Série STRIKER PLUS de GARMIN

Pecheur
15 décembre 2017

Garmin vient d’annoncer une nouvelle gamme de sondeurs pour 2018. Baptisés STRIKER Plus, ces nouvelles machines intègrent un module sondeur très performant pour des images claires et parfaitement détaillées. Ils disposent d’une antenne GPS intégrée pour mémoriser des waypoints, naviguer jusqu’à eux et connaître votre vitesse de navigation ou de dérive. Ils intègrent désormais tous la fonction Quickdraw Contours, ainsi qu’un module Wi-Fi intégré pour les modèles 7 et 9 pouces.

La fonction Quickdraw Contours permet de créer et de stocker jusqu’à 8 000 km² de cartes bathymétriques détaillées avec des courbes représentées tous les 30 cm. Le module Wi-Fi intégré permet quant à lui d’accéder à l’application mobile gratuite ActiveCaptain™ et de profiter de l’affichage des smart notifications (en lien avec votre téléphone pour ne rien louper !), de l’accès à la communauté Quickdraw™ et plus encore.

 

ActiveCaptain :

Découvrez les bienfaits de la pêche connectée grâce à la nouvelle application ActiveCaptain de Garmin. Cette application gratuite est disponible sur App Store et Google Play et est compatible avec les smartphones et tablettes Android ou iOS.

Elle offre de nombreux avantages tels que :

  • Smart Notifications : gardez votre téléphone bien au sec. Les STRIKER Plus 7 et 9 affichent les smart notifications (appels entrants, SMS, emails) directement à l’écran.
  • Quickdraw community : avec ActiveCaptain, plus besoin de « préfisher ». Téléchargez aisément et rapidement des cartes bathymétriques détaillées vers/depuis la communauté Quickdraw Contours de Garmin sans passer par un ordinateur.
  • Sauvegardez vos points : plus de risque de perdre vos données. Grâce à Active Captain, vous sauvegardez vos points dans la mémoire de votre smartphone ou de votre tablette.
  • Mises à jour : pas le temps de préparer votre matériel ? Pas de problème, avec l’application ActiveCaptain, mettez à jour le logiciel interne de votre sondeur directement depuis l’application.


Antenne GPS intégrée :

Tous les appareils des séries STRIKER intègrent une antenne GPS haute sensibilité. Une fois sur l’eau, votre sondeur affiche votre position GPS et vous permet de mémoriser jusqu’à 5000 waypoints. Des icônes spécifiques vous permettent d’identifier rapidement les positions mémorisées selon qu’il s’agit d’une cale de mise à l’eau, d’un herbier, de roches, d’un arbre immergé, etc. Une fois votre waypoint sélectionné, le STRIKER vous indique le cap à suivre, la distance et l’heure d’arrivée à destination. L’antenne GPS vous permet également de visualiser votre vitesse en temps réel. Cette fonctionnalité est particulièrement intéressante lorsque vous naviguez dans des zones où la vitesse de navigation est réglementée, ou pour les pêches en verticale.

 


Quickdraw contours :

Les sondeurs de la série STRIKER PLUS vous proposent une fonction capable de générer vos propres cartes de pêches avec courbes bathymétriques représentées tous les 30 cm. Totalement gratuite cette fonctionnalité est intégrée à l’ensemble des appareils et permet de stocker jusqu’à 8000km² de plan d’eau avec une précision inégalée.
De plus les STRIKER 7cv, 7sv et 9sv permettent de partager ses logs bathymétriques et de télécharger des cartes de pêches détaillées avec d’autres utilisateurs de la communauté Quickdraw Contours via l’application ActiveCaptain.


Sondeur CHIRP « tout en un »

L’ensemble des appareils de la gamme STRIKER intègre un module sondeur 100% CHIRP. Tous les modèles disposent du mode sondeur 2D traditionnel HD-ID CHIRP qui offre une discrimination optimale des carnassiers et du poisson fourrage. Ils supportent les fréquences traditionnelles de 50/77 et 200kHz ainsi que les bandes CHIRP Basses, moyenne et Hautes fréquences.

Les STRIKER Plus CV disposent en plus de la technologie ClearVü CHIRP (260/455/800kHz) qui permet de repérer les structures immergées sous la coque du bateau. Enfin, les modèles STRIKER Plus SV embarquent la technologie SideVü CHIRP (260/455/800kHz) pour repérer tout ce qui se trouve sous la surface, de part et d’autre du bateau. Cette technologie vous permet de couvrir plus de terrain en un seul passage et vous fait gagner un temps non négligeable lors des phases de prospection.

La pêche au Tenya

Pecheur
29 novembre 2017

La pêche au Tenya est une nouvelle technique de pêche en mer en bateau qui rencontre de plus en plus d’adeptes depuis ces dernières années. Offrant de très bons résultats sur une grande majorité de poissons, cette technique s’avère particulièrement redoutable sur les sparidés (pagre, dorades royales et grises, dentis, sars) à condition de respecter quelques fondamentaux.

Le principe

Le tenya est un leurre-appât qui a la forme d’une tête plombée avec un assist hook situé sous l’hameçon principal et initialement conçu pour y adapter une gambas ou encore des leurres spécialement conçu à cet effet.

Oval Tenya Ecogear monté avec une gambas ou un leurre souple

Le principe de la technique est de faire évoluer une gambas dans la veine de courant juste au-dessus du fond en même temps que la dérive du bateau. Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas chercher la verticale qui implique des tenya plus lourds donc moins planant et de fait, moins pêchant. La nage du leurre est en effet très importante et l’efficacité de la technique réside dans le choix du parfait équilibre entre le grammage du Tenya et le bon angle de la ligne par rapport à la dérive : pour une dérive de 1 nœud dans une profondeur de 25 mètres, un tenya n°4 ou n°6 (14 gr ou 23 gr) suffira à la bonne présentation.

L’animation

Des mouvements lents et linéaires sont la clé de la technique. En effet, les animations pour la pêche du tenya consistent à faire évoluer la gambas prêt du fond de la manière la plus naturelle possible. De longues tirées horizontales suivies d’arrêts pendant plusieurs secondes (le temps que le tenya redescende doucement sur le fond) sont très souvent suivis de touches. C’est à ce moment précis qu’il faut attendre et ne pas ferrer voire même rendre la main afin que le poisson ait le temps d’engamer la gambas. Il faudra attendre une touche plus lourde et plus violente pour ferrer.
Il peut être également productif de remonter doucement sur quelques mètres puis attendre quelques secondes et rouvrir le pick-up du moulinet afin que le tenya redescende sur le fond. Cette animation est très efficace sur les dorades grises.

Animation pour la pêche au tenya

Les Tenya

Les formes de Tenya adaptées à la pêche du pagre ou de la dorade grise sont généralement ovales ou profilées afin de conserver au leurre une nage furtive et planante. Les formes triangulaires sont destinées à des pêches de fond (poissons de roches ou sur épave) car le courant appuie sur le leurre et le plaque sur le fond. Plusieurs sociétés françaises proposent cette année des leurres Tenya provenant du Japon ( Kabura Bridge, Hayabusa, Duel, Duo), ou la gamme complète Ecogear avec les Oval Tenya de 7,7 gr à 56 gr et de nombreuses couleurs . L’enseigne  K-One (marque de la réputée canne Tenya K1-3006) a également annoncé pour 2018 une gamme de Tenya (Jigsten) armés avec les hameçons BKK extrêmement piquants et résistants .

Les Cannes

Nous en parlions précédemment, la canne Tenya de la marque K-One Tenya K1-3006 , conçue spécialement pour cette technique, est devenue une véritable référence en la matière avec une action de 10 à 90gr pour une longueur de 2,50m .

Pour compléter sa gamme et acquérir de plus en plus d’adeptes,  la marque K-One a annoncé deux nouvelles cannes pour 2018 (casting et spinning, série « Starter ») dans un créneau de prix très accessibles. Tenryu  propose également un très beau produit avec la canne Queen Tai et Super Queen Tai du pur « Made in Japan » avec une action très caractéristique et propre aux cannes Tenya. Nories, autre marque très réputée au Japon, propose depuis plusieurs années un véritable bijou  avec l’Hybrid Tenya, canne recommandée à la fois pour le tenya et la madaï.

