Silure : études scientifiques contres les idées reçues

Pecheur
3 avril 2016

silure pecheur.comBeaucoup de légendes circulent sur le plus grand « carnassier » de notre hexagone, alias Silurus glanis… Glouton dévastateur responsable de la raréfaction du poisson fourrage pour ses détracteurs ou simple super-prédateur omnivore en haut de l’échelle alimentaire mais qui passe le plus clair de son temps à manger des écrevisses et dreissènes pour les pêcheurs les mieux renseignés, voici quelques études scientifiques sur son régime alimentaire et sa prédation supposée…

Thèse de Mathieu Guillaume pour l’ obtention du grade de Docteur Vétérinaire / Université Paul Sabatier de Toulouse.

Etude du Silure sur la Dordogne par l’EPIDOR (Etablissement Public Territorial du Bassin de la Dordogne)

Thèse d’Aurélia Martino  pour son Doctorat / Université Paul Sabatier de Toulouse :

Etudes des inteactions su Silure glane (silurus glanis) avec l’ichtyofaune métropolotaine : de l’ONEMA (Office Nationale de l’Eau et des Milieux Aquatiques) et du Laboratoire Écologie fonctionnelle et Environnement.

SILURUS : Etude du Silure à l’échelle de la Loire en région Pays de la Loire réalisée par l’AADPPMFEDLA (Association Agrée Départementale de Pêcheurs Professionnels Maritimes et Fluviaux en Eau Douce de Loire-Atlantique) apporte une autre vision sur la prédation du silure avec des conclusions contradictoires aux études citées ci-dessous…

Et souvenez-vous que dans les années 1980, lorsque la population du sandre était en pleine explosion (et avant qu’Albert Drachkovitch invente sa monture pour le pêcher) le sandre était lui aussi dans la ligne de mire de ses détracteurs…

10476388_770335009653866_917069089626849510_n

(poisson d’avril du Pecheur de France n°238 de 2007)

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *