cela peut-être légal (ou du moins toléré) ou interdit… Les imitations de gros vers avec un appendice vibratoire (queue en faucille ou flagelles d’octopus sont quant à eux clairement interdits).

Leurres durs :
A priori, aucun leurre dur n’est autorisé : une imitation de coccinelle de 3cm animée sur un 16/100 serait verbalisable, même si entre nous il y a très peu de chance qu’un brochet même anémique puisse s’intéresser à un leurre dur à chevesne… En tout cas, nous ne vous conseillons pas de tenter votre chance !

Bien-sûr, si vous utilisez un appât ou leurre autorisé et que de manière accidentelle vous attrapez un brochet, sandre ou black pendant la fermeture, les poissons doivent être immédiatement remis à l’eau. Le mieux étant encore de ne pas les pêcher et les laisser tranquilles durant leurs périodes de reproduction.

Nul n’est censé ignorer la loi !

Un rappel à l’ordre n’étant pas toujours superflu, en tant que pêcheur vous avez des droits mais aussi des devoirs ! Une pêche responsable suppose le respect des règles contenues dans le Code de l’Environnement. Voici donc un petit récapitulatif (de la Fédération départementale du Pas-de-Calais) des amendes que vous encourez si vous vous faites contrôler en infraction :

450 € d’amende si vous pêchez en dehors des heures légales (1/2 heure avant le lever du soleil jusqu’à 1/2 heure après le coucher du soleil)
450 € d’amende si vous utilisez un mode de pêche prohibé
450 € d’amende si vous n’est pas affilié à une AAPPMA, si vous n’avez pas acquitté la redevance pour la protection du milieu aquatique
38 € d’amende si vous pêchez sans titre justifiant votre qualité de membre d’une AAPPMA ou du paiement de la redevance.
38 € d’amende  si votre carte de pêche n’est plus valable
1 500 € d’amende si vous pêchez l’anguille dans un lieu et/ou pendant une période où la pêche est interdite
750 € d’amende si vous ne respectez pas les interdictions permanentes de pêche et les réserves de pêche
1 500 € d’amende si vous pêchez de nuit (autre que sur les secteurs et avec les techniques éventuellement autorisées)
20 000 € d’amende si vous détruisez une zone de frayère
9 000 € d’amende si vous introduisez une espèce nuisible, non présente dans le milieu naturel ou ne provenant pas d’un établissement agréé
4 500 € d’amende et 2 ans d’emprisonnement si vous jetez dans l’eau des drogues ou appâts en vue d’enivrer les poissons
3 500 € d’amende si vous commercialisez le produit de votre pêche
450 € d’amende si vous refusez la réquisition de votre matériel de pêche ou si vous vous opposez à la constatation ou la recherche d’une infraction.

Bien-sûr, si vous commettez plusieurs infractions, les amendes se cumulent. Le montant des amendes peuvent également doubler si les infractions sont commises de nuit.

 

En conclusion : mettez-vous au feeder pendant la période de fraie des carnassiers pour les laisser se reproduire tranquillement…

 

Ouvertures 2017

Pecheur
4 janvier 2017

La gestion de la pêche en France est gérée localement par les 4000 AAPPMA (Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques), chapeautées par leurs Fédérations Départementales (FDPPMA), elles-même sous l’égide de la FNPF, la Fédération Française de Pêche en France.

Pour pêcher en France (ailleurs que dans des eaux closes privées où vous n’avez besoin que de l’autorisation du propriétaire ou de ses ayant-droit) ; vous devez donc vous acquitter d’un droit de pêche, une taxe d’Etat incluse dans la fameuse et incontournable carte de pêche que vous pouvez acheter en ligne sur le site cartedepeche.fr. Car conformément à l’article L.436-1 du Code de l’Environnement : « toute personne qui se livre à l’exercice de la pêche doit obligatoirement être en possession d’une carte de pêche »…

En achetant une carte de pêche, vous devenez adhérent d’une association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA), et contribuez ainsi aux actions des bénévoles de votre association visant à entretenir, restaurer, gérer les milieux aquatiques et valoriser les populations de poissons. Vous acquittez également une redevance pour la protection des milieux aquatiques versée aux Agences de l’eau, qui ont pour mission de faciliter les actions en faveur des milieux aquatiques dans chaque bassin hydrographique.

Même si le prix de la carte de pêche est presque harmonisé au niveau national, la ventilation des différentes taxes qui la composent varie suivant les départements et les montants attribués aux AAPPMA et FDPPMA. Globalement, l’achat d’une carte de pêche Interfédérale de 95€ donne lieu au paiement de :
– une part dédiée aux cotisations statutaires de L’AAPPMA choisie et de la FDPPMA (au maximum 38 €)
– une cotisation Pêche et Milieu Aquatique (CPMA) dédiée à la Fédération Nationale de la Pêche en France (de 6 à 19 €)
– une Taxe d’État, d’un montant de 1 à 20 €, pour la Redevance pour le Milieu Aquatique versée par nos 94 Fédérations Départementales aux 6 Agences de l’Eau nationales.
– une cotisation réciprocitaire interdépartementale, d’un montant de 18 à 25 €.

Ainsi, lors de l’achat d’une carte de pêche annuelle majeur eaux libres dans le Puy de Dôme (63), le produit de l’achat de cette carte de pêche se répartit de la façon suivante  :
85 % sont versés aux institutions représentatives de la pêche de loisirs (FNPF, FDPPMA, AAPPMA).
15 % sont versés à l’Etat, via les Agences de l’eau.
(Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter le site de la Fédération Départementale du Puy de Dôme, traitant clairement du sujet).

A chacun sa pêche, à chacun sa carte de pêche

Disponibles depuis le 14 décembre 2016, il existe différentes cartes de pêche 2017 :

Carte Personne Majeure (75 €*)
Cette carte annuelle autorise la pêche dans le département choisi en 1ère (1 canne au plus) et en 2ème catégorie (4 cannes au plus). Elle permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public.

Carte Personne Majeure Interfédérale EHGO (95 €)
Cette carte annuelle destinée aux personnes majeures autorisant la pêche dans le département choisi et dans tous les départements des ententes réciprocitaires EHGO, CHI et URNE en 1ère (1 canne au plus) et en 2ème catégorie piscicole (4 cannes au plus). Cette carte interfédérale permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public.
L’achat de la vignette EHGO (au tarif de 30 €) est toujours possible pour les pêcheurs ayant acquis initialement une carte fédérale personne majeure et souhaitant, par la suite, pêcher dans tous les départements réciprocitaires de l’EHGO, CHI et URNE.

Carte Promotionnelle Découverte Femme (32 €)
Cette carte annuelle destinée aux femmes autorise la pêche dans le département choisi et dans tous les départements des ententes réciprocitaires à une seule ligne en 1ère et en 2ème catégorie piscicole. Cette carte Découverte Femme permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public.

Carte Personne Mineure (20 €)
Cette carte annuelle destinée aux jeunes jusqu’à 18 ans (au 1er janvier de l’année) autorise la pêche dans le département choisi et dans les départements des ententes réciprocitaires en 1ère (1 ligne au plus) et en 2ème catégorie piscicole (4 lignes au plus). Cette carte permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public. Les détenteurs de cette carte acquise dans un département n’adhérant pas aux ententes réciprocitaires peuvent pêcher partout en France.

Carte Découverte moins de 12 ans (6 €)
Cette carte annuelle destinée aux jeunes de moins de 12 ans (au 1er janvier de l’année) autorise la pêche dans le département choisi et dans tous les départements des ententes réciprocitaires à une ligne en 1ère et en 2ème catégorie piscicole. Cette carte permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public. Les détenteurs de cette carte acquise dans un département n’adhérant pas aux ententes réciprocitaires peuvent pêcher partout en France.

Carte Hebdomadaire (32 €)
D’une validité de 7 jours consécutifs, la carte hebdomadaire autorise tout mode de pêche en 1ère catégorie (1 ligne au plus) et en 2ème catégorie (4 lignes au plus). Cette carte est valable dans tous les départements des Ententes réciprocitaires.

Carte Journalière (10 €*)
Valable 1 journée (entre le 01 janvier et le 31 décembre), cette carte autorise la pêche dans le département choisi en 1ère catégorie (1 ligne au plus) et en 2ème catégorie (4 lignes au plus).

* Prix indicatif :
Les prix des cartes peuvent légèrement fluctuer en fonction des Fédérations Départementales et/ou AAPPMA. En effet après plusieurs simulations sur le site cartedepeche.fr; la carte Journalière est à 9,70€ en Saône-et-Loire (71), 10€ dans l’Indre (36) et dans une grande majorité des départements mais elle est à 11€ dans le Cher (18), 11,50€ dans le Puy-de-Dôme (63), 12€ dans la Creuse (23), 13€ dans les Hautes-Alpes (05), 13,20€ en Moselle (57), 15€ dans les Alpes de Hautes-Provence (04), 16 € en Lozère (48), 17€ dans les Bouches-du-Rhône (13), 18€ dans l’Aube (10), 20€ dans le Calvados (14) et la Sarthe (72) et enfin 22 € dans la Seine-Maritime (76) !
La carte Personne Majeur varie quant à elle de 72€ dans les Hautes-Alpes (05) à 75 € dans la majeur partie de la France, 77€ dans l’Aube (10) et la Seine-et-Marne (77) et jusqu’à 79€ en Moselle (57).
La Carte Personne Majeure Interfédérale EHGO est elle, partout à 95 €…

Réciprocité et interfédéralité

Votre carte de pêche vous permet de pêcher sur tous les territoires de l’AAPPMA à laquelle vous avez adhéré. De nombreuses AAPPMA et Fédérations Départementales ont mis en commun leurs territoires pour simplifier les formalités d’adhésion et offrir ainsi un territoire de pêche plus vaste : c’est la réciprocité.

Il existe plusieurs degrés de réciprocité, allant d’une mise en commun des territoires décidée par quelques AAPPMA d’un même département ou toutes les AAPPMA d’un même département. Toujours soucieux d’élargir les zones de prospection des pêcheurs, les AAPPMA et les Fédérations ont également constitué des ententes « réciprocitaires » entre plusieurs départements : c’est l’interfédéralité.

Avec la carte de pêche Interfédérale 2017, pêchez presque partout en France : cette carte permet de pêcher sur tous les parcours des AAPPMA réciprocitaires des 91 départements adhérents du CHI (Club Halieutique Interdépartemental) EHGO  (Entente Halieutique du Grand Ouest) et URNE (Union Réciprocitaire du Nord et de l’Est).

La carte de pêche réciprocitaire Urne à 95€ pour les associations de l’URNE en réciprocité partielle, permet de pêcher uniquement sur tous les parcours des associations en réciprocité partielle des 17 départements de l’URNE.

Seuls 6 départements (Hautes-Alpes, Ardèche, Jura, Lozère, Savoie et Haute-Savoie) font cession. Pour pêcher dans ces départements, il faut acheter sa carte de pêche dans un de ces départements. Pour plus de renseignements sur la réciprocité, consultez la page dédiée sur cartedepeche.fr.

Période d’ouverture

Globalement , même si les ouvertures ne sont pas harmonisées au niveau national, elles sont :
– 1ère catégorie : du 11 mars 2017 au 17 septembre 2017
– 2ème catégorie : 1er janvier 2017 au 29 janvier 2017  puis du 01 mai – 31 décembre 2017

Certains départements font cependant l’effort de décaler l’ouverture pour  respecter les cycles de reproduction de certaines espèces dont l’ombre (20 mai – 17 septembre), le black bass (1er juillet – 31 décembre) voire le sandre qui sont malheureusement toujours sur leurs nids le 1er mai, date de l’ouverture du carnassier en 2ème catégorie…

Les horaires de pêche sont, quant à eux, inchangés soit 30 min. avant le lever du soleil et 30 min après le coucher du soleil pour le fameux coup du soir !

 

2017 : nouvelle réglementation

2017 est une année majeure dans la gestion durable du patrimoine halieutique de notre hexagone.
Suite au décret n°2016-417 du 7 avril 2016 paru au Journal Officiel le 9 avril 2016 qui modifie certaines parties du Code de l’Environnement relatives à l’exercice de la pêche en eau douce ; les tailles minimales de capture en deuxième catégorie piscicole passent de 50 à 60 cm pour le brochet et de 40 à 50 cm pour le sandre.

De plus des quotas carnassiers sont également en vigueur : 3 carnassiers (brochet, sandre, black bass) maximum par jour pour les pêcheurs qui souhaitent garder leurs poissons (dont 2 brochets). Un nouveau quota salvateur pour la pérennisation du cheptel piscicole qui complète l’habituel quota truite généralement fixé à 4 ou 6 poissons, qui lui n’a pas changé et peut paraître désormais excessif…

 

Les Fédérations Départementales peuvent, par simples arrêtés préfectoraux, statuer sur leurs dates d’ouvertures et fermetures, tailles minimales de capture et adhérer ou pas à l’interfédéralité… Ces nouvelles tailles légales de capture dérogatoires ne sont donc malheureusement pas appliquées partout. Nous vous conseillons donc de bien vérifier sur le site Internet de votre Fédération (si il est mis à jour en ce début janvier) la réglementation appliquée en 2017.
Bien-sûr, depuis la dématérialisation des cartes de pêche, vous pouvez choisir l’AAPPMA et donc la Fédération Départementale à laquelle vous allez adhérer. De ce fait, vous n’êtes plus obligé de prendre votre carte chez votre détaillant qui ne proposait que la carte de pêche reliée à l’AAPPMA locale. Ainsi vous pouvez prendre tranquillement chez vous, sur votre ordinateur, votre carte 2017 dans n’importe quelle AAPPMA : celle de votre lieu de résidence, de votre lieu de vacances ou dans une AAPPMA distante que vous souhaitez encourager pour ses actions menées.

01 Ain 
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm (60 cm lacs de Sylans, Nantua et Divonne les bains)
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-ain.com

02 Aisne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.com/02/

03 Allier
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 201
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-allier.fr/

04 Alpes de Hautes-Provence
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 201
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/04/

05 Hautes-Alpes (non réciprocitaire) 
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale

Pour plus d’informations : http://peche-hautes-alpes.com/

06 Alpes-Maritimes
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-cote-azur.com/

07 Ardèche (non réciprocitaire)
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-ardeche.com/

08 Ardennes
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/08/

09 Ariège
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/09/

10 Aube
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/10/

11 Aude
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/11/

12 Aveyron
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : no kill
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.pecheaveyron.fr/

13 Bouches-du-Rhône
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche13.fr/

14 Calvados
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche14.fr/

15 Cantal
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.cantal-peche.com/

16 Charente
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/16/

17 Charente-Maritime
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche17.org/

18 Cher
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://federationpeche18.fr/

19 Corrèze
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20, 23, 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche19.fr/

2A Corse-du-Sud
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/20/

2B Haute-Corse
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/20/

21 Côte-d’Or
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 55 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.fedepeche21.com/

22 Côtes d’Armor
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario :  23 ou 30 cm suivant les parcours
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche22.com/

23 Creuse
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://fdpeche23.wixsite.com/peche23

24 Dordogne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpechedordogne.fr/

25 Doubs
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-doubs.org/

26 Drôme
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/26/

27 Eure
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche27.com/

28 Eure-et-Loir
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 30 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/28/

29 Finistère
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-en-finistere.fr/

30 Gard
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20, 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.pechegard.com/

31 Haute-Garonne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.fede-peche31.com/

32 Gers
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.gers-peche.com/http://www.gers-peche.com/

33 Gironde
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche33.com/

34 Hérault
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.pecheherault.com/

35 Ille-et-Vilaine
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/35/

36 Indre
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-indre.com/

37 Indre-et-Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://fedepeche37.fr/

38 Isère
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 8 octobre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://peche-isere.com/

39 Jura (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 27 mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-jura.com/

40 Landes
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-landes.com/

41 Loir-et-Cher
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.fedepeche41.com/

42 Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche42.fr/

43 Haute-Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.pechehauteloire.fr/

44 Loire-Atlantique
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 ou 26 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche44.fr/

45 Loiret
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/45/

46 Lot
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.pechelot.com/web/

47 Lot-et-Garonne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/47/

48 Lozère (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
truite fario : 20, 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.lozerepeche.com/

49 Maine-et-Loire
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’information : http://www.fedepeche49.fr/

50 Manche
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-manche.com/

51 Marne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche51.com/

52 Haute-Marne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche52.fr/

53 Mayenne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.fedepeche53.com/

54 Meurthe-et-Moselle
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche-54.fr/

55 Meuse
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 30 cm
Pour plus d’informations : http://peche55.fr/

56 Morbihan
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/56/

57 Moselle
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 27 mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite :
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/57/

58 Nièvre
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20, 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationdepeche58.fr/

59 Nord
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche59.com/

60 Oise
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/60/

61 Orne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-orne.fr/

62 Pas-de-Calais
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche62.fr/

63 Puy-de-Dôme
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 25 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche63.com/

64 Pyrénées-Atlantiques
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : no kill
truite fario : 18, 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : https://www.federation-peche64.fr/

65 Hautes-Pyrénées
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 50 cm
black-bass : no kill
truite fario : 18, 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/65/

66 Pyrénées-Orientales
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche66.org/

67 Bas-Rhin
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche67.fr/

68 Haut-Rhin
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche68.fr/

69 Rhône
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-rhone.fr/

70 Haute-Saône
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.com/70/

71 Saône-et-Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-saone-et-loire.fr/

72 Sarthe
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/72/

73 Savoie (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 8 octobre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.savoiepeche.com/home/

74 Haute-Savoie (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.pechehautesavoie.com/

75 Paris
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

76 Seine-Maritime
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/76/

77 Seine-et-Marne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche77.fr/

78 Yvelines
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche78.com/

79 Deux-Sèvres
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-en-deux-sevres.com/

80 Somme
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche80.com/

81 Tarn
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.pechetarn.fr/

82 Tarn-et-Garonne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite : 23 cm
Pour plus d’informations : http://federationpeche82.com/

83 Var
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/83/

84 Vaucluse
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 35 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/84/

85 Vendée
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-vendee.fr/

86 Vienne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche86.fr/

87 Haute-Vienne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://federation-peche87.com/

88 Vosges
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
truite fario : 20, 23, 25, 27 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://peche88.fr/

89 Yonne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 40 cm
sandre : 50 cm
black-bass : no kill
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-yonne.fr/

90 Territoire-de-Belfort
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://federationpeche90.wix.com/federationpeche90

91 Essonne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://peche91.com/

92 Hauts-de-Seine
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

93 Seine-Saint-Denis
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

94 Val-de-Marne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

95 Val-d’Oise
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.pecheurs95.fr/

97 La Réunion
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.com/97/

Et bien-sûr : ne pêchez jamais sous ou à proximité d’une ligne électrique !

SOS silure

Pecheur
1 décembre 2016

silure pecheur.comDepuis un mois, circule sur les réseaux sociaux une pétition contre le classement du silure en tant que nuisible ou plus politiquement correct en tant qu’espèce susceptible de provoquer un déséquilibre biologique…
Pétition qui commence à avoir un certain retentissement puisque des fédérations, associations de pêcheurs et marques (Pafex, Illex, Gunki, Sportex, Fox, Zebco, MC Technologie, Hearty Rise, Savage Gear, Pure Fishing, Delalande, Naskan, DAM, Navicom,) soutiennent le mouvement.

Faites entrer l’accusé !

La présence du silure dans nos eaux, ou du moins son explosion démographie, est un sujet polémique qui divise les pro et anti glane. Il est bon de rappeler que le silure est une espèce endémique car la présence de fossiles prouve sa présence sur notre territoire depuis des temps immémoriaux. Sa répartition géographique ayant évolué au cours des siècles, c’est à partir de spécimens situés dans le bassin du Danube que le silure a été ré-introduit dans les années 80 de façon irresponsable et surtout dans des milieux non adaptés : un poisson vivant en eaux libres ne doit pas être introduit dans des petits milieux clos où il n’a de fait pas sa place.

Le silure (Silurus glanis) est le plus grand poisson d’eau douce européen. Il peut atteindre une taille de 2m50 pour environ 100 kg voire plus. C’est un poisson limnophile (qui fréquente les parties calmes des rivières et fleuves ou dans les eaux stagnantes) et euryèce (il peut supporter d’importantes variations de son milieu : diminution du taux d’oxygène, forts écarts de température et variations de salinité de l’eau). La croissance du silure est rapide les premières années de sa vie (elle peut aller jusqu’à plus de 40 cm par an avant la maturité sexuelle et de 5 à 7 cm par an après la puberté). En moyenne, la longévité du silure est de 15 à 20 ans mais peut atteindre 30 ans (informations extraites de l’Etude du Silure sur la Dordogne par l’EPIDOR).

Vorace mais pas trop

A l’heure actuelle, les seules études scientifiques non commanditées par des lobbies laissent à penser que certes, notre cher moustachu est bien un super prédateur, mais au même titre que le sandre ou le brochet. La Thèse d’Aurélia Martino (pour son Doctorat à l’Université Paul Sabatier de Toulouse) conclut même que le sandre est un supra-prédateur avec une position trophique supérieure (plus en haut placé sur de l’échelle alimentaire donc plus impactant sur le milieu) que le silure. Le silure serait au même niveau de prédation que le brochet du fait de son alimentation non exclusivement ichtyophage contrairement au sandre.
Le brochet consomme en effet majoritairement des écrevisses, des poissons et quelques batraciens ; le silure quant à lui rajoute au menu consommé par le brochet, des mollusques d’eau douce (dont il est particulièrement friand : les prélèvements stomacaux en attestent) agrémenté de temps à autres de petits rongeurs et quelques volatiles car le silure est un opportuniste qui gobe ce qui lui passe sous la gueule sans être pour autant un véritable ogre dévastateur.
La ration alimentaire annuelle du silure juvénile correspond de 300 à 500% de son poids total, ration qui diminue entre 187 à 297% de son poids chez les individus matures (maturité sexuelle atteinte entre 3 et 5 ans, soit 50 à 70 cm pour un poids minimum de 2 kg). Un silure de 45kg engendre donc plus ou moins la même prédation qu’un seul grand cormoran (Phalacrocorax carboadulte (0,5 à 0,6kg de poissons par jour), volatile qui lui est protégé, même si certains pisciculteurs obtiennent des droits de tirs pour épargner leurs étangs (dans certaines régions françaises, les grands cormorans peuvent éradiquer jusqu’à 80% de la production piscicole)…

peche-silure-predateur

crédit photo : Pêche du silure : comprendre la machine de prédation d’1Max2Pêche

Le bon endroit

Comme tout prédateur piscivore, il est indéniable que le silure et les poissons fourrage ne font pas bon ménage dans un milieu inapproprié de petite étendue (petits étangs ou rivières). De même, introduisez 2 belles femelles brochet et 5 petits mâles dans un plan d’eau uniquement peuplé de cyprinidés et contemplez le carnage au bout de quelques années : vous aurez des brochets gras comme des cochons ainsi que leurs rejetons et beaucoup moins de gardons à prendre au coup ! Accuserez-vous le silure de la disparition des cyprins ? Cette démonstration simpliste vaut pour tout poisson ichtyophage : brochet, sandre, black bass, aspe et bien-sûr notre coupable à moustache.
Vos amis pêcheurs, détracteurs du glane acharnés ou simples colporteurs de vindicte populaire, se délecteront en vous racontant les mésaventures de plans d’eau totalement dévastés par des silures : mais le problème vient surtout du fait que les silures n’ont rien à faire dans des plans d’eau de petite taille. Un silure doit être dans un milieu ouvert, ou du moins adapté à sa taille gargantuesque. Introduit dans un milieu adéquat, après une phase d’expansion démographique naturelle, le silure trouve sa place dans l’échelle alimentaire et s’auto-régule au fil des ans.

Là où il y a du silure il n’y a plus de sandres et de brochets ! Les défendeurs du silure vous rétorqueraient sûrement que dans les congélateurs des pêcheurs qui prélèvent leurs poissons, vous aurez sûrement plus de chance de trouver du sandre et brochet que du silure ; car le vrai désamour de certains pêcheurs vient du fait que le silure n’est pas un met de choix bien au contraire d’après les maitres-queue s’étant essayer à le cuisiner. Là encore, schématisons : prenez un étang de 5 hectares avec 100 sandres et autant de brochets en compétition alimentaire avec 5 pauvres silures mandarins… Si un brochet et un sandre terminent au congélo par semaine et que nos silure sont systématiquement graciés (car ils sont mandarins donc très décoratifs), même si nos moustachus jaunes ne se nourrissent que de Dreissène (Dreissena polymorpha) et d’écrevisses américaines (Orconectes limosus) ; mathématiquement il y aura beaucoup moins de sandres et brochets au bout de 2 ans uniquement due à la prédation humaine… 

Le seul impact négatif du silure scientifiquement constaté en milieu ouvert est sur les espèces migratoires. Le petit futé à moustache a en effet la fâcheuse habitude de patienter au pied des passes à poissons, et ce au détriment des saumons, aloses ou anguilles et c’est peut-être bien là ce qui peut le perdre…

Classé sous suite ?

Les processus actuel visant à classer nuisible le silure émanent notamment de la CONAPPED (Comité National de la Pêche Professionnelle en Eau Douce) qui s’appuie sur une étude que nous pouvons qualifier de partiale tant ses conclusions sont contradictoires avec les autres études scientifiques déjà menées. Il suffit de lire la présentation du silure sur la page de la CONAPED pour juger de ressenti des professionnels de la pêche en eau douce à l’égard du silure :

… C’est un redoutable chasseur doté d’un appétit féroce si l’on en juge les analyses de contenus stomacaux. Rongeurs, cormorans et autres oiseaux, poissons toutes espèces confondues, y compris des carpes de bel embonpoint, sont aux menus de ce glouton. Mais jamais encore les restes de corps d’enfant n’y ont été retrouvés comme pourraient le laisser croire certaines légendes du Danube. Vitesse et ruse sont ses armes de chasse. Dans un cas, il use de sa rapidité pour fondre sur ses proies à la vitesse du projectile de la catapulte. Dans un autre cas, il agite ses barbillons à la manière de tortillements de vers, laisse les imprudents s’approcher, lesquels, une fois à portée de sa gueule grande ouverte, presque aussi large que sa tête aplatie, sont aspirés avec force en plus de 10 à 30 litres d’eau !…

Le tout agrémenté de la sempiternelle vidéo youtubesque où ce sérial killer à moustache gobe goulument des pigeons en mal de balnéothérapie ! Heureusement en conclusion de ce portrait à charge, la CONAPED nous gratifie de la recette de la brochette de silure poêlée et sa petite émulsion au safran de Touraine… Car là est bien le travail de cette association corporatiste : promouvoir les produits issus de la pêche en eau douce tout en se félicitant des arrêtés préfectoraux notifiant la fin des interdictions de commercialisation et de consommation de poissons d’eau douce désormais miraculeusement  épargnées par les PCB !

Un tel parti pris est tout à fait compréhensible voir légitime. La prédation avérée et/ou fantasmée du silure peut effectivement nuire au métier de pêcheurs professionnels ; tous les poissons mangés par notre glouton de glane sont autant de poissons en moins à vendre aux poissonneries ou à valoriser en conserve. Mais le classement du silure en tant que nuisible (et donc son prélèvement et destruction automatique) ne sont pas la panacée pour relancer un filière économique en difficulté. Il est indéniable que les français mangent de moins en moins de poissons d’eau douce, leur appétence allant désormais vers les poissons marins ; le dur métier de pêcheur professionnel est effectivement en péril du fait de la difficulté à vivre de son travail mais le silure n’est en rien le seul responsable.

N’oublions pas non plus les modifications ou dégradations des biotopes qui expliquent en partie la régression de certaines espèces. Sans continuité écologique, en délaissant les aménagements que nos aïeux pratiquaient (entretien des berges et des zones immergeables servant de frayères à brochet), en installant des seuils et micro-centrales sur les rivières provoquant à terme le colmatage des fonds (sédimentation excessive due au ralentissement des débits d’eau entraînant l’envasement des fonds) certaines espèces se raréfient malgré nous. Sans parler bien-sûr des diverses pollutions agricoles et ou industrielles qui ne font qu’accentuer le problème.

Oui le silure mange bien du poisson c’est incontestable, mais sa taille de géant et son soit-disant appétit proportionnel en fait un coupable idéal contrairement à d’autres espèces réellement invasives, de tailles modestes mais plus dévastatrices. Les Gobie à tâche noire (Neogobius melanostomus), Gobie de Keissler (Neogobius kessleri), Gobie demi lune (Proterorhinus semilunaris) mais aussi les Pseudorasbora (Pseudorasbora parva) sont de véritables fléaux pour la fraie des autres poissons sans parler des poissons déjà classés susceptibles de provoquer un déséquilibre biologique comme la Perche soleil (Perca Fluviatilis) ou le Poisson chat (Ictalurus melas)
Ironie des législations : un texte de loi espagnol tente à classifier la carpe, le black bass, le brochet et la truite arc-en-ciel comme espèces invasives donc nuisibles : à méditer à l’occasion…

silure-non-nuisible

Mobilisez-vous

Une telle classification doit être le fruit d’études approfondies et non orientées. Même si une corporation représentant 1500 pêcheurs professionnels et pêcheurs amateurs aux engins essaye légitimement d’influer sur l’avenir de leurs métiers (peut-être en se focalisant à tort sur un coupable idéal) ; le classement du silure impacterait directement sur la pratique des 1 559 271 pêcheurs de loisir ayant acheté une carte de pêche en 2015.

En l’état actuel des choses, faute du recul nécessaire appuyé par de nouvelles études scientifiques incontestables sur la prédation avérée du silure ; Pecheur.com milite aux cotés des fédérations, associations de pêcheurs, fabricants d’articles de pêche pour la signature de cette pétition pour que le  silure ne soit pas classé en tant qu’espèce nuisible.

Du point de vue économique et humain, un tel décret mettrait directement en péril, toute une économie basée sur la pêche sportive de loisir en eau douce et les retombées économiques qui en découlent. De nombreux emplois français (conseillers commerciaux, conseilleurs de vente, moniteurs guides de pêche diplômés d’État, hôteliers, commerçants, détaillants de proximité…), des milliers de citoyens français se verraient ainsi privés de leurs emplois par la promulgation d’un tel décret.

En attendant que les hautes instances nationales et/ou européennes actent sur le sujet, c’est aux pêcheurs de loisir de prendre en main le destin du silure, en agissant à leur niveau en signant ou non cette pétition en âme et conscience après s’être documenté auprès de sources indépendantes : ne nous contentons pas des ouïes dire et rumeurs colportées ici ou là…
C’est surtout en s’initiant ou en pratiquant la pêche de ce poisson sportif sans pareil que vous pourrez vous faire votre propre opinion sur ce nouveau camarade de jeu pour peut-être finalement l’apprécier. Aucun poisson en eau douce ne peut vous offrir autant de sensations fortes : essayez le silure aux leurres, aux appâts naturels voire en brochettes si vous êtes téméraires : c’est un poisson formidable et addictif !

Restube, l’accessoire qui peut vous sauver la vie…

Picto engrenagespicto-blog-giletLa sécurité est l’affaire de tous !

