Avec quoi pêcher le brochet ?

Pecheur
7 avril 2017

Le brochet est un poisson d’eau douce mythique par sa taille, par son comportement, par le fait qu’il est dans nos eaux depuis des siècles. Cela explique qu’il soit le poisson préféré de beaucoup de pêcheurs. En plus, une multitude de techniques permettent sa capture.

Une des particularités de ce poisson est ses dents, très coupantes et qui nécessitent l’emploi d’un bas de ligne résistant aux coupures, en gros nylon ou fluorocarbone, acier ou titane.

 

Le brochet au vif, au posé :

On peut dire que c’est la façon la plus traditionnelle : vous mettez un petit poisson vivant sur l’hameçon, il est maintenu à une profondeur définie avec une flotteur et/ou un plomb, et vous attendez qu’un brochet l’attaque. A noter qu’il est préférable d’escher votre vif avec un triple sur le dos, cela permet de ferrer à la touche et de ne pas trop blesser le carnassier si vous le remettez à l’eau.
Rien n’empêche d’utiliser une technique moins « posée », et de vous déplacer pour essayer plusieurs postes dans la session, en n’essayant que 15 minutes par poste.

Une canne télescopique généralement d’une longueur comprise entre 3 à 3,50 mètres accompagnée d’un moulinet débrayable sera parfaitement adaptée pour pêcher le brochet au vif, en version statique (jusqu’à 3 cannes) ou itinérante.

 

Le brochet aux leurres :

L’autre méthode pour pêcher le brochet, qui a pris un énorme essor ces dernières années, est la pêche aux leurres. Du bord, en bateau, en float tube, en toute saison, à tous les endroits : c’est polyvalent, c’est simple et ludique et peu de matériel est nécessaire, ceci doit expliquer ce succès grandissant.

Deux grandes familles de cannes et de moulinets sont disponibles pour pêcher le brochet aux leurres : le casting ou le spinning.

Casting

La canne casting avec ses anneaux et son moulinet tournés vers le haut en action de pêche peuvent dérouter les non-initiés mais le casting est plus fluide, plus puissant et permet de pêcher plus rapidement. Il convient cependant difficilement à des leurres de moins de 20g sauf à utiliser un ensemble spécial dit light. Les cannes casting dépassent rarement les 2,50m et peuvent être monobrinsoffset (la poignée se démonte et garde la « pureté » du blank d’une momobrin avec un encombrement moindre), multi-brins (généralement 2 brins de longueur égale) ou de voyage avec un encombrement très réduit (50à 65cm) afin d’être acceptée comme bagage de cabine en avion et éviter ainsi des frais supplémentaires à l’embarquement…

Spinning

Sans le savoir, vous utilisez peut-être déjà une canne « spinning », l’autre grande famille de cannes à lancer, celles que l’on connait le plus en France, avec le moulinet et les anneaux « logiquement » en bas en action de pêche…
Les cannes spinning peuvent être, elles aussi, nomobrins, ou offset (mais c’est assez rare), multibrins voire télescopiques (grandement utilisées pour la pêche au posé) et existent aussi en version voyage compactes. Pour accompagner votre canne spinning, un moulinet frein avant est le plus adapté.

Leurres Durs

Qui ne connait pas le poisson nageur ? Notamment la marque mythique Rapala (qui porte le nom de son créateur : Lauri Rapala, le père des premiers poissons nageurs dès 1930), devenue presque un nom commun Frigidaire ou Coca Cola.
Une des règles de base pour trouver votre leurre réside dans sa bavette (la petite plaque sous le nez du leurre) pour ceux qui en sont pourvus. Plus la bavette est grande, plus le leurre pêchera en grande profondeur, et inversement. La plupart des poissons nageurs pêcheront dans 1 à 2 mètres d’eau, guère plus. Seuls les crankbaits et les vibrations pêcheront plus profondément.

