Le chevesne en surface

La pêche du chevesne en surface est une des plus palpitantes qui existe. Bien qu’étant un cyprinidé, le Chevesne (Squalius cephalus) est un poisson omnivore ; toujours en maraude et prêt à gober tout ce qui lui passe devant les yeux : vers, larves, crustacés, mollusques, insectes, mousses de rivières, baies sauvages voire alevins pour les plus gros poissons…
Il peut donc être pêché à la ligne, à la mouche, aux leurres souples sur de petites têtes plombées, avec des leurres durs de surface (petits cranks, petits poppers) et aussi et surtout aux imitations d’insectes.

Bourdon, abeille, frelon, araignée, coccinelle, chenille, cigale, scarabée ou bestioles plus improbables du principal que cela ait des pattes, le chevesne approché avec discrétion, gobera goulûment toutes imitations d’insectes et vous procurera des sensations fortes à condition de pêcher fin…

Leurres souples :

Les puristes vous conseilleront de ne pêcher les poissons gobeurs (chevesnes, truites mais aussi black bass) qu’avec des leurres souples de petite taille.
Une matière plastique flottante plus ou moins dense de 1 à 5g pour une taille pouvant varier de 3 à 6,5cm et surtout des appendices vibratoires (le plus possible) et sans oublier un mimétisme poussé au maximum. Tel est le cahier des charges de toutes ces imitations.
Des marques comme Reins et Tiemco proposent une large sélection d’imitations telles que les Reins Insecter (4cm – 2,3g) disponibles également en 5cm (Reins Dekasecteur), Reins Chibisecter (3cm – 2g) et Reins Hanesecter (3,5cm – 3g). Le regretté Aiba Mushi de Tiemco malheureusement trop vite disparu du catalogue est heureusement remplacé par de belles imitations de cigales : les Tiemco Panic Cicada (4cm – 4g). Bait Breath propose une superbe imitation d’insecte : le BJ Bug (5cm) livré avec une deuxième paire d’ailes plus petites et un flacon de gel flottant.
Disponible en plus de 12 couleurs, les Illex Woodlouse (3cm – 1,1g) sont incontournables et doivent être obligatoirement présents dans toutes les boîtes des pêcheurs à vue.
Savage Gear propose une nymphe de mouche de mai en PVC de 6,5cm quasiment indéchirable ; c’est la version loose body (non armée) de la 3D Mayfly qui nous intéresse ici pour la pêche de surface mais elle est disponible pour les pêches de fond déjà armée d’un hameçon simple.

Pour armer vos imitations d’insectes, un hameçon simple taille 6 ou 8, type drop shot (Illex Down Shot Finesse ou Owner Mosquito ) suffira amplement. Vous pouvez également les monter sur des hameçons texan pour débusquer les poissons dans la végétation mais pensez à bien faire ressortir la pointe pour éliminer au maximum les fausse touches. Dans tous les cas, préférez un modèle fin de fer pour ne pas alourdir inutilement votre leurre et ainsi lui garantir une meilleure flottabilité.

Ces imitations très légères peuvent être lancées un peu plus loin car il existe des têtes plombées flottantes (de 0,8g) généralement équipées d’un système anti-herbe ! C’est le cas des Performance Baits Hoptera (3,5cm – 0,8g) distribuées par Smith Europe et des Imakatsu Baby Spider (2cm) et Spider (4cm).

L’animation de ces bestioles est on ne peut plus simple : des petits coups de scion, pour faire vibrer les pattes et leur donner ainsi l’aspect d’un insecte tombé à l’eau, agonisant. Une autre technique d’animation est possible en récupérant en stop & go, en les faisant plonger sous la pellicule d’eau. Lors des pauses, ils remontent à la surface comme pour venir respirer. Enfin, la technique ultime pour tromper les poissons les plus méfiants : le laisser inerte en surface, quelques légers coups de scion et attendre que la magie opère !

Leurres durs :

Les leurres durs de surface, dont nous retiendrons ici que les modèles aux couleurs propices à émoustiller un entomologiste, peuvent se diviser en deux grandes catégories : les crawlers avec leurs ailes en plastique durs de chaque côté qui nagent ainsi  le crawl (d’où leurs noms) et les mini-crankbaits que l’on ne présente plus !

Parmi les crawlers, Megabass propose la plus belle sélection d’imitations de cigales : Megabass Siglett (3,5cm – 4g), Megabass Grand Siglett (4cm – 6g), la toute nouvelle Megabass Tiny Siglett (40cm – 2,8g) ainsi que la Megabass Beetle X Hover Crawl (5cm – 6g), le tout avec une finition irréprochable, marque de fabrique de la firme nippone. Tiemco propose, quant à lui, sa Tini Cicada TT (3,5cm – 2,7g), Duo sa Shin Mushi (3,5cm – 6g) et Autain la Bonkers Cycloneda (6cm – 6,1g). L’animation de ces crawlers se fait en linéaire avec des pauses plus ou moins longues accompagnées de quelques tremblements de scion.
Également dépourvu de bavette, Sakura propose son Notobug (3cm – 3,5g) avec des appendices vibratoires en filaments de silicone et Jackson sa Namazemi.

Outre la superbe gamme d’imitations en bois entièrement faite à la main de Microbaits (crickets, scarabées, coccinelles et chenilles),  il existe de nombreux petits crankbaits aux robes plus ou moins réalistes. Certains d’entre eux poussent le mimétisme jusqu’à avoir un profil très proche des insectes imités. Il existes des larves comme le Hart L-Plug (3,5cm – 3g) ou le Savage Gear Larvae (5,5cm) , Hart Isasa (3cm – 1g), Bassday Kobun (2cm – 1,3g) ou Stepanow Fishing Wobbler Insect (2cm – 1,5g) avec ses élytres en plume mais également des chenilles comme le Flashmer Co-Coon (3cm) ou des sauterelles à l’instar du Dam Effzett Cricket (3,7cm – 2,5g) sans oublier les araignées comme les River2Sea Spider Crank (3,5cm – 7,1g).

Les autres crankbaits au profil plus traditionnel et trapu n’imitent que la livrée des insectes. C’est le cas du Illex Deka Mitts Dry (3,5cm – 2,1g) et du Megabass Baby Zero Griffon (3,7cm – 5,25g) en version coccinelle,  des Salmo Tiny (3cm – 2g), du petit Illex Crank 22 (2,2cm – 1,1g) version cricket et du Illex Chubby SSR (3,8cm – 4,2g).

Tous ces cranks avec leurs bavettes entre 45 et 90° nagent dans la partie supérieure de la pellicule d’eau. Rares sont ceux qui plongent à plus de 50cm de profondeur : le but est de se débattre en surface tel un coléoptère en perdition. Animé en stop & go en linéaire, là aussi des pauses plus ou moins longues déclenchent souvent des attaques. En rivière, aidez-vous du courant : lancez bien en amont du point de chute désiré et laissez dériver pour prospecter le dessous des frondaisons difficilement accessibles.

 

Matériel pour le chevesne :

Pour lancer des leurres de moins de 5 g, un ensemble Ultra Light est indispensable. Une canne capable de facilement propulser des petits leurres doit être très légère (100g) mais avec une bonne réserve de puissance pour contrecarrer les rushs puissants des chevesnes. La qualité du blank doit être irréprochable afin de bénéficier d’une action rapide et nerveuse. D’une longueur comprise entre 1,80 à 2,20m (pour la pêche du bord), la plage de puissance sera comprise entre 1 à 6g : de vrais fleurets aiguisés comme des dards qui sont les archétypes des cannes typées truite UL et/ou rockfishing.
Du très haut de gamme comme l’Illex The Artist S1982 UL , Illex Pepper S 198 UL Micro Jig Spéciale , Reins Ajn Ringer Z, Shimano Diaflash AX, en passant par les Ioda 72RS ou encore les abordables Daiwa Presso, c’est en spinning que vous aurez le plus de choix que ce soit en terme de cannes et de moulinets.

Le moulinet devra lui aussi être un poids plume pour ne pas déséquilibrer votre canne UL : environ 200g maximum pour un confort accru, donc une taille 1000 pour les amateurs des petits moulinets ou une taille 2000 ou 2500 (Shimano Stradic Ci4+ 2500 FB HG ou Daiwa Silver Creek.

Un ensemble casting baitfiness est également envisageable mais pour cela, il vous faudra investir dans un des rares moulinets baitfiness vraiment digne de ce nom comme le Daiwa SS Air et ses 145g monté sur une superbe Illex Pepper B 210 UL Bait Finess Spécial, par exemple.

* code valable du 16 au 19 mai 2017 uniquement sur les prix bleus du rayon leurres.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *