Les leurres pour débuter le carnassier

Pecheur
27 octobre 2017

Quels leurres pour débuter la pêche des carnassiers du bord avec une canne ML de 7-28g ?
la réponse en vidéo, depuis le studio de Pecheur.com en compagnie de nos conseillers Eric et Stéphane…

shad : http://bit.ly/2yakMqz
crankbait : http://bit.ly/2y8PJvt
jerkbait : http://bit.ly/2zan6hj
spintail : http://bit.ly/2yVfDSm
lame vibrante : http://bit.ly/2iDQh5t
stickbait : http://bit.ly/2yXQmat
popper : http://bit.ly/2xuoCqh
cuiller tournante : http://bit.ly/2lkdLNQ
spinnerbait : http://bit.ly/2yUXFj3
jig / micro-jig : http://bit.ly/2i9DhjZ

10 montages pour l’anglaise

Pecheur
24 juillet 2017

Puisque la pêche à l’anglaise permet de rechercher les poissons souvent loin de la berge, à des distances où ils se sentent à l’abri, l’intérêt de cette technique au moulinet permet de pêcher en étang, en canal ou en rivière avec un réel confort de pêche sans annihiler les sources du plaisir, mais encore faut-il choisir le bon montage pour la pêche à l’anglaise…
Lire la suite sur 1Max2Pêche

 

Le chevesne en surface

La pêche du chevesne en surface est une des plus palpitantes qui existe. Bien qu’étant un cyprinidé, le Chevesne (Squalius cephalus) est un poisson omnivore ; toujours en maraude et prêt à gober tout ce qui lui passe devant les yeux : vers, larves, crustacés, mollusques, insectes, mousses de rivières, baies sauvages voire alevins pour les plus gros poissons…
Il peut donc être pêché à la ligne, à la mouche, aux leurres souples sur de petites têtes plombées, avec des leurres durs de surface (petits cranks, petits poppers) et aussi et surtout aux imitations d’insectes.

Bourdon, abeille, frelon, araignée, coccinelle, chenille, cigale, scarabée ou bestioles plus improbables du principal que cela ait des pattes, le chevesne approché avec discrétion, gobera goulûment toutes imitations d’insectes et vous procurera des sensations fortes à condition de pêcher fin…

Leurres souples :

Les puristes vous conseilleront de ne pêcher les poissons gobeurs (chevesnes, truites mais aussi black bass) qu’avec des leurres souples de petite taille.
Une matière plastique flottante plus ou moins dense de 1 à 5g pour une taille pouvant varier de 3 à 6,5cm et surtout des appendices vibratoires (le plus possible) et sans oublier un mimétisme poussé au maximum. Tel est le cahier des charges de toutes ces imitations.
Des marques comme Reins et Tiemco proposent une large sélection d’imitations telles que les Reins Insecter (4cm – 2,3g) disponibles également en 5cm (Reins Dekasecteur), Reins Chibisecter (3cm – 2g) et Reins Hanesecter (3,5cm – 3g). Le regretté Aiba Mushi de Tiemco malheureusement trop vite disparu du catalogue est heureusement remplacé par de belles imitations de cigales : les Tiemco Panic Cicada (4cm – 4g). Bait Breath propose une superbe imitation d’insecte : le BJ Bug (5cm) livré avec une deuxième paire d’ailes plus petites et un flacon de gel flottant.
Disponible en plus de 12 couleurs, les Illex Woodlouse (3cm – 1,1g) sont incontournables et doivent être obligatoirement présents dans toutes les boîtes des pêcheurs à vue.
Savage Gear propose une nymphe de mouche de mai en PVC de 6,5cm quasiment indéchirable ; c’est la version loose body (non armée) de la 3D Mayfly qui nous intéresse ici pour la pêche de surface mais elle est disponible pour les pêches de fond déjà armée d’un hameçon simple.

Pour armer vos imitations d’insectes, un hameçon simple taille 6 ou 8, type drop shot (Illex Down Shot Finesse ou Owner Mosquito ) suffira amplement. Vous pouvez également les monter sur des hameçons texan pour débusquer les poissons dans la végétation mais pensez à bien faire ressortir la pointe pour éliminer au maximum les fausse touches. Dans tous les cas, préférez un modèle fin de fer pour ne pas alourdir inutilement votre leurre et ainsi lui garantir une meilleure flottabilité.

Ces imitations très légères peuvent être lancées un peu plus loin car il existe des têtes plombées flottantes (de 0,8g) généralement équipées d’un système anti-herbe ! C’est le cas des Performance Baits Hoptera (3,5cm – 0,8g) distribuées par Smith Europe et des Imakatsu Baby Spider (2cm) et Spider (4cm).

L’animation de ces bestioles est on ne peut plus simple : des petits coups de scion, pour faire vibrer les pattes et leur donner ainsi l’aspect d’un insecte tombé à l’eau, agonisant. Une autre technique d’animation est possible en récupérant en stop & go, en les faisant plonger sous la pellicule d’eau. Lors des pauses, ils remontent à la surface comme pour venir respirer. Enfin, la technique ultime pour tromper les poissons les plus méfiants : le laisser inerte en surface, quelques légers coups de scion et attendre que la magie opère !

Leurres durs :

Les leurres durs de surface, dont nous retiendrons ici que les modèles aux couleurs propices à émoustiller un entomologiste, peuvent se diviser en deux grandes catégories : les crawlers avec leurs ailes en plastique durs de chaque côté qui nagent ainsi  le crawl (d’où leurs noms) et les mini-crankbaits que l’on ne présente plus !

Parmi les crawlers, Megabass propose la plus belle sélection d’imitations de cigales : Megabass Siglett (3,5cm – 4g), Megabass Grand Siglett (4cm – 6g), la toute nouvelle Megabass Tiny Siglett (40cm – 2,8g) ainsi que la Megabass Beetle X Hover Crawl (5cm – 6g), le tout avec une finition irréprochable, marque de fabrique de la firme nippone. Tiemco propose, quant à lui, sa Tini Cicada TT (3,5cm – 2,7g), Duo sa Shin Mushi (3,5cm – 6g) et Autain la Bonkers Cycloneda (6cm – 6,1g). L’animation de ces crawlers se fait en linéaire avec des pauses plus ou moins longues accompagnées de quelques tremblements de scion.
Également dépourvu de bavette, Sakura propose son Notobug (3cm – 3,5g) avec des appendices vibratoires en filaments de silicone et Jackson sa Namazemi.

Outre la superbe gamme d’imitations en bois entièrement faite à la main de Microbaits (crickets, scarabées, coccinelles et chenilles),  il existe de nombreux petits crankbaits aux robes plus ou moins réalistes. Certains d’entre eux poussent le mimétisme jusqu’à avoir un profil très proche des insectes imités. Il existes des larves comme le Hart L-Plug (3,5cm – 3g) ou le Savage Gear Larvae (5,5cm) , Hart Isasa (3cm – 1g), Bassday Kobun (2cm – 1,3g) ou Stepanow Fishing Wobbler Insect (2cm – 1,5g) avec ses élytres en plume mais également des chenilles comme le Flashmer Co-Coon (3cm) ou des sauterelles à l’instar du Dam Effzett Cricket (3,7cm – 2,5g) sans oublier les araignées comme les River2Sea Spider Crank (3,5cm – 7,1g).

Les autres crankbaits au profil plus traditionnel et trapu n’imitent que la livrée des insectes. C’est le cas du Illex Deka Mitts Dry (3,5cm – 2,1g) et du Megabass Baby Zero Griffon (3,7cm – 5,25g) en version coccinelle,  des Salmo Tiny (3cm – 2g), du petit Illex Crank 22 (2,2cm – 1,1g) version cricket et du Illex Chubby SSR (3,8cm – 4,2g).

Tous ces cranks avec leurs bavettes entre 45 et 90° nagent dans la partie supérieure de la pellicule d’eau. Rares sont ceux qui plongent à plus de 50cm de profondeur : le but est de se débattre en surface tel un coléoptère en perdition. Animé en stop & go en linéaire, là aussi des pauses plus ou moins longues déclenchent souvent des attaques. En rivière, aidez-vous du courant : lancez bien en amont du point de chute désiré et laissez dériver pour prospecter le dessous des frondaisons difficilement accessibles.

 

Matériel pour le chevesne :

Pour lancer des leurres de moins de 5 g, un ensemble Ultra Light est indispensable. Une canne capable de facilement propulser des petits leurres doit être très légère (100g) mais avec une bonne réserve de puissance pour contrecarrer les rushs puissants des chevesnes. La qualité du blank doit être irréprochable afin de bénéficier d’une action rapide et nerveuse. D’une longueur comprise entre 1,80 à 2,20m (pour la pêche du bord), la plage de puissance sera comprise entre 1 à 6g : de vrais fleurets aiguisés comme des dards qui sont les archétypes des cannes typées truite UL et/ou rockfishing.
Du très haut de gamme comme l’Illex The Artist S1982 UL , Illex Pepper S 198 UL Micro Jig Spéciale , Reins Ajn Ringer Z, Shimano Diaflash AX, en passant par les Ioda 72RS ou encore les abordables Daiwa Presso, c’est en spinning que vous aurez le plus de choix que ce soit en terme de cannes et de moulinets.

Le moulinet devra lui aussi être un poids plume pour ne pas déséquilibrer votre canne UL : environ 200g maximum pour un confort accru, donc une taille 1000 pour les amateurs des petits moulinets ou une taille 2000 ou 2500 (Shimano Stradic Ci4+ 2500 FB HG ou Daiwa Silver Creek.

Un ensemble casting baitfiness est également envisageable mais pour cela, il vous faudra investir dans un des rares moulinets baitfiness vraiment digne de ce nom comme le Daiwa SS Air et ses 145g monté sur une superbe Illex Pepper B 210 UL Bait Finess Spécial, par exemple.

* code valable du 16 au 19 mai 2017 uniquement sur les prix bleus du rayon leurres.

Tout sur le float tube


Tout commença il y a fort longtemps par des pêcheurs intrépides sans le sou et qui voulaient pêcher des endroits inaccessibles depuis le bord… Avides de liberté, ils eurent l’idée, au demeurant saugrenue, de s’installer sur une chambre à air de tracteur et de palmer pour taquiner le bass : le belly boat (désignation américaine du float tube) était né…

La lubie passagère des pionniers ayant fait des émules et les industriels s’étant penchés sur la question ; la pêche au float tube s’est considérablement démocratisée ces dernières décennies avec des vraies embarcations pensées pour répondre aux besoins des pratiquants. Là où certains considéraient le float tube comme une embarcation par défaut (faute de pouvoir investir dans une braque ou un bateau),  les adeptes de cette bouée y trouvent un vrai mode de vie. Liberté et accessibilité (pas besoin de mise à l’eau contrairement à un bateau), contrainte de transport réduite (un float dégonflé tient dans un coffre de voiture), écologique et discret (propulsion humaine) et surtout moyen de pêche économique : que des avantages qui font du float tube une embarcation de prédilection pour les jeunes pêcheurs et ceux qui ne veulent pas se compliquer la vie avec un bateau.

Formes :

Il existe plusieurs formes et types de floats : les formes en U (dérivées de la forme originelle) avec l’arrière plus arrondie et les formes en V beaucoup plus répandues car elles présentent plus d’avantages : plus compactes et plus maniables (moins de résistance sur l’eau) donc beaucoup moins fatiguant à propulser.

Float tube à chambres à air :

Quelque soit sa forme, tous les float tubes sont conçus sur le même principe. Une housse (généralement en tissus enduit ou en PVC pour les plus haut de gamme) qui protège des chambres à air indispensables à la flottaison (une de chaque côté).  L’assise et le dossier peuvent être, quant à eux, composés soit de chambres à air indépendantes, soit de mousse auto-portante. La mousse présente l’avantage d’assurer un minimum de flottabilité en cas de crevaison des chambres à air latérales (il est assez rare de percer ses deux boudins latéraux en même temps même en pêchant dans des bois morts) mais la mousse est en contre-partie plus volumineuse lorsque le float est dégonflé pour le transport.

Float tube haute pression :

Une nouvelle génération de float tubes haut de gamme a fait son apparition ses derrières années. Ces float ne possèdent plus de chambre à air dans les boudins latéraux et sont uniquement constitués d’une enveloppe PVC coated (« toile » de type Zodiac) étanche et très résistante (de 0,7 à 0,9 mm) gonflée à haute pression (Seven Bass Armada et Brigad, Pike’n Bass Lunker ou Illex Barooder). Le Cobra de Seven Bass poussent le raffinement jusqu’à proposer des rames (très utiles pour rentrer le soir lorsque vous en avez plein les palmes), un plancher gonflable et même des quilles sous chaque boudin pour limiter la dérive latérale.

Pontoon :

Il existe également les pontoons (des mini catamarans super stables) qui, avec une plus grande portance sur l’eau, offrent l’avantage sur certains modèles de pouvoir pêcher debout pour les plus téméraires des pêcheurs… La structure en acier d’un pontoon est couplée à deux flotteurs de formes identiques (comme sur les catamarans), ce qui optimise la vitesse de déplacement. Ils sont pour la plupart, équipés de support arrière pour moteur électrique, de rames ainsi que d’un cale pieds, voire d’un plancher rigide pour se tenir debout (Pescador P240-HF Cat).

Enfin, même si ce n’est plus vraiment un float tube à proprement parler, il existe un hybride stand up paddle / float tube : le Seven Bass Jungle Opérator. On rêvait d’une plate-forme flottante (sans structure en acier),  Seven Bass l’a fait !!  D’un seul et même bloc, une toile PVC renforcée, doublée et même triplée sur les côtés pour un poids plume de 24 kg  et une charge maximum de 250 kg !! C’est quasiment un mini bass boat pliable et gonflable, prêt à affronter de belles vagues et de forts courants en toute sérénité !

 

Accessoires pour float tube :

Outre les indispensable waders, pompe et palmes, vous pouvez customiser votre float comme bon vous semble pour augmenter votre efficacité et confort de pêche.

Waders
Même si vous n’êtes pas frileux, un waders est indispensable pour le float tube (même si en plein été, pêcher en caleçon est d’un raffinement sans nom pour ceux qui aiment cela…).

– Waders en néoprène :
Comme les combinaison de plongée ou de surf, les waders en néoprène ont une épaisseur qui peut varier de  3 à 4,5 mm. Une grande majorité des waders en néoprène comporte des bottes en caoutchouc en guise de chaussant : ces modèles sont à proscrire obligatoirement pour le float tube car les bottes ne pourront s’insérer dans les palmes. Seules quelques marques proposent donc des waders en néoprène avec un chausson dans la même matière (JMC, Astucit). De part son épaisseur, le néoprène offre une vraie isolation thermique fort utile pour les eaux fraiches de début et fin de saison, la contrepartie étant qu’il sont légèrement plus encombrants et peuvent engonser le pêcheur.

– Waders respirant :
Existant en 3, 4 voire 5 couches pour les modèles haut de gamme. Les waders respirant offrent un vrai confort de pêche du fait de leur légèreté. Tous dotés d’un chaussant en néoprène de 4 à 5 mm d’épaisseur pour maintenir le pied au chaud dans l’eau froide.
Une paire de chaussures de wading est conseillée, voire indispensable, avec les waders pour un parfait maintien des palmes. Choisissez une pointure de chaussures de wading correspondante à votre taille de chausse habituelle, les chaussures de wading taillent large et tiennent compte de l’épaisseur du chaussant en néoprène.

Certains waders spécial float tube possèdent un chausson néoprène renforcé en caoutchouc (pour la marche) et antidérapant, pour un plus grand confort lors du palmage, ce qui évite d’avoir recours aux chaussures de wading, c’est le cas des Pike’n Bass respirant (avec l’entre-jambe en néoprène pour une meilleure isolation thermique), des Astucit Drachko spécial float ou bien encore des Seven Bass Supadry Float X4.

Palmes
Le concept initial du float tube repose sur la propulsion humaine (même si des pêcheurs installent des moteurs électriques sur leurs float), des palmes sont donc indispensables pour avancer en toute discrétion.

– Palmes « standard » :
Ce sont celles généralement incluses dans les packs. Le système de fixation est composé d’une enveloppe en tissu au niveau du coup de pied et deux sangles sur le dessus de la chaussure de wadding. Économique, ces palmes peuvent occasionnellement se détacher en action de pêche tant le système de fixation est perfectible…

– Palmes « luxe » :
Plus onéreuses que les palmes standards, leurs constructions plus solides méritent vraiment l’investissement supplémentaire. Le terme « luxe » désigne généralement un système de fixation plus élaboré qui assure un vrai maintien. L’avant de la chaussure s’insère dans une coque en plastique semi-rigide et une sangle crantée permet de serrer fermement l’arrière des palmes (comme sur toutes bonnes palmes de plongée).

– palmes flottantes :
Construite sur le modèle des palmes « luxe » avec le même vrai système de fixation, ces palmes de par leurs matériaux offre l’avantage de flotter. Outre l’indéniable avantage de ne pas voir vos palmes sombrer en cas de déchaussement intempestif (ce qui est très rare en action de pêche), les palmes flottantes permettent de soulager les articulations lorsque vous ne palmez pas grâce à la flotabilité du plastique qui les composent… Même si les palmes sont généralement utilisées avec des chaussures de wading, il existe certains modèles qui taillent petit et peuvent être utilisées sans chaussure (Seven Bass Expert, Grauvell F60R).

Pompes :
Si vous ne faites pas l’acquisition d’un float en pack (avec les palmes et gonfleur inclus), vous devez investir dans une pompe pour gonfler votre float :

– Pompe à pied :
C’est le modèle de pompe le plus économique (EuroMarine, Pike’n Bass), le même que celui que vous utilisez peut-être déjà pour vos matelas pneumatiques et autres bouées de place (le requin gonflable du petit dernier)…

– Pompe à pied :
C’est objectivement la pompe la plus pratique que tous les fabricants proposent (Ron Thompson, Outcast, JMC, Pike’n Bass). Certes plus volumineuse que les pompes à pied d’entrée de gamme, mais son système de valves double action permet un gonflage en continu plus rapide (que vous poussiez ou tiriez sur la poignée). A noter qu’il existe également des pompes à main haute pression pour les float tubes de dernière génération, l’embout d’une pompe classique n’étant pas compatible avec les valves haute pression.

– Pompe électrique :
Pour les plus impatients ou fainéants, vous pouvez acquérir une pompe électrique qui se branche en 12 v sur la prise allume-cigare de votre voiture, mais n’oubliez surtout pas de l’éteindre à temps !

Porte canne
Avoir plusieurs cannes sur son float tube apporte incontestablement un vrai plus et polyvalence ! Vous pouvez bien-sûr accrocher tant bien que mal votre deuxième canne à l’arrière de votre float avec des sangles (avec le risque de la perdre) mais si vous souhaitez embarquer 3 cannes, le porte canne sera indispensable… Il y a encore quelques années, les floatubeurs bricolaient leurs porte-cannes avec des tuyaux PVC mais désormais vous pouvez trouver plusieurs modèles astucieusement conçus pouvant accueillir d’une à 6 cannes.

– Porte-canne simple :
Généralement constitué d’une sangle et d’un tube dans lequel s’insère le talon de votre canne (votre canne est positionnée à la verticale sur le modèle Pike’n Bass ou à l’horizontal sur le JMC), ces porte-cannes sont beaucoup utilisés par les moucheurs en réservoir.

– Porte-canne multiple :
Pouvant accueillir de 3 à 6 cannes suivant les fabricants, le cadre en alu peut être de section plate ou carrée de 25 mm et se fixe par des crochets aux anneaux latéraux qui équipent tout bon float tube digne de ce nom. Les têtes peuvent être en caoutchouc souple ou en mousse haute densité imputrescible.

– Porte-canne avec bac à accessoires intégré :
Proposé par Pike’n BassSeven Bass ou Outcast, les porte-cannes avec un bac à accessoires augmentent considérablement la surface utile de votre float. Vous pouvez ainsi laissez trainer vos leurres et accessoires sur ce bac : le fond du bac en toile enduite est généralement ajouré pour permettre à l’eau de s’évacuer rapidement.

Sondeurs
Ne pas pêcher dans le vide, tel est l’incontestable avantage d’un sondeur ! Le sondeur vous informera de la présence de poissons, de structure, de la nature du fond mais n’indiquera pas les leurres à utiliser, ni prendra les poisson à votre place… Les sondeurs ne sont plus destinés aux barques, ni aux bateaux rutilants ; désormais des modèles spécialement dédiés aux float (du fait de leur faible encombrement existent).
Humminbird propose un sondeur qui fonctionne à piles, le Fishin’ Buddy Max DI (livré avec un étrier destiné aux barques) que vous pouvez installer en toute sécurité grâce à sa fixation souple spécialement développée pour le float tube. Le Deeper est une autre alternative aux sondeurs traditionnels. Cette petite boule magique qui flotte a tout d’une grande ! Élégante et stylée, elle transmet la profondeur, la température et bien-sûr les échos des poissons… Destiné aux pêcheurs du bord dans un premier temps, ce sondeur de poche a très vite trouvé sa place sur le marché de l’électronique embarqué. La lecture se fait directement sur votre smartphone fixé sur la canne à pêche ou sur le tube de renfort à l’avant du float tube via la fixation dédiée ; la connexion se fait soit par Wifi, soit par Bluetooth (plus adapté pour le float) grâce à une application particulièrement intuitive. Vous pouvez fixer le Deeper à votre float par son bras flexible  ou plus simplement relié à une cordelette attachée au float et le tour est joué !

Bien-sûr vous pourrez utiliser n’importe quel autre sondeur sur votre float : les tailles d’écran de 4 à 5 pouces sont parfaits pour une utilisation en float : inutile d’avoir un écran 10 pouces sauf pour regarder la TV entre 2 touches…. Vous aurez le choix entre des écrans verticaux avec ou sans GPS comme l’Humminbird Piranha Max 4 DILowrance Hook-4 CHIRP TA  ou Garmin Striker 4DV (écran 4 pouces) ou Helix 5 G2 2D  (écran 5 pouces).

Le principe de base d’un sondeur et ce quel qu’en soit sa marque, sa taille ou sa puissance est d’indiquer la profondeur d’eau sous nos pieds ou plutôt sous nos palmes. En plus de la profondeur, le sondeur indique également la présence des poissons sous forme d’échos ou de poissons en fonction du réglage effectué. Ce sont les deux indications les plus importantes à retenir. Il est également possible de connaître la température de l’eau qui nous aidera à adapter notre stratégie en fonction des saisons. Toutes ces informations de base font partie de la technologie 2D.

D’autres fonctions ou technologies viennent compléter et enrichir certains combinés comme le GPS qui permet de marquer des waypoints sur vos spots préférés, d’enregistrer des traces afin de retrouver la voiture le soir après une superbe journée de pêche ou de connaître exactement la profondeur du lac (bathymétrie), la structure du fond (roches, herbiers) où vous péchez en insérant une cartographie détaillée dans votre sondeur quand il possède un lecteur de cartes comme les cartes Navionics N-N+538/SD qui couvrent l’ensemble de la France ou les cartes Sylmaps destinées aux sondeurs Humminbird qui couvrent uniquement certains lacs de France et maintenant des zones définies en mer.

Un sondeur de base (technologie 2D) avec un GPS intégré est suffisant pour une utilisation en float tube. Avec des moyens supplémentaires, vous pouvez vous offrir le nec plus ultra : soit le DI (Down imaging) et le SI (Side imaging) qui permettent d’avoir une imagerie du fond proche du cliché photographique avec lesquelles on peut identifier sous l’embarcation et ou à plusieurs mètres (80 m) de chaque côté les structures immergées avec un réalisme à couper le souffle… Pour plus de détails sur les différentes technologies des sondeurs, c’est ici !

Pour alimenter votre bijou technologique, un pack batterie + chargeur vous sera indispensable. La puissance de la batterie dépendra de la taille et technologie de votre sondeur :  7 Ampères pour un sondeur de 4 à 5 pouces sans GPS et 12 Ampères pour un sondeur de 5 pouces avec GPS. A noter que l’ensemble sondeur + batterie alourdira notablement votre float, une batterie au plomb de 7 Ampères pèse quant à elle déjà 2,3 Kg et une 12 Ampères peut aller jusqu’à 3,8 kg suivant les marques…

Fixations
Pour solidariser votre sondeur à votre float, des fixations spéciales sont désormais disponibles : plus besoin de les bricoler dans son garage ! Seven Bass propose une très belle gamme de fixations dédiées au float : les Plug & Go.
Vous pouvez acquérir le support de fixation à sangler qui est à attacher sur l’un des boudins latéraux de votre float. Dans ce support se clipse tous les accessoires de la gamme Plug & Go dont une platine permettant de fixer le sondeur ou un simple porte canne. La platine à sondeur existe également dans une version plus élaborée où elle est complétée par un système de porte-sonde sur tiges escamotables en aluminium. Un pack prêt à l’emploi comporte la base à sangler, la platine porte-sondeur et le porte-sonde plus compact.
Il est à préciser que la fixation Plug & Go, la pierre angulaire de la gamme, existe en version à coller directement sur le float (mais aussi à visser pour les bateaux : excusez du peu). Pour la coller sur votre float, identifiez précisément la zone à coller, délimitez-la avec du scotch à peinture, dégraissez la surface à l’acétone, appliquez la colle sur le float mais également sur le support puis pressez les 2 parties à coller. Pour un float en PVC, utilisez de la colle polyuréthane en gel et de la colle néoprène pour les float en toile enduite.

Pike’n Bass propose quant à lui, un support de sonde composé d’une platine composite fixée au float tube par des sangles dans laquelle vous venez visser la base de votre sondeur. Cette platine peut être complétée par un support de sonde Pike’n Bass escamotable qui permet de lever votre support de sonde lorsque vous arrivez près du bord pour ne pas abimer votre sonde.

 

Ancre
Pour vous économiser (afin de ne pas palmer inutilement), vous pouvez embarquer sur votre float une ancre.

– ancre grappin :
Pour rester en position stationnaire lorsqu’il y a du vent, du courant ou pour prospecter minutieusement une structure ou des bois morts, vous pouvez utiliser une ancre grappin pliante (en plomb) fixée au bout d’une corde. Suivant les fabricants (JMCSeven BassPlastimo, 4Water), le poids peut varier de 700 g à 3,5 kg voire plus. 1 à 2 kg suffisent amplement.

– ancre flottante :
Elle est le parfait allié pour lutter contre ce qui peut parfois devenir un ennemi de taille : le vent. Que ce soit en bateau ou et encore plus en float tube, l’ancre flottante vous permettra de ne pas palmer à s’en essouffler pour se maintenir sur un spot ou encore de tenir une belle dérive prometteuse. Le principe est assez simple : l’ancre est reliée à une petite corde plus ou moins longue permettant d’en régler la longueur d’utilisation à souhait. Il vous suffit d’attacher cette corde à un des anneaux de votre float tube et de laisser dériver l’ancre qui, sous l’effet inverse du vent et de la pression de l’eau exercée, va se gonfler comme un parachute et donc réduire considérablement la vitesse de la dérive. Son faible encombrement et son poids plume en fait un accessoire incontournable…

Vivier flottant
Très utilisé dans les concours float tube (pour éviter les aller-retour auprès des commissaires qui mesurent et valident les poissons), les bourriches flottantes peuvent avoir également leur utilité en dehors de compétition même si vous ne pêchez pas aux vifs et que vous n’avez pas besoin d’un vivier. En effet, lorsque vous tombez sur un banc de perches, il est utile de faire patienter vos poissons capturés dans une bourriche, le temps de prendre toutes les perches du spot. Pike’n Bass, JMC, Mad Cat, Black Cat proposent différents modèles avec une ouverture entre 50 / 55 cm de diamètre et une profondeur variant de 70 jusqu’à 95 cm. Un anneau flottant permet au vivier de nager en surface de manière optimale, certaines disposent même d’un système de fermeture sur le dessus pour éviter que les poissons tentent de s’échapper en sautant.

Moteur
Enfin, pour ceux qui pêchent dans de très grands plans d’eau, rivières et fleuves, la customisation ultime réside dans l’adoption d’un moteur électrique. Pour ce faire, et afin d’éviter des bricolages pas toujours heureux, le plus prudent est d’opter pour des float équipés de fixations spécial moteur électrique à l’arrière comme le Skullway de Seven Bass et le Jungle Opérator qui en sont équipés de série. Le Pike n’ Bass Lunker est équipé quant à lui de fixations mais le support moteur est vendu séparément.

Équiper son float tube d’un moteur électrique est effectivement possible et super pratique : il transformera votre float en véritable bateau de pêche mais il y a aussi des inconvénients comme la maniabilité plus réduite et la difficulté de transport accrue…

La puissance du moteur comprise entre 28 et 34 lbs est largement suffisante pour propulser un float tube. Le poids moyen de ces moteurs ne dépasse pas les 10 kg et offre assez d’autonomie pour les grands déplacements sur certains grands lacs. Outre les incontournables Minn Kota Endura, de nombreux constructeurs comme Haswing, Shakespeare ou Rhino proposent des petits moteurs électriques parfaitement adaptés au float. Il faut bien évidemment, une batterie à décharge lente (spécial moteur électrique) d’une puissance comprise entre 60 et 80 Ampères installée derrière le dossier sur un support mais pour un poids qui oscille entre 14 et 18 kg. On a vite fait de surcharger son float tube avec tout cela  (d’où la quasi nécessité d’opter pour un float tube haute pression avec un charge maximale de 160 à 180 kg) mais c’est le prix à payer pour plus de confort.

Autre accessoires 
Vous pouvez également compléter votre float avec différents accessoires à priori non indispensables mais qui faciliteront votre vie de floatubeur :

– sac imperméable arrière  :
Livré de base avec le Cobra de Seven Bass. Ce sac s’adapte également sur les Armada et Brigad qui possèdent les attaches nécessaires pour le fixer ; augmentant ainsi la capacité de stockage de votre float. Illex équipe de série son Barooder d’un tel sac : très pratique pour tenir sa batterie de sondeur au sec et ses vêtements ou son sandwich. JMC propose également un astucieux sac de 40 litres qui se fixe directement sur le dossier de ses float.

– bretelle de transport :
Tout bon float tube dispose sur sa face inférieure d’anneaux pour clipser des bretelles. Avec des bretelles (Piken’Bass, JMC ou Outcast), vous pourrez porter votre float comme un sac à dos : cela libère les mains afin de transporter vos cannes jusqu’à votre lieu de pêche ou pour remonter la rivière en fin de cession.

– sac de transport :
Parfois intégré dans les packs float prêt à pêcher, les sac permettent de ranger votre float mouillé ainsi que tous ses accessoires sans crainte de souiller votre voiture. Outcast propose un sac de très belle facture épais et parfaitement étanche.

– sacs étanches :
HPA propose la gamme la plus complète de sacs 100% étanches avec fermeture par pliage et roulage : les Stuff et Sweel (disponibles en orange, jaune ou transparent). D’une capacité de 1, 5, 15, ou 30 litres (des plus grands volumes allant jusqu’à 75 litres existent mais sont, du fait de leurs encombrements, pas très utiles pour le float) ; ces sacs permettront de garder bien au sec tous vos biens de valeur.

Gilet de sauvetage
Même si cela n’est pas obligatoire, il est fortement conseillé, voire impératif de porter un gilet de sauvetage pour utiliser un float tube en toute sérénité ! Les gilets existent en deux versions : soit en mousse, soit gonflables.

– Gilet en mousse :
Les gilets en mousse  présentent l’avantage d’être pas trop onéreux mais ils sont volumineux et peuvent entraver les mouvements du pêcheur (surtout les lancers). Composés d’une housse étanche (en nylon ou PVC) recouvrant de la mousse à haute densité, des sangles et une attache ventrale (plastique ou inox) pour fermer le gilet. indéniablement encombrants du fait de l’épaisseur de la mousse : le seul avantage de ces gilets réside donc dans son prix accessible. Étant donné qu’il est obligatoire d’avoir autant de gilets que de passagers à bord du bateau, ce type de gilets est généralement choisi pour la plaisance. Cependant, il existe des gilets en mousse dédiés aux sports nautiques (notamment pour le kayak) qui permettent d’avoir plus de liberté de mouvements : l’échancrure au niveau des bras étant plus grande, vous êtes moins engoncés donc plus à l’aise pour pêcher.

– Gilet gonflable :
Les gilets gonflables sont, comme leurs noms l’indiquent, destinés à être gonflés : la mousse est remplacée par une « chambre à air » qui sera gonflée en un clin d’oeil par une petite bouteille de CO2 reliée à un percuteur, d’où un encombrement minimum et un confort de pêche maximum. Il existe deux systèmes de gonflage :
– gonflage manuel : le pêcheur doit tirer sur un cordon pour déclencher le gonflage du gilet.
– gonflage automatique : le gilet se gonfle dès qu’il est immergé, sans intervention humaine. Ce type de gilet offre une protection maximale car il se gonflera, même si son porteur tombe à l’eau inconscient, incapable de le déclencher manuellement.

Deux types de percuteurs permettent de gonfler automatiquement ces gilets :
– les percuteurs à pastille de sel ou de cellulose (la pastille se désagrège au contact de l’eau et déclenche la percussion)
– les percuteurs hydrostatiques type Hammar : une fine membrane sensible à la pression de l’eau déclenche le gonflage du gilet.

Les gilets gonflables de forme « cravate » offrent encore plus de confort : le système de percussion étant regroupé au niveau du ventre du pêcheur, cette position n’entrave plus les mouvements et votre gilet se fera complément oublier. Retrouvez sur Pecheur un guide conseil pour bien choisir votre gilet.

Entretenir son float

Afin d’allonger la durée de vie de votre superbe float tube, il est nécessaire de respecter quelques règles de base pour la mise sous pression ainsi que pour son stockage. Bien entendu, il peut y avoir des différences en fonction du modèle que vous possédez.

La mise sous pression
Utiliser le fameux talc (oui comme pour les bébés) afin de faciliter la mise en place des chambres dans la toile du float tube. Il est également efficace pour les valves, cela empêche que la soupape reste collée et de ce fait, élimine le risque de fuite.
Ne jamais sur-gonfler votre float ! La chaleur augmente la pression et peut faire éclater les coutures des chambres à air.

Entretien et stockage
Stocker votre float tube  de préférence en position verticale, plutôt qu’à plat (quand cela est possible), réduisant ainsi la pression de moitié, le tout dans un endroit frais et à l’abri de la lumière. Sortir et nettoyer de temps en temps les chambres de leurs toiles afin d’en éliminer d’éventuels impuretés et de limiter l’abrasion.

Pièce détachée
Pour le remplacement d’une des chambres à air, si une réparation n’a pas été possible (une grande majorité des float tube étant vendue avec un kit de réparation), il vous faut identifier la chambre à air défectueuse. L’identification s’effectue en étant assis sur votre float tube, la chambre à air droite se trouve donc à votre droite un fois assis dans votre float (ou à gauche si vous regardez votre float de face). Et la chambre à air gauche à votre gauche lorsque vous êtes installé dans votre float ou à droite lorsque vous le regardez de face… Sur certains modèles, les chambres sont de couleur (vert ou rouge) mais cette charte de couleur n’est pas commune à tous les fabricants. Les valves quant à elles sont, en fonction des marques, généralement identiques que ce soit du côté droit et gauche.

Choisir sa barque ou son bateau de pêche

Il est légitime pour le pêcheur de carnassiers ou de carpes de vouloir un jour s’affranchir des contraintes de la terre ferme. Pour l’un, il aura accès à de nouveaux postes, et pourra approcher les bordures de manière ultra efficace côté large. Pour l’autre cela permettra aussi d’accéder à de nouveaux postes, et aussi de poser ses montages et l’amorçage avec une précision extrême.
Et pour les deux c’est l’assurance de voir éventuellement plus de poissons dans l’épuisette en contrant les obstacles.

Barque rigide

Les avantages des barques rotomoulés (en ABS injecté) sont avant tout la solidité (contre les rochers et bordures), l’aménagement faciles (moteur avant, porte canne), une faible prise au vent et un confort et place à bord (bancs et/ou coffres de rangement déjà inclus).
Les inconvénients sont une stabilité inférieure à un pneumatique et surtout un transport plus pénible : la remorque ou les barres de toit sont indispensable, sans parler du poids supérieur…

Bateau pneumatique

Les bateaux pneumatiques offrent l’avantage d’une plus grande stabilité que des rotomoulés, un transport indéniablement plus facile (dégonflé, un pneumatique entre dans un coffre de voiture citadine) et une plus grande capacité de charge. Le principal inconvénient est sa fragile contre les rochers coupants et/ou bois morts et plus anecdotiquement une plus grande prise au vent et les boudins prennent un peu de place à l’intérieur de l’embarcation.

Le pneumatique donnera le choix entre 3 planchers différents :
– lattes : simple et léger, mais peu stable, sauf à bricoler une planche de contreplaqué marine. Par contre aucune tenue en navigation.
– aluminium : très stable, mais lourd et pénible à mettre en place. Bonne tenue en navigation.
– gonflable : léger, stable, bonne tenue en navigation. Réunit les qualités de deux précédents, sauf un inconvénient : compter 2 minutes pour le gonfler.

 

On peut résumer en disant qu’un pêcheur de carnassiers sera plus orienté vers une barque en dur notamment pour éviter la prise au vent et pour l’aménager. Le carpiste lui plus un pneumatique pour son transport facile. Retrouvez ici le grand choix de bateaux (rigides et gonflables) présents sur Pecheur.com

Enfi, la navigation est un risque, qui occasionne plusieurs morts chaque année en France. Pour s’en prémunir et revenir à la maison mettez un gilet de sauvetage à chaque sortie !

Plus de détails et de précisions, notamment sur les bateaux aluminium pas abordés ici :
retrouvez un article complet sur 1Max2Pêche.

Pour plus de renseignements sur votre future embarcation (rigide ou pneumatique), n’hésitez pas à contacter Eric, notre conseiller technique et compétiteur bateaux FFPS Challenger : ses coordonnées figurent sur toutes les fiches article des bateaux

Les technologies des sondeurs

Pecheur
28 février 2017

Depuis quelques années maintenant, le sondeur fait partie intégrante de l’arsenal du pêcheur moderne que ce soit embarqué (en bateau ou float tube) ou même du bord  (avec le Deeper par exemple). En noir et blanc à ses débuts puis en couleur depuis, le principe de base n’a pas changé mais a évolué au fil des années, agrémenté par de nouvelles technologies…

Comment ça marche ?

Peu importe la taille de l’écran, sa marque ou son tarif, le principe est simple. L’échosondeur envoie des ondes vers le fond par l’intermédiaire de la sonde puis les analyse en retour pour représenter sur l’écran la structure du fond, la hauteur d’eau et la présence des poissons sous forme d’échos, c’est ce qu’on appelle la fonction 2D.

Fonction GPS

Cette fonction n’est encore pas présente sur tous les modèles de sondeurs mais celle-ci s’avère être intéressante à utiliser en fonction des lacs et rivières côtoyées. Elle aidera également à mémoriser nos spots de pêche ou le trajet aller/retour qui sur certains lieux que l’on ne connait pas peut vite devenir un problème ; voire même un certain danger qu’il ne faut pas prendre à la légère lorsqu’il y a des hauts fonds. Avec ou sans lecteur de carte, le sondeur via une antenne GPS intégrée (ou déportée sur les anciens modèles) enregistre nos traces (comprenez nos déplacements) et il nous est possible de marquer des waypoints (des points GPS) là où nous avons eu la fameuse touche du poisson de nos rêves…

Technologie Down Imaging

La technologie Down Imaging (dénomination propre à Humminbird), Down Scan (Lowrance) ou DownVü (Garmin) est une vue verticale scannérisée du fond ; vue proche du rendu photographique avec encore plus de détails, à utiliser en complément de la vue 2D. Idéale pour connaitre vraiment la nature du fond sous le bateau et apercevoir les structures comme par exemple les anciens ponts, les arbres noyés ou les maisons englouties dans lesquelles se cachent beaucoup de carnassiers…

Technologie Side Imaging

La technologie Side Imaging (dénomination propre à Humminbird), Structure Scan (Lowrance) ou SideVü (Garmin) est une autre vue disponible sur certains modèles plus haut de gamme. Cette technologie, dédiée à la prospection, est une imagerie latérale du fond, de qualité photographique, capable d’identifier les structures, les poissons ou anciennes routes jusqu’à une distance de 100m de chaque côté de votre bateau. Avec ce mode de détection, plus besoin de passer à l’aplomb des zones que vous souhaitez découvrir ou que vous pensez connaitre. Couplé à la fonction GPS, vous pouvez marquer un waypoint à plusieurs mètres de distance et revenir y lancer vos leurres, plus rien ne peut vous échapper…

Et la pêche dans tout ça ?

On a vite fait de se perdre avec toutes ces technologies qui ne possèdent pas le même nom selon les marques.  Peu importe la taille de l’écran qui n’est qu’un confort de lecture. Que l’on ait le dernier modèle en date ou pas, c’est un investissement qu’il faut étudier en fonction de ses moyens et surtout de l’utilisation que l’on souhaite en faire et de son lieu de pêche. Il ne faut pas hésiter à demander conseil, à se renseigner sur internet ou à contacter un conseiller avant de se lancer…
Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que même le meilleur des sondeurs ne remplacera pas votre sens de l’eau et ne vous fera pas prendre plus de poissons là où il n’y en a pas. La plupart des pêcheurs qui viennent de recevoir leur nouveau jouet passent leur temps, et c’est bien normal, à trifouiller dans les menus du sondeur, à changer de vue et surtout à regarder leur superbe écran en oubliant souvent l’essentiel ! Pêcher tout simplement…

Pour plus de renseignements sur votre futur sondeur, n’hésitez pas à contacter Eric, notre conseiller technique et compétiteur, grand spécialiste de l’électronique embarqué : ses coordonnées figurent sur toutes les fiches article des sondeurs

Légal ou pas ?

C’est la fermeture en deuxième catégorie ! Pour ceux qui ne peuvent attendre début mai pour traquer de nouveaux les carnassiers, il existe cependant une alternative légale pour continuer à pêcher malgré tout. Bien-sûr, le but de cet article n’est pas de vous inciter à pêcher à tout prix pendant la fermeture mais de vous informer de ce qui est légal et de ce qui ne l’est pas.
Petit rappel indispensable : la fermeture est calquée globalement sur les périodes de reproduction des carnassiers , plus précisément sur celle du brochet car début mai, les sandres sont toujours sur leurs nids dans certains départements et les bass commencent à peine à songer à la gaudriole… Dans l’absolu, il est préférable de laisser tranquilles les carnassiers pendant la fermeture pour qu’ils frayent sereinement….

Que dit le code de l’environnement ?

L’Article R436-33 du code de l’environnement qui régit la pêche en France stipule : «  ...pendant la période d’interdiction spécifique de la pêche du brochet, la pêche au vif, au poisson mort ou artificiel et aux leurres susceptibles de capturer ce poisson de manière non accidentelle est interdite dans les eaux classées en 2ème catégorie« .

Appâts et leurres interdits :

De manière « non accidentelle » signifie donc des leurres destinés à la pêche du brochet. Sont donc strictement interdits :

Appâts naturels :
Vifs et poissons morts (posés ou maniés, entiers ou en morceaux), lard, encornet en lamelles, crevette ou bouquet et enfin les vers de terre sur une tête plombée ou en montage texan (avec un plomb balle brillante ou mat et une perle).

Il existe un vrai problème sur l’interprétation du texte de loi notamment sur l’utilisation ou du moins l’animation des vers de terre. Pour être totalement franc, pour la rédaction de cet article, après avoir consulté bons nombres de sites de Fédérations Départementales et l’Agence Française pour la Biodiversité (l’ex ONEMA) : rien n’est clair, rien n’est officiel ! Tout dépend de l’Agent verbalisateur sur lequel vous tomberez…

Les tribunaux statuant sur une éventuelle infraction semblent moins tolérants dans les départements où il y a des poissons migrateurs dont le saumon. L’animation de bouquets de vers de terre ou d’un gros lombric peut-être sanctionnable : certaines Fédérations tolèrent le ver de terre animé en drop-shot et/ou à la tirette (c’est le cas des Hauts-de-Seine et de l’Ouest Parisien ou de la Vendée) et d’autres interdisent le ver sur une tête plombée ou monté sur un hameçon texan avec un plomb balle brillant ou mat.
La tête plombée et/ou le plomb balle (montage carolina) près de l’hameçon ajouterait un stimuli visuel supplémentaire d’où l’interdiction dans certains départements. Le ver en plombée, posée et/ou au flotteur est quant à lui légal et ne pose pas de problème d’interprétation du texte de loi…

Leurres :
Poissons nageurs (imitatifs ou pas, aux couleurs réalistes ou flashy), jigs et micro-jigs, gros streamers, leurres souples imitatifs ou pas (shads, créatures, frogs, craws, octopus et ce quelles que soient leurs couleurs), cuillers (ondulantes, tournantes et à jigger ou de type « ice jig »), plombs palette, lames vibrantes, spintails, spinnerbaits, buzzbaits, chatterbaits, teaser à silure ou madaïs… Bref presque tous les leurres durs et souples sont interdits car ils peuvent tous potentiellement intéresser un gros prédateur tel que le brochet.

Appâts et leurres autorisés

De manière « non accidentelle », tels sont les termes de l’article R436-33 assez flous pour être litigieux et interprétables. Donc l’absolu, tous les appâts et leurres n’étant pas susceptibles d’intéresser un brochet sont donc autorisés : là encore, vous n’aurez peut-être pas la même interprétation du terme »non accidentelle » que les gardes de pêche, donc prudence… Sont donc autorisés :

Appâts naturels :
Larves (plécoptères, trichoptères, asticots, timas, vers de farine, teignes, vers de vase…), insectes (sauterelles, grillons…), graines de toutes sortes (maïs, lupins, tiger nuts, pois chiches, arachides…) et la pâte à truite.
Les vers de terre (vers de terreaux ou gros lombrics) au posé (avec ou sans flotteur) sont également autorisés. Là encore, du fait de l’interprétation du texte de loi, dans certains départements les vers de terre en montage tirette ou drop shot sont autorisés (ou du moins tolérés) : l’éloignement du plomb par rapport à l’hameçon serait un facteur déterminant de cette tolérance, là où un ver de terre sur une tête plombée ou avec un plomb balle sont interdits. Encore un fois, avant d’utiliser un ver de terre, contactez votre AAPPM et/ou Fédération Départementale et demandez-leur comment ils interprètent l’article  R436-33 du Code de l’Environnement et quels sont les ordres transmis aux gardes de pêche.

Imaginons que le dimanche 23 avril 2017, vous souhaitez pêcher le chevesne avec une imitation plastique de cigale montée sur un 16/100 : un insecte flottant n’intéresse pas, à priori, un brochet ; un 16/100 n’est pas un diamètre de fil adéquat pour pêcher le brochet et bien si vous tombez sur un garde de pêche têtu, il est en droit de vous verbaliser au vue de la loi floue, surtout si il argumente sur son procès verbal qu’une imitation de cigale peut intéresser un brochet… Sont donc autorisés :

Leurres souples :
Tout leurre souple qui n’imite pas un poisson et qui ne possède pas d’appendices caudales est légalement autorisé : imitations de larves, imitations d’insectes et mouches sèches, noyées et nymphes (attention les streamers sont interdits). Quant aux imitations de vers (petits vers de terreaux ou gros swamps) et bien là aussi : cela peut-être légal (ou du moins toléré) ou interdit… Les imitations de gros vers avec un appendice vibratoire (queue en faucille ou flagelles d’octopus sont quant à eux clairement interdits).

Leurres durs :
A priori, aucun leurre dur n’est autorisé : une imitation de coccinelle de 3cm animée sur un 16/100 serait verbalisable, même si entre nous il y a très peu de chance qu’un brochet même anémique puisse s’intéresser à un leurre dur à chevesne… En tout cas, nous ne vous conseillons pas de tenter votre chance !

Bien-sûr, si vous utilisez un appât ou leurre autorisé et que de manière accidentelle vous attrapez un brochet, sandre ou black pendant la fermeture, les poissons doivent être immédiatement remis à l’eau. Le mieux étant encore de ne pas les pêcher et les laisser tranquilles durant leurs périodes de reproduction.

Nul n’est censé ignorer la loi !

Un rappel à l’ordre n’étant pas toujours superflu, en tant que pêcheur vous avez des droits mais aussi des devoirs ! Une pêche responsable suppose le respect des règles contenues dans le Code de l’Environnement. Voici donc un petit récapitulatif (de la Fédération départementale du Pas-de-Calais) des amendes que vous encourez si vous vous faites contrôler en infraction :

450 € d’amende si vous pêchez en dehors des heures légales (1/2 heure avant le lever du soleil jusqu’à 1/2 heure après le coucher du soleil)
450 € d’amende si vous utilisez un mode de pêche prohibé
450 € d’amende si vous n’est pas affilié à une AAPPMA, si vous n’avez pas acquitté la redevance pour la protection du milieu aquatique
38 € d’amende si vous pêchez sans titre justifiant votre qualité de membre d’une AAPPMA ou du paiement de la redevance.
38 € d’amende  si votre carte de pêche n’est plus valable
1 500 € d’amende si vous pêchez l’anguille dans un lieu et/ou pendant une période où la pêche est interdite
750 € d’amende si vous ne respectez pas les interdictions permanentes de pêche et les réserves de pêche
1 500 € d’amende si vous pêchez de nuit (autre que sur les secteurs et avec les techniques éventuellement autorisées)
20 000 € d’amende si vous détruisez une zone de frayère
9 000 € d’amende si vous introduisez une espèce nuisible, non présente dans le milieu naturel ou ne provenant pas d’un établissement agréé
4 500 € d’amende et 2 ans d’emprisonnement si vous jetez dans l’eau des drogues ou appâts en vue d’enivrer les poissons
3 500 € d’amende si vous commercialisez le produit de votre pêche
450 € d’amende si vous refusez la réquisition de votre matériel de pêche ou si vous vous opposez à la constatation ou la recherche d’une infraction.

Bien-sûr, si vous commettez plusieurs infractions, les amendes se cumulent. Le montant des amendes peuvent également doubler si les infractions sont commises de nuit.

 

En conclusion : mettez-vous au feeder pendant la période de fraie des carnassiers pour les laisser se reproduire tranquillement…

 

Comment choisir son flotteur

Pecheur
20 janvier 2017

En feuilletant le catalogue Sensas, vous allez vous rendre compte qu’il existe une grande diversité de flotteurs. Afin de faciliter votre choix et que vous puissiez utiliser celui ou ceux qui répondront à toutes vos attentes suivant l’endroit où vous pratiquez et les poissons recherchés, Sensas vous proposons de faire un petit tour d’horizon sur les différents composants qui équipent nos différents flotteurs.

Antenne

Antenne fer
Les antennes en fer sont les plus fines. Plus elles sont fines et plus elles sont sensibles. Elles sont parfaites lorsqu’il s’agit de pratiquer les pêches techniques, lorsque les poissons sont méfiants. En règle générale, leur diamètre est compris entre 0,40 mm et 0,80 mm (avec la peinture). En règle générale, on utilise des flotteurs avec des antennes en métal lorsqu’on utilise des bas de ligne de 0,5/°° à 10/°° et des hameçons n° 18 jusqu’aux hameçons fait main n° 30. Toutes les antennes métalliques qui équipent nos flotteurs bénéficient d’une peinture fluorescente anti-capillarité.

Antenne fibre
En règle générale, il s’agit de fibre de verre transparente recouverte d’une peinture fluorescente (rouge, jaune ou orange). Les antennes fibres ont souvent un diamètre (suivant les flotteurs) de 0,5 mm à 1,5 mm. Il faut savoir qu’à diamètre égal, elles sont aussi sensibles que les antennes en fer et elles sont aussi plus visibles. Très solides, elles ne se tordent pas et ont l’avantage de toujours rester bien droite ce qui permet d’ailleurs de les utiliser avec un oeillet sur l’antenne. Les antennes fibres sont incontestablement les plus polyvalentes car elles associent sensibilité, visibilité et robustesse.

Antenne plastique pleine
Il s’agit des antennes les plus utilisées. Teintée dans la masse, les antennes pleines en plastique offrent une visibilité exceptionnelle. Leur diamètre est compris entre 0,6 mm et 4,5 mm suivant le type de flotteur (du plus sensible au plus gros porteur). Attention, comme ces antennes sont teintées dans la masse, elles peuvent aisément se colorier en noire à l’aide d’un marqueur. Pour que l’antenne retrouve ensuite sa couleur initiale, vous devrez alors utiliser de l’acétone.

Antenne plastique creuse
Généralement de taille comprise entre 1 et 6 mm, ces antennes sont utilisées sur les flotteurs pour la pêche à l’anglaise, au coup et à la bolognaise. Comme l’antenne est assez porteuse, il est possible d’obtenir un équilibrage parfait. Les antennes en plastiques creuses ont le mérite d’être très visibles et ce, par tout type de temps. Ces antennes sont généralement assez porteuses et sont absolument parfaites pour pêcher avec des esches assez volumineuses ou lorsque les conditions sont difficiles ; vent fort, vagues sur l’eau, passage de grosses péniches, etc.. Toutes nos antennes plastique creuses sont recouvertes d’une peinture fluorescente anti-capillarité.

Antenne bambou
Ces antennes porteuses ont l’avantage de rester bien sensible. Elles ont généralement un diamètre compris entre 1,5 mm et 3 mm. Au même titre que les antennes creuses, il est possible de les équilibrer à mi-antenne. Ces antennes sont généralement très utilisées par les pêcheurs qui pratiquent en carpodrome.

Antenne balsa
Elles sont généralement très porteuses (diamètre de 2 à 8 mm suivant le flotteur) et sont parfaites pour pêcher les beaux poissons à la pâte ou encore pour pratiquer les pêches à la graine(maïs, chènevis, blé). Elles sont aussi souvent utilisées par ceux qui pêchent les truites en plan d’eau avec des gros vers de terre, tébos, teignes, etc.

Oeillet

Oeillet situé sur la partie supérieure du corps
L’immense majorité des flotteurs possèdent un oeillet situé sur la partie supérieur du corps du flotteur. Ils ont l’avantage que lorsqu’on bloque la ligne, le flotteur ne ressort pas de l’eau.

Oeillet sur la base de l’antenne
Le fait que l’oeillet se trouve sur la base de l’antenne permet de pratiquer correctement la pêche « à retenir » car l’intégralité du corps du flotteur reste toujours sous l’eau. Cela permet aussi d’avoir un meilleur contrôle de ligne tout en bénéficiant d’un flotteur très sensible. Pour finir, la position de l’oeillet permet au pêcheur de retenir la ligne sans pour autant avoir la pointe de la canne sous l’eau ; De ce fait, les ferrages sont toujours plus efficaces !

Fil intérieur central
Très utilisé pour les pêches de gros poissons et les pêches dites à l’arracher, lorsque les poissons sont très nombreux. Les flotteurs équipés de ce type d’antenne sont généralement souvent très robustes. Tous nos flotteurs à fil intérieur central sont parfaitement étanches grâce à la présence d’une gaine plastique centrale qui traverse le flotteur de part en part.

Fil intérieur latéral
Permet d’avoir un flotteur très sensible tout en bénéficiant d’un flotteur robuste. Les flotteurs à fil intérieur latéral peuvent s’utiliser aussi bien en rivière, en canal qu’en étang.

Oeillet à extrémité de l’antenne balsa.
De part sa position, il permet de lancer le flotteur et d’éviter les emmêlements. L’oeillet permet de créer un sillage sur la surface de l’eau lorsqu’on récupère le flotteur. Des modèles souvent très utilisés par les pêcheurs de truites en étang.

Quille

Quille fer Inox
Toutes nos quilles sont traitées contre la corrosion. Les quilles en fer sont les plus utilisées. Elles assurent au flotteur une grande stabilité tout en conservant une grande sensibilité. Les quilles en fer sont idéales pour pratiquer les pêches à caler et pour pratiquer les pêches techniques. On en trouve aussi bien sur les flotteurs conçus pour pêcher les ablettes que sur les flotteurs plats. Diamètres généralement utilisés : de 0,3 mm à 1,2 mm.

Quille en fibre de verre
Ces quilles très robustes sont parfaites pour pêcher les carpes. Elles sont aussi souvent utilisées sur les flotteurs conçus pour la pêche à la bolognaise. Diamètres généralement utilisés : de 0,8 mm à 2 mm.

Quille en carbone
Elles sont identiques à celles en fibre de verre mis à part qu’elles sont plus légères et plus rigides. Elles assurent une meilleure sensibilité au flotteur. Elles sont parfaitement adaptées aux pêches de beaux poissons à l’agrainage, les pêches où il faut rajouter du fil ou encore lorsqu’il s’agit de pêcher dans les grands fonds (lac de barrage). Les quilles en carbones sont aussi parfaites pour détecter facilement toutes les touches dites « à relever ».

Corps

Il existe des centaines de formes différentes. En règle générale, pour faire simple, on utilise des flotteurs de forme boule (très stable) pour pêcher dans le courant. Les flotteurs de forme poire ou bouteille sont polyvalents et les flotteurs de forme dite « carotte » sont les plus adaptés pour pratiquer les pêches techniques en eau calme.

Balsa
Il s’agit du meilleur matériau qui confère au flotteur une bonne solidité et sensibilité.

Mousse super compétition
Mousse issue de l’aéronautique de très grande qualité, qui ne boit pas l’eau et d’une densité parfaite. À taille égale par rapport à un flotteur en balsa, celui en mousse bénéficie d’un plus petit volume, d’où une sensibilité accrue !

Peinture

L’ensemble des flotteurs qui composent notre gamme bénéficient tous d’une peinture anti-capillarité. Elle a pour caractéristique de ne pas « accrocher » l’eau. Cette peinture assure aussi une parfaite imperméabilité du flotteur.

Ouvertures 2017

Pecheur
4 janvier 2017

La gestion de la pêche en France est gérée localement par les 4000 AAPPMA (Associations Agréées de Pêche et de Protection des Milieux Aquatiques), chapeautées par leurs Fédérations Départementales (FDPPMA), elles-même sous l’égide de la FNPF, la Fédération Française de Pêche en France.

Pour pêcher en France (ailleurs que dans des eaux closes privées où vous n’avez besoin que de l’autorisation du propriétaire ou de ses ayant-droit) ; vous devez donc vous acquitter d’un droit de pêche, une taxe d’Etat incluse dans la fameuse et incontournable carte de pêche que vous pouvez acheter en ligne sur le site cartedepeche.fr. Car conformément à l’article L.436-1 du Code de l’Environnement : « toute personne qui se livre à l’exercice de la pêche doit obligatoirement être en possession d’une carte de pêche »…

En achetant une carte de pêche, vous devenez adhérent d’une association agréée de pêche et de protection du milieu aquatique (AAPPMA), et contribuez ainsi aux actions des bénévoles de votre association visant à entretenir, restaurer, gérer les milieux aquatiques et valoriser les populations de poissons. Vous acquittez également une redevance pour la protection des milieux aquatiques versée aux Agences de l’eau, qui ont pour mission de faciliter les actions en faveur des milieux aquatiques dans chaque bassin hydrographique.

Même si le prix de la carte de pêche est presque harmonisé au niveau national, la ventilation des différentes taxes qui la composent varie suivant les départements et les montants attribués aux AAPPMA et FDPPMA. Globalement, l’achat d’une carte de pêche Interfédérale de 95€ donne lieu au paiement de :
– une part dédiée aux cotisations statutaires de L’AAPPMA choisie et de la FDPPMA (au maximum 38 €)
– une cotisation Pêche et Milieu Aquatique (CPMA) dédiée à la Fédération Nationale de la Pêche en France (de 6 à 19 €)
– une Taxe d’État, d’un montant de 1 à 20 €, pour la Redevance pour le Milieu Aquatique versée par nos 94 Fédérations Départementales aux 6 Agences de l’Eau nationales.
– une cotisation réciprocitaire interdépartementale, d’un montant de 18 à 25 €.

Ainsi, lors de l’achat d’une carte de pêche annuelle majeur eaux libres dans le Puy de Dôme (63), le produit de l’achat de cette carte de pêche se répartit de la façon suivante  :
85 % sont versés aux institutions représentatives de la pêche de loisirs (FNPF, FDPPMA, AAPPMA).
15 % sont versés à l’Etat, via les Agences de l’eau.
(Pour plus d’informations sur le sujet, vous pouvez consulter le site de la Fédération Départementale du Puy de Dôme, traitant clairement du sujet).

A chacun sa pêche, à chacun sa carte de pêche

Disponibles depuis le 14 décembre 2016, il existe différentes cartes de pêche 2017 :

Carte Personne Majeure (75 €*)
Cette carte annuelle autorise la pêche dans le département choisi en 1ère (1 canne au plus) et en 2ème catégorie (4 cannes au plus). Elle permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public.

Carte Personne Majeure Interfédérale EHGO (95 €)
Cette carte annuelle destinée aux personnes majeures autorisant la pêche dans le département choisi et dans tous les départements des ententes réciprocitaires EHGO, CHI et URNE en 1ère (1 canne au plus) et en 2ème catégorie piscicole (4 cannes au plus). Cette carte interfédérale permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public.
L’achat de la vignette EHGO (au tarif de 30 €) est toujours possible pour les pêcheurs ayant acquis initialement une carte fédérale personne majeure et souhaitant, par la suite, pêcher dans tous les départements réciprocitaires de l’EHGO, CHI et URNE.

Carte Promotionnelle Découverte Femme (32 €)
Cette carte annuelle destinée aux femmes autorise la pêche dans le département choisi et dans tous les départements des ententes réciprocitaires à une seule ligne en 1ère et en 2ème catégorie piscicole. Cette carte Découverte Femme permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public.

Carte Personne Mineure (20 €)
Cette carte annuelle destinée aux jeunes jusqu’à 18 ans (au 1er janvier de l’année) autorise la pêche dans le département choisi et dans les départements des ententes réciprocitaires en 1ère (1 ligne au plus) et en 2ème catégorie piscicole (4 lignes au plus). Cette carte permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public. Les détenteurs de cette carte acquise dans un département n’adhérant pas aux ententes réciprocitaires peuvent pêcher partout en France.

Carte Découverte moins de 12 ans (6 €)
Cette carte annuelle destinée aux jeunes de moins de 12 ans (au 1er janvier de l’année) autorise la pêche dans le département choisi et dans tous les départements des ententes réciprocitaires à une ligne en 1ère et en 2ème catégorie piscicole. Cette carte permet aussi la pêche en France au moyen d’une seule ligne sur les cours d’eau du domaine public. Les détenteurs de cette carte acquise dans un département n’adhérant pas aux ententes réciprocitaires peuvent pêcher partout en France.

Carte Hebdomadaire (32 €)
D’une validité de 7 jours consécutifs, la carte hebdomadaire autorise tout mode de pêche en 1ère catégorie (1 ligne au plus) et en 2ème catégorie (4 lignes au plus). Cette carte est valable dans tous les départements des Ententes réciprocitaires.

Carte Journalière (10 €*)
Valable 1 journée (entre le 01 janvier et le 31 décembre), cette carte autorise la pêche dans le département choisi en 1ère catégorie (1 ligne au plus) et en 2ème catégorie (4 lignes au plus).

* Prix indicatif :
Les prix des cartes peuvent légèrement fluctuer en fonction des Fédérations Départementales et/ou AAPPMA. En effet après plusieurs simulations sur le site cartedepeche.fr; la carte Journalière est à 9,70€ en Saône-et-Loire (71), 10€ dans l’Indre (36) et dans une grande majorité des départements mais elle est à 11€ dans le Cher (18), 11,50€ dans le Puy-de-Dôme (63), 12€ dans la Creuse (23), 13€ dans les Hautes-Alpes (05), 13,20€ en Moselle (57), 15€ dans les Alpes de Hautes-Provence (04), 16 € en Lozère (48), 17€ dans les Bouches-du-Rhône (13), 18€ dans l’Aube (10), 20€ dans le Calvados (14) et la Sarthe (72) et enfin 22 € dans la Seine-Maritime (76) !
La carte Personne Majeur varie quant à elle de 72€ dans les Hautes-Alpes (05) à 75 € dans la majeur partie de la France, 77€ dans l’Aube (10) et la Seine-et-Marne (77) et jusqu’à 79€ en Moselle (57).
La Carte Personne Majeure Interfédérale EHGO est elle, partout à 95 €…

Réciprocité et interfédéralité

Votre carte de pêche vous permet de pêcher sur tous les territoires de l’AAPPMA à laquelle vous avez adhéré. De nombreuses AAPPMA et Fédérations Départementales ont mis en commun leurs territoires pour simplifier les formalités d’adhésion et offrir ainsi un territoire de pêche plus vaste : c’est la réciprocité.

Il existe plusieurs degrés de réciprocité, allant d’une mise en commun des territoires décidée par quelques AAPPMA d’un même département ou toutes les AAPPMA d’un même département. Toujours soucieux d’élargir les zones de prospection des pêcheurs, les AAPPMA et les Fédérations ont également constitué des ententes « réciprocitaires » entre plusieurs départements : c’est l’interfédéralité.

Avec la carte de pêche Interfédérale 2017, pêchez presque partout en France : cette carte permet de pêcher sur tous les parcours des AAPPMA réciprocitaires des 91 départements adhérents du CHI (Club Halieutique Interdépartemental) EHGO  (Entente Halieutique du Grand Ouest) et URNE (Union Réciprocitaire du Nord et de l’Est).

La carte de pêche réciprocitaire Urne à 95€ pour les associations de l’URNE en réciprocité partielle, permet de pêcher uniquement sur tous les parcours des associations en réciprocité partielle des 17 départements de l’URNE.

Seuls 6 départements (Hautes-Alpes, Ardèche, Jura, Lozère, Savoie et Haute-Savoie) font cession. Pour pêcher dans ces départements, il faut acheter sa carte de pêche dans un de ces départements. Pour plus de renseignements sur la réciprocité, consultez la page dédiée sur cartedepeche.fr.

Période d’ouverture

Globalement , même si les ouvertures ne sont pas harmonisées au niveau national, elles sont :
– 1ère catégorie : du 11 mars 2017 au 17 septembre 2017
– 2ème catégorie : 1er janvier 2017 au 29 janvier 2017  puis du 01 mai – 31 décembre 2017

Certains départements font cependant l’effort de décaler l’ouverture pour  respecter les cycles de reproduction de certaines espèces dont l’ombre (20 mai – 17 septembre), le black bass (1er juillet – 31 décembre) voire le sandre qui sont malheureusement toujours sur leurs nids le 1er mai, date de l’ouverture du carnassier en 2ème catégorie…

Les horaires de pêche sont, quant à eux, inchangés soit 30 min. avant le lever du soleil et 30 min après le coucher du soleil pour le fameux coup du soir !

 

2017 : nouvelle réglementation

2017 est une année majeure dans la gestion durable du patrimoine halieutique de notre hexagone.
Suite au décret n°2016-417 du 7 avril 2016 paru au Journal Officiel le 9 avril 2016 qui modifie certaines parties du Code de l’Environnement relatives à l’exercice de la pêche en eau douce ; les tailles minimales de capture en deuxième catégorie piscicole passent de 50 à 60 cm pour le brochet et de 40 à 50 cm pour le sandre.

De plus des quotas carnassiers sont également en vigueur : 3 carnassiers (brochet, sandre, black bass) maximum par jour pour les pêcheurs qui souhaitent garder leurs poissons (dont 2 brochets). Un nouveau quota salvateur pour la pérennisation du cheptel piscicole qui complète l’habituel quota truite généralement fixé à 4 ou 6 poissons, qui lui n’a pas changé et peut paraître désormais excessif…

 

Les Fédérations Départementales peuvent, par simples arrêtés préfectoraux, statuer sur leurs dates d’ouvertures et fermetures, tailles minimales de capture et adhérer ou pas à l’interfédéralité… Ces nouvelles tailles légales de capture dérogatoires ne sont donc malheureusement pas appliquées partout. Nous vous conseillons donc de bien vérifier sur le site Internet de votre Fédération (si il est mis à jour en ce début janvier) la réglementation appliquée en 2017.
Bien-sûr, depuis la dématérialisation des cartes de pêche, vous pouvez choisir l’AAPPMA et donc la Fédération Départementale à laquelle vous allez adhérer. De ce fait, vous n’êtes plus obligé de prendre votre carte chez votre détaillant qui ne proposait que la carte de pêche reliée à l’AAPPMA locale. Ainsi vous pouvez prendre tranquillement chez vous, sur votre ordinateur, votre carte 2017 dans n’importe quelle AAPPMA : celle de votre lieu de résidence, de votre lieu de vacances ou dans une AAPPMA distante que vous souhaitez encourager pour ses actions menées.

01 Ain 
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm (60 cm lacs de Sylans, Nantua et Divonne les bains)
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-ain.com

02 Aisne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.com/02/

03 Allier
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 201
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-allier.fr/

04 Alpes de Hautes-Provence
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 201
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/04/

05 Hautes-Alpes (non réciprocitaire) 
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale

Pour plus d’informations : http://peche-hautes-alpes.com/

06 Alpes-Maritimes
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-cote-azur.com/

07 Ardèche (non réciprocitaire)
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-ardeche.com/

08 Ardennes
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/08/

09 Ariège
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/09/

10 Aube
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/10/

11 Aude
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/11/

12 Aveyron
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : no kill
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.pecheaveyron.fr/

13 Bouches-du-Rhône
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche13.fr/

14 Calvados
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche14.fr/

15 Cantal
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.cantal-peche.com/

16 Charente
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/16/

17 Charente-Maritime
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche17.org/

18 Cher
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://federationpeche18.fr/

19 Corrèze
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20, 23, 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche19.fr/

2A Corse-du-Sud
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/20/

2B Haute-Corse
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/20/

21 Côte-d’Or
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 55 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.fedepeche21.com/

22 Côtes d’Armor
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario :  23 ou 30 cm suivant les parcours
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche22.com/

23 Creuse
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://fdpeche23.wixsite.com/peche23

24 Dordogne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpechedordogne.fr/

25 Doubs
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-doubs.org/

26 Drôme
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/26/

27 Eure
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche27.com/

28 Eure-et-Loir
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 30 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/28/

29 Finistère
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-en-finistere.fr/

30 Gard
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20, 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.pechegard.com/

31 Haute-Garonne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.fede-peche31.com/

32 Gers
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.gers-peche.com/http://www.gers-peche.com/

33 Gironde
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche33.com/

34 Hérault
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.pecheherault.com/

35 Ille-et-Vilaine
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/35/

36 Indre
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-indre.com/

37 Indre-et-Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://fedepeche37.fr/

38 Isère
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 8 octobre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://peche-isere.com/

39 Jura (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 27 mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-jura.com/

40 Landes
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-landes.com/

41 Loir-et-Cher
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.fedepeche41.com/

42 Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche42.fr/

43 Haute-Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.pechehauteloire.fr/

44 Loire-Atlantique
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 ou 26 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche44.fr/

45 Loiret
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/45/

46 Lot
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.pechelot.com/web/

47 Lot-et-Garonne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/47/

48 Lozère (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
truite fario : 20, 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.lozerepeche.com/

49 Maine-et-Loire
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’information : http://www.fedepeche49.fr/

50 Manche
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-manche.com/

51 Marne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche51.com/

52 Haute-Marne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche52.fr/

53 Mayenne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.fedepeche53.com/

54 Meurthe-et-Moselle
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche-54.fr/

55 Meuse
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 30 cm
Pour plus d’informations : http://peche55.fr/

56 Morbihan
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/56/

57 Moselle
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 27 mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite :
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/57/

58 Nièvre
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20, 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationdepeche58.fr/

59 Nord
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche59.com/

60 Oise
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/60/

61 Orne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-orne.fr/

62 Pas-de-Calais
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche62.fr/

63 Puy-de-Dôme
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 25 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche63.com/

64 Pyrénées-Atlantiques
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : no kill
truite fario : 18, 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : https://www.federation-peche64.fr/

65 Hautes-Pyrénées
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 50 cm
black-bass : no kill
truite fario : 18, 20 ou 23 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/65/

66 Pyrénées-Orientales
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche66.org/

67 Bas-Rhin
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.peche67.fr/

68 Haut-Rhin
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche68.fr/

69 Rhône
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-rhone.fr/

70 Haute-Saône
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.com/70/

71 Saône-et-Loire
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche-saone-et-loire.fr/

72 Sarthe
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/72/

73 Savoie (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 8 octobre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.savoiepeche.com/home/

74 Haute-Savoie (non réciprocitaire)
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.pechehautesavoie.com/

75 Paris
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

76 Seine-Maritime
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/76/

77 Seine-et-Marne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche77.fr/

78 Yvelines
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche78.com/

79 Deux-Sèvres
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.peche-en-deux-sevres.com/

80 Somme
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche80.com/

81 Tarn
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.pechetarn.fr/

82 Tarn-et-Garonne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 50 cm
sandre : 40 cm
black-bass : 30 cm
truite : 23 cm
Pour plus d’informations : http://federationpeche82.com/

83 Var
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/83/

84 Vaucluse
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 35 cm
truite fario : 23 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.fr/84/

85 Vendée
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-vendee.fr/

86 Vienne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 25 cm
Pour plus d’informations : http://www.peche86.fr/

87 Haute-Vienne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 30 cm
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://federation-peche87.com/

88 Vosges
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
truite fario : 20, 23, 25, 27 ou 30 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://peche88.fr/

89 Yonne
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 40 cm
sandre : 50 cm
black-bass : no kill
truite fario : 23 cm
Pour plus d’informations : http://www.federation-peche-yonne.fr/

90 Territoire-de-Belfort
1ère catégorie : 11 mars 2017 – 17 septembre 2017
2ème catégorie : 1er mai – 31 décembre 2017
brochet : 60 cm
sandre : 50 cm
black-bass : 40 cm
truite fario : 20 ou 25 cm suivant les secteurs
Pour plus d’informations : http://federationpeche90.wix.com/federationpeche90

91 Essonne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://peche91.com/

92 Hauts-de-Seine
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

93 Seine-Saint-Denis
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

94 Val-de-Marne
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Interdépartementale
Pour plus d’informations : http://fppma75.fr/

95 Val-d’Oise
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.pecheurs95.fr/

97 La Réunion
en attente de la mise à jour du site de la Fédération Départementale
Pour plus d’informations : http://www.federationpeche.com/97/

Et bien-sûr : ne pêchez jamais sous ou à proximité d’une ligne électrique !

Wacky

Pecheur
21 novembre 2016

picto dicopicto-blog-bass

Technique incontournable et emblématique de la pêche du black-bass en bordure ou dans les bois morts, le montage waky est d’une simplicité déconcertante tant du point de vue du matériel nécessaire que de l’animation.

Lancez votre leurre, laissez-le descendre (bannière légèrement tendue) et avant qu’il arrive sur le fond, faites de petits tremblements, des tirées plus ou moins amples, des pauses sur le fond plus ou moins longues :
un vrai jeu d’enfant !montage_leurre_wacky_caperlan

Casting ou spinning

À moins d’être à la pointe de la technologie et de posséder un ensemble baitfiness (une canne casting ultra light et surtout un moulinet capable de lancer des leurres de moins de 10g) ; une canne spinning light / medium (7 – 28g) équipée d’un moulinet en taille 2000 fera parfaitement l’affaire. Pour remplir le moulinet, les inconditionnels du bass recommanderont de n’utiliser que du nylon (28 à 32/100 largement suffisant pour extirper les bass des bois morts où ils se réfugient en bordure) mais vous pouvez aussi utiliser une tresse de 10 à 14/100 avec une tête de ligne en fluorocarbone pour plus de discrétion.

Hameçon

Un hameçon simple, de taille 6 à 2 (voire 0 si il y a de très gros bass dans les parages) noué en bout de ligne par un noeud palomar (un des noeuds les plus solides et faciles à réaliser) est généralement utilisé pour le wacky. Facilement reconnaissables à leurs courbures rondes et à leurs sections fort de fer ; les hameçons wacky existent également en version anti-herbe, soit avec un arceau métallique (VMC Weedless 7344 ou Nogales Mosquito) soit avec des élytres en plastique (Owner Waki B79 ou Trokar Wacky Worm). Rassurez-vous, les touches souvent très violentes en wacky, font que ces systèmes anti-herbe fonctionnent à merveille contre les branches et n’occasionnent pas plus de poissons ratés.

hamecon-wacky

L’hameçon se pique généralement au milieu du leurre si ce dernier est symétrique, ou dans le premier tiers des leurres ayant une section décroissante ou une caudale.
Afin d’éviter que le leurre ne se déchire au niveau de l’hameçon après moultes lancers, vous pouvez mettre 1,5cm de gaine thermo-rétractable dédiéé au wacky (Decoy Worm Holder) ou celle que les carpistes utilisent pour protéger leurs bouillettes des écrevisses ou poissons-chats (Prologic Protector Shrinking tube). Valley Hill propose également des tubes silicone, les Jara Tube, mais contrairement à la gaine thermo, ces bagues silicone ne sont pas rétractables à la chaleur donc moins passe-partout car elles ne s’adaptent qu’à un seul diamètre de leurre vermiforme.

wacky-gaine-thermo-retractable

Leurre

Les leurres rois du wacky sont les worm (une imitation de gros vers) dont l’incontournable Senko de Gara Yamamoto qui a donné ses lettres de noblesse au wacky. Malgré leurs formes allongées ces vers sont denses car gorgés de sel afin d’augmenter leurs poids et faciliter ainsi les lancers. Ils peuvent être totalement lisses, annelés, avec des appendices vibratoires (queue plate, faucille…) ou de formes vraiment biscornues à nos yeux mais appétissantes pour les poissons.

worms-wacky-pecheur-com

La taille peut varier de 6 à 15cm mais n’ayez pas peur d’utiliser de gros leurres et de fortes sections : les bass ont toujours les yeux plus grands que le ventre !
Pour ce qui est de la couleur, de l’improbable (mais terriblement efficace) rose bonbon en passant par le noir, le violet, le blanc, le chartreuse et toutes les nuances de vert et de marron ; avec ou sans paillettes : tout est permis !

 

Variantes

Le Neko ring est une déclinaison légèrement plombée du wacky grâce à un insert introduit dans la tête du leurre (généralement en tungstène plus lourd que le plomb à volume égal) et ce afin d’augmenter la descente du leurre. Certains préconisent de rentrer complètement l’insert dans le leurre, d’autres le laissent volontairement dépasser de 2mm afin qu’il puisse taper sur les cailloux et provoquer des stimulis susceptibles d’intéresser les bass curieux.
Vous pouvez également insérer dans la tête de votre leurre un rattle (petit tube contenant des billes bruiteuses), là aussi pour éveiller la curiosité des poissons ; mais dans ce cas-là, il faut absolument rentrer tout le rattle dans le leurre si il est en verres sous peine qu’il ne se casse si il rentre en contact avec des cailloux.

neko-rig-pecheur-com

L’inch wacky est une variante encore plus plombée du wacky destinée à des pêches profondes et/ou pour traverser plus rapidement les couches d’eau. Pour ce faire, en lieu et place d’un hameçon simple, on utilise une tête plombée de 1,5 à 5g généralement équipée d’un système anti-herbe (Damiki Jig Tungsten Kaiser, V&M Shakey Wacky) ou non (Mustad Wacky).

inch-wacky-pecheur

 

Initialement destiné à la pêche du black-bass, le wacky et ses variantes sont tout aussi attractifs sur les perches et les sandres tatillons. Son montage simple et son animation minimaliste en font une technique de pêche ludique terriblement efficace, à condition bien-sûr d’approcher des postes à prospecter à pas de sciou lorsque l’on pêche du bord…