Toutes les animations sont possibles, un simple lancer-ramener (notamment pour les cranks et long bills), des petits coups de scion saccadés (pour les jerkbait) avec des pauses plus ou moins longues et en faisant varier la vitesse de récupération : c’est selon vos envies et surtout celles des poissons !

 

Leurres métalliques

Autres très grands classiques de la pêche du brochet : les leurres métalliques, que ce soit les cuillers tournantes ou ondulantes, les lames vibrantes, les spinners ou buzzbaits pour ne citer que les plus connus.

 

Les cuillers tournantes et spinners (et leurs homologues buzzbaits qui remplacent les palettes par une hélice) s’utilisent de la même façon : vous lancez, attendez qu’elles atteignent la bonne profondeur, puis vous ramenez doucement. L’ondulante peut aussi s’utiliser comme ça, mais avec elle vous pourrez aussi expérimenter des pauses ou des actions plus saccadées qui envoient des reflets.

Leurres souples

Pas chers, ultra polyvalents, des milliers de formes, couleurs et poids différents ; l’utilisation des leurres souples a littéralement explosé durant la dernière décennie en même temps que les leurres durs : tout le monde se souvient des premiers Twist !

 

3 grandes formes de leurres souples sont utilisées pour le brochet. Le shad possède une caudale en forme de « pelle » qui bat de gauche à droite en le ramenant, c’est le leurre souple qui déplace le plus d’eau. Il existe aussi une caudale en forme de « virgule »  qui s’anime à très basse vitesse, et ondule juste, c’est plus discret que le shad. Enfin les leurres finesses n’ont pas de caudale, ou alors une queue plate qui s’anime très peu, utilisés pour les pêches verticales ce qui est courant pour le sandre mais encore très peu répandu pour le brochet.

Pour les petits brochets, un shad ou virgule de 12 cm avec une tête plombée 4/0 sera idéal. Ensuite, pour sélectionner un peu et éviter les brochets non maillés vous pourrez monter progressivement jusqu’à un leurre de 25 cm pour une TP de 8/0.
A partir de 15 cm, il est fortement conseillé d’ajouter un hameçon triple sur le ventre du leurre, car le brochet aura plus tendance à attaquer au milieu et par-dessous que de gober le leurre entièrement. Le plus simple est d’acheter un stinger (bas de ligne équipé d’un hameçon triple) ou de le réaliser vous-même avec de la tresse en acier.

 

Les shad à palette

C’est un leurre hybride qui mérite une place à part dans les leurres à brochet, tellement il a réussi à prendre des poissons avec une utilisation ultra simple.
Ces leurres sont vendus prêt à l’emploi avec un triple sous le ventre, ils ont une forme de poisson souple et à la place de la queue, une palette métallique. Il se lance très facilement, reste en surface si vous ramenez vite ou, au contraire, peut aller chercher les brochets sur le fond si vous le laisser descendre.

L’animation typique consiste à donner un grand coup de scion pour faire décoller le leurre, et de le laisser retomber en surveillant la ligne car le brochet attaque souvent à ce moment. Vous pouvez aussi simplement lancer et ramener, cela reste très efficace.
Le Divinator est le représentant et bestseller des shads à palette mais d’autres marques ont repris le concept devant le succès du leurre de Biwaa.

 

le brochet aux Big baits

Depuis quelques années, certains bons résultats de pêcheurs officiant avec du matériel surdimensionné a donné envie et mis à la mode la pratique du « big bait » pour pêcher les poutres, les buches, les parpaings : bref les très très gros brochets ! Cela prend généralement en compte toute pêche avec un leurre dépassant 50 gr, et on ne sait pas encore la limite haute, avec des leurres atteignant 500/700 gr récemment ! Le passage en casting sera une quasi obligation pour pratiquer durablement le big bait.

On peut diviser cette pêche en deux grandes catégories : des poissons nageurs sans bavette (jerkbait) qui sont à manier avec des coups de scions brusques et des canne courtes. Et la pêche au swimbait avec des cannes plus longues, consistant à imiter un poisson nageant tranquillement en ligne droite, que ce soit avec des leurres durs ou souples.

 

 

Sondeur : comment régler la sensibilité ?

Pecheur
7 février 2017

Il est très important de savoir régler la sensibilité de son sondeur. Voici la méthode la plus simple et la plus efficace présentée par Numa sur son Helix 9 d’Humminbird.

La Pêche et les Poissons N°859

Pecheur
3 décembre 2016

picto magazineDans le N°859 de décembre de l’incontournable La Pêche et les Poissons, retrouvez ce mois-ci un dossier complet sur les pêches hivernales (les à-pics rocheux, les pêches urbaines), un plaidoyer pour les pêches fines qui permettent plus de touches que la traque systématique des spécimens, comment appréhender la pêche de la truite en réservoir en hiver, craquez pour le krill pour le coup et l’anglaise ainsi que l’indispensable sondage au feeder trop souvent négligé voir ignoré.

lplp-n859

dossier-lplp-859

La Pêche et les Poissons dont vous pouvez retrouver une offre d’abonnement exclusive sur Pecheur versions papier + version web à tarif très préférentiel !
offre-print-web

Wacky

Pecheur
21 novembre 2016

picto dicopicto-blog-bass

Technique incontournable et emblématique de la pêche du black-bass en bordure ou dans les bois morts, le montage waky est d’une simplicité déconcertante tant du point de vue du matériel nécessaire que de l’animation.

Lancez votre leurre, laissez-le descendre (bannière légèrement tendue) et avant qu’il arrive sur le fond, faites de petits tremblements, des tirées plus ou moins amples, des pauses sur le fond plus ou moins longues :
un vrai jeu d’enfant !montage_leurre_wacky_caperlan

Casting ou spinning

À moins d’être à la pointe de la technologie et de posséder un ensemble baitfiness (une canne casting ultra light et surtout un moulinet capable de lancer des leurres de moins de 10g) ; une canne spinning light / medium (7 – 28g) équipée d’un moulinet en taille 2000 fera parfaitement l’affaire. Pour remplir le moulinet, les inconditionnels du bass recommanderont de n’utiliser que du nylon (28 à 32/100 largement suffisant pour extirper les bass des bois morts où ils se réfugient en bordure) mais vous pouvez aussi utiliser une tresse de 10 à 14/100 avec une tête de ligne en fluorocarbone pour plus de discrétion.

Hameçon

Un hameçon simple, de taille 6 à 2 (voire 0 si il y a de très gros bass dans les parages) noué en bout de ligne par un noeud palomar (un des noeuds les plus solides et faciles à réaliser) est généralement utilisé pour le wacky. Facilement reconnaissables à leurs courbures rondes et à leurs sections fort de fer ; les hameçons wacky existent également en version anti-herbe, soit avec un arceau métallique (VMC Weedless 7344 ou Nogales Mosquito) soit avec des élytres en plastique (Owner Waki B79 ou Trokar Wacky Worm). Rassurez-vous, les touches souvent très violentes en wacky, font que ces systèmes anti-herbe fonctionnent à merveille contre les branches et n’occasionnent pas plus de poissons ratés.

hamecon-wacky

L’hameçon se pique généralement au milieu du leurre si ce dernier est symétrique, ou dans le premier tiers des leurres ayant une section décroissante ou une caudale.
Afin d’éviter que le leurre ne se déchire au niveau de l’hameçon après moultes lancers, vous pouvez mettre 1,5cm de gaine thermo-rétractable dédiéé au wacky (Decoy Worm Holder) ou celle que les carpistes utilisent pour protéger leurs bouillettes des écrevisses ou poissons-chats (Prologic Protector Shrinking tube). Valley Hill propose également des tubes silicone, les Jara Tube, mais contrairement à la gaine thermo, ces bagues silicone ne sont pas rétractables à la chaleur donc moins passe-partout car elles ne s’adaptent qu’à un seul diamètre de leurre vermiforme.

wacky-gaine-thermo-retractable

Leurre

Les leurres rois du wacky sont les worm (une imitation de gros vers) dont l’incontournable Senko de Gara Yamamoto qui a donné ses lettres de noblesse au wacky. Malgré leurs formes allongées ces vers sont denses car gorgés de sel afin d’augmenter leurs poids et faciliter ainsi les lancers. Ils peuvent être totalement lisses, annelés, avec des appendices vibratoires (queue plate, faucille…) ou de formes vraiment biscornues à nos yeux mais appétissantes pour les poissons.

worms-wacky-pecheur-com

La taille peut varier de 6 à 15cm mais n’ayez pas peur d’utiliser de gros leurres et de fortes sections : les bass ont toujours les yeux plus grands que le ventre !
Pour ce qui est de la couleur, de l’improbable (mais terriblement efficace) rose bonbon en passant par le noir, le violet, le blanc, le chartreuse et toutes les nuances de vert et de marron ; avec ou sans paillettes : tout est permis !

 

Variantes

Le Neko ring est une déclinaison légèrement plombée du wacky grâce à un insert introduit dans la tête du leurre (généralement en tungstène plus lourd que le plomb à volume égal) et ce afin d’augmenter la descente du leurre. Certains préconisent de rentrer complètement l’insert dans le leurre, d’autres le laissent volontairement dépasser de 2mm afin qu’il puisse taper sur les cailloux et provoquer des stimulis susceptibles d’intéresser les bass curieux.
Vous pouvez également insérer dans la tête de votre leurre un rattle (petit tube contenant des billes bruiteuses), là aussi pour éveiller la curiosité des poissons ; mais dans ce cas-là, il faut absolument rentrer tout le rattle dans le leurre si il est en verres sous peine qu’il ne se casse si il rentre en contact avec des cailloux.

neko-rig-pecheur-com

L’inch wacky est une variante encore plus plombée du wacky destinée à des pêches profondes et/ou pour traverser plus rapidement les couches d’eau. Pour ce faire, en lieu et place d’un hameçon simple, on utilise une tête plombée de 1,5 à 5g généralement équipée d’un système anti-herbe (Damiki Jig Tungsten Kaiser, V&M Shakey Wacky) ou non (Mustad Wacky).

inch-wacky-pecheur

 

Initialement destiné à la pêche du black-bass, le wacky et ses variantes sont tout aussi attractifs sur les perches et les sandres tatillons. Son montage simple et son animation minimaliste en font une technique de pêche ludique terriblement efficace, à condition bien-sûr d’approcher des postes à prospecter à pas de sciou lorsque l’on pêche du bord…

 

Truites aux leurres : agrafe ou pas ?

Pecheur
2 novembre 2016

Picto engrenagestruite pecheur.comAgrafe ou pas agrafe, telle est la question ?
Voici la réponse de Sylvain Legendre dans son astuce truite #5.

 

 

 

 

 

Palomar

Pecheur
26 octobre 2016

picto dicopicto-noeud-pecheurLe noeud Palomar est l’un des plus simples à réaliser mais aussi un des plus résistants qu’il soit.
Que ce soit pour un montage drop-shot, wacky ou simplement pour accrocher un émerillon, une agrafe ou un leurre à votre bas de ligne, le Palomar est l’un des noeuds que tout pêcheur doit savoir faire les yeux fermés ou les doigts gelés en plein hiver !

 

Réalisation

1 – Doublez votre ligne puis passez-la dans l’oeillet de votre émerillon, agrafe, hameçon ou leurre.
2 – Passez votre boucle autour de votre double ligne pour former un noeud simple.
3 – Passez la tête de votre boucle dans votre émerillon, agrafe, hameçon ou leurre (pour un leurre, prévoyez une boucle d’une grande longueur)
4 – Mouillez votre ligne (comme pour tous les noeuds pour éviter l’échauffement et/ou l’abrasion du nylon) puis serrez progressivement, alignez si besoin les 2 spires au niveau de l’oeillet puis serrez à fond le noeud avant de couper le brin superflu à 2mm.

 

 

montages_02