Il est obligatoire d’avoir, mais pas de porter (bizarrerie des législations) un système d’aide à la flottaison (gilet de sauvetage) sur un bateau d’au moins 2,5m propulsé par un moteur que ce soit en mer ou en eau intérieure ; en float tube aucune réglementation oblige le pêcheur à posséder et/ou porter un gilet et bien entendu, rien pour les pêcheurs du bord itinérants.

Comme rien n’est donc obligatoire (à part en canoës et/ou kayaks ainsi qu’en paddles où le port du gilet est obligatoire : autre bizarrerie légale) ; personne, à part ceux qui ne savent pas bien nager, portent volontairement un système d’aide à la flottaison.

Oui, nous sommes d’accord ; les gilets, en plus d’être plus ou moins moches, peuvent gêner les mouvements du pêcheur.
Petit tour des accessoires qui peuvent vous sauver la vie…

karl-lagerfeld-gilet-sauvetage

Gilet en mousse

Les gilets et/ou brassières en mousse sont composés d’une housse étanche (en nylon ou PVC) recouvrant de la mousse à haute densité, des sangles et une attache ventrale (plastique ou inox) pour fermer le gilet. indéniablement encombrants du fait de l’épaisseur de la mousse : le seul avantage de ces gilets réside donc dans leurs prix accessibles. Étant donné qu’il est obligatoire d’avoir autant de gilets que de passagers à bord du bateau, ce type de gilets est généralement choisi pour la plaisance. Cependant, il existe des gilets en mousse dédiés aux sports nautiques (notamment pour le kayak) qui permettent d’avoir plus de liberté de mouvements : l’échancrure au niveau des bras étant plus grande, vous êtes moins engoncés donc plus à l’aise pour pêcher.

Gilet gonflable

Les gilets gonflables sont, comme leurs noms l’indiquent, destinés à être gonflés : la mousse est remplacée par une « chambre à air » qui sera gonflée en un clin d’oeil par une petite bouteille de CO2 reliée à un percuteur, d’où un encombrement minimum et un confort de pêche maximum. Il existe deux systèmes de gonflage :

  • – gonflage manuel : le pêcheur doit tirer sur un cordon pour déclencher le gonflage du gilet.
  • – gonflage automatique : le gilet se gonfle dès qu’il est immergé, sans intervention humaine. Ce type de gilet offre une protection maximale car il se gonflera, même si son porteur tombe à l’eau inconscient, incapable de le déclencher manuellement. Deux types de percuteurs permettent de gonfler automatiquement ces gilets :
    • – les percuteurs à pastille de sel ou de cellulose (la pastille se désagrège au contact de l’eau et déclenche la percussion)
    • – les percuteurs hydrostatiques type Hammar : une fine membrane sensible à la pression de l’eau déclenche le gonflage du gilet.

 

Les gilets gonflables de forme »cravate » offrent encore plus de confort : le système de percussion étant regroupé au niveau du ventre du pêcheur, cette position n’entrave plus les mouvements et votre gilet se fera complément oublier. Retrouvez sur Pecheur un guide conseil pour bien choisir votre gilet.

gilets-sauvetage

Quid alors pour les pêcheurs à pieds ?

Bien-sûr, porter un gilet de sauvetage lorsque vous pêchez la truite en waders fera de vous la risée de vos congénères traqueurs de farios, idem pour les streetfishers qui arpentent avec style les berges urbaines à la recherches de perches citadines… Certes le ridicule ne tue pas mais une aide à la flottaison peut vous sauver la vie, et pour cela, une firme allemande a trouvé la solution pour allier sécurité, ergonomie et practicité : le Restube.

restube

Il ne s’agit pas d’un gilet à proprement parlé mais d’une bouée cylindrique où s’agripper afin de rejoindre sereinement la berge. Petit (14 x 7 x 5cm) et léger (270g), ce système de flottaison se présente sous la forme d’une housse renfermant une bouée gonflable avec un système de percussion manuelle, le tout s’attache à la taille via une solide sangle semblable à une simple ceinture. Qualité allemande oblige, la bouée du Restube est construite avec les mêmes matériaux que les gilets de sauvetage répondant à la norme DIN EN ISO 12402.

restube-close-up
En cas de chute dans l’eau depuis une berge, si vous tombez dans un trou et que vos waders se remplissent : il suffit de tirer sur la poignée du Restube pour que la bouée se gonfle instantanément ; la flottabilité de 75N correspond à environ 7 kg, ce qui est amplement suffisant pour garder votre la tête hors de l’eau.

restube-basic

restube-cartouche-co2Bien sûr, Restube est un système de flottaison réutilisable : dévissez le bouchon de la valve de la bouée, évacuez  l’intégralité du gaz contenue dans la bouée, refermez la valve, insérez une nouvelle cartouche de gaz dans le système de percussion, placez le clip vert de sécurité dans le percuteur, pliez le Restube en suivant le tracé imprimé sur la bouée et enfin rangez-le dans sa housse pour une future utilisation.

A noter que les cartouches de CO2 Restube (contrairement à beaucoup d’autres actuellement sur le marché) sont usinées pour résister durablement à la corrosion due au sel marin puisque le Restube est aussi utilisable en plongée et chasse sous-marine.

Certes, Restube n’offre pas le même niveau de sécurité maximal qu’un gilet de sauvetage automatique (notamment contre la noyade suite à un évanouissement), mais c’est un système de flottaison compact, ergonomique et économique que tout utilisateur de loisirs aquatiques devraient avoir.

Pour vous ou pour venir en aide aux autres, Restube est le système d’aide à la flottaison que tout pêcheur devraient porter à la taille : un coup de coeur du blog de Pecheur !

La Fédération de Pêche du Jura au service des milieux aquatiques

picto player videoCe film réalisé au cours de l’année 2014 vous permettra d’apprécier le travail réalisé au quotidien par la Fédération de Pêche du Jura et les 33 AAPPMA adhérentes, en collaboration avec l’ensemble de nos partenaires.

De la Bienne à la Loue en passant par la région des lacs, notre département est une destination de pêche majeure dans l’Hexagone. La fragilité des milieux karstiques qui sont l’identité de notre territoire est réelle et nécessite l’implication de tous les acteurs de l’eau afin de préserver ces joyaux.

No pasaran !

20121118142912-f2b2e3ee copie

Après la Suisse et l’Allemagne où la pratique du no-kill est interdite, c’est peut-être au tour de l’Espagne où la loi 42/2007 va peut-être être votée…
Concrètement, cette loi a pour finalité l’interdiction de relâcher des poissons non endémiques (non originaires d’Espagne) ; sont notamment visés les brochets, silures, black-bass, sandres et carpes… Outre la mort annoncée du tourisme halieutique et des hotspot réputés comme Méquinenza (la Mecque du bass en Europe), c’est malheureusement la fin d’une pêche sportive et plus respectueuse qui est visée par cette loi. Victoire d’écologistes extrémistes ou mouvement de fond européen rétrograde visant à revenir à l’époque bénie où la pêche n’était qu’une activité de subsistance, peut-être l’épée de Damocles espagnole servira d’électrochoc et permettra aux pêcheurs français de se mobiliser à leurs tours pour éviter la propagation d’une telle pensée liberticide.

Une chaîne de solidarité voit le jour sur Facebook avec l’hashtag #nuncateabandonare (je ne t’abandonnerai jamais) alors si vous êtes identifié par des amis, si vous vous sentez concerné par le no-kill : faites tourner !

Devenir Garde-Pêche bénévole

Pecheur
6 juin 2016

Virginie, employée de Pecheur.com et Garde-Pêche bénévole.

DSCF5335Très jeune, je fis mes premiers pas dans le monde de la pêche, déjà passionnée par la nature, et le monde aquatique, je passais la plupart de mon temps au bord de la Sioule. C’est tout naturellement que je suivis les pas de mon grand-oncle,  lui-même pêcheur.

En 2011, l’idée de devenir garde-pêche bénévole me vînt. Ma décision fut murement réfléchit , cela me permettrait de participer à la vie de la rivière, d’influencer les décisions, d’être le porte-parole des pêcheurs, de les informer, d’être dans les coulisses des lieux pêchés et d’adjoindre l’utile et l’agréable.

Une opportunité me permet d’intégrer l’AAPPMA de Gannat (03),  où je m’occupe de 34 kms sur la Sioule avec une 1ère et une 2ème catégorie. J’ai passé la formation nécessaire, puis nous avons effectué les démarches préfectorales pour être assermentée.

Je débutais mes fonctions au printemps 2012, le temps consacré est pris sur mon temps libre, cette activité est très enrichissante, elle me permet de rencontrer des personnes de divers horizons. Je suis là pour veiller à la réglementation de la pêche, mais mon rôle majeur consiste à informer, à sensibiliser les pêcheurs, à  faire de la prévention. Le garde est le lien entre le pêcheur et l’association. La communication est primordiale. Tout en ayant un bon contact un garde doit savoir être discret.

Je veille aussi à l’état de la rivière, pollution, nuisibles, frayères, alevinage  ect… Dans l’ensemble je suis respectée par les pêcheurs, quelques réfractaires  acceptent mal d’être contrôlé par une femme. La journée la plus importante est le 2 éme samedi de mars, jour de l’ouverture de  la truite en 1 ère catégorie. Je démarre tôt le matin pour surveiller les parcours, les techniques, puis je contrôle les cartes, les prises, taille, quantité.

Je suis à l’écoute des pêcheurs : revendications, questions, idées ect… La verbalisation est le dernier recours, seulement si une faute grave est commise par un pêcheur. Je suis devenue garde-pêche par passion de la nature, du monde aquatique  et de l’intérêt que je porte au monde halieutique.

J’espère que d’autres personnes suivront le même chemin…

Virginie

Quel sont les vifs autorisés en France ?

brochet pecheur.comA la pêche il est important de connaître les espèces que l’on peut utiliser à la pêche aux vifs, surtout pour ne pas se faire verbaliser par un garde pointilleux. Connaître les espèces de vifs c’est connaître les poissons en général, et ainsi mieux appréhender le grand nombre d’ espèces qui peuplent nos eaux françaises. (lire la suite)

vif-attaque-loupée

Sauve-qui-peut

Pecheur
25 avril 2016

sondeur pecheur.comLa réglementation impose que chaque personne à bord d’un bateau dispose d’un équipement individuel de flottabilité. Suivant le type d’embarcation ou la zone de navigation, ces gilets doivent disposer d’une valeur de flottabilité minimale. Même si le gilet n’est pas obligatoire en float tube, il est vivement recommandé !

10658971_842804322406934_7407402115439388595_o

Petit récapitulatif sur les gilet de sauvetage par www.bateaux-essais.com