Tresse ou nylon ?

La pêche au Tenya est une technique qui requiert sensibilité et finesse. Une tresse en 4 brins multicouleur (tous les 10 mètres) est donc particulièrement recommandée associant à la fois résonance et résistance à l’abrasion. Quelques firmes japonaises proposent d’excellent produits : Sunline, YGK, Gosen. On optera pour une tresse de résistance entre 12 et 20 lb (diamètres différents selon les fournisseurs) et un shock leader nylon dans les mêmes résistances .

Les appâts

Les gambas sont les appâts de prédilection pour la pratique de cette pêche mais on peut aussi utiliser des lamelles de calamars ou de seiches. Des attractants permettant de booster les appâts sont également disponibles sur le marché (Ebishaki de Marukyu et Ecogearaqua liquid).

Les postes

Les pagres se pêchent pratiquement toute l’année . Leurs zones préférées sont les gravières et plateaux avant les tombants . Ils se mettent souvent à l’abri des courants forts et cherchent alors des trous ou des rochers.  Les dorades grises, quant à elles, sont plus grégaires et aiment se nourrir autour des rochers (souvent au dessus) .

Il n’est pas toujours facile de se lancer dans une nouvelle technique et surtout d’y croire ! Alors nous vous proposons dans le lien suivant une petite vidéo en « direct »  qui a été fait avec Guillaume Auger, spécialiste en matière de pêche aux sparidés et de pêche au tenya qui nous démontre l’efficacité de la technique avec un superbe pagre pris dans 60 mètres de fond et qui nous révèle quelques informations qui viendront parfaitement compléter notre article :

 

Barracuda Tour 2017

Le 11 avril dernier, Vianney Fourrure fut tiré au sort au jeu organisé sur la page Facebook de Pecheur en partenariat avec ForWater. Vianney, gagna donc sa participation à la manche du barracuda Tour 2017 dans le  Golfe du Morbihan. La restauration et l’hébergement étant pris en charge par Forwater, le matériel de pêche fourni par l’organisation : Vianney n’avait plus qu’à embarquer sur un superbe Beneteau Barracuda 8 (équipé de 2x150cv Suzuki) et pêcher.

Petit débrief à chaud de Vianney :

Vendredi :
Après avoir fait une longue route (Lille – Arzon), je suis arrivé au port de Crouesty en fin d’après-midi. J’ai été très bien accueilli par l’équipe Forwater / Railblaza. Une fois la présentation d’ouverture pour cette édition 2017 finie, nous avons pu déguster d’excellentes langoustines avant de rentrer à l’appartement et se reposer pendant une courte nuit.

Samedi :
5h00 debout, manteau et casquette Railblaza enfilées, nous rejoignons les participants pour prendre un petit déjeuner et connaître les positions gps et lieux de pêche. C’est sur un top départ (qui me donne encore des frissons) que tous les bateaux se mettent à naviguer et s’enfoncer dans le Golfe du Morbihan à la traque du bar ! C’est sous un magnifique soleil que notre équipe a sorti une vingtaine de vielles, plusieurs lieus, mais malheureusement aucun bar. Mais je n’en reste pas moins heureux et satisfait de ma première matinée, et première pêche en mer !

La journée se déroule tranquillement et après un bon repas festif nous rentrons à l’appartement… usés !

Dimanche :
5h30 debout (oui, une demie heure de plus est très important !) nous rejoignons notre bateau pour une dernière virée en mer, le soleil se lève sur le port et tous les bateaux entrent en scène en file indienne.

L’image contient peut-être : 1 personne, plein air et eau

Bilan : une seule vieille de sortie ! On sauve la bredouille… Décidément, le bar s’est fait très timide durant le Barracuda Tour 2017. Mais quel plaisir d’être à bord de si beaux bateaux et naviguer sur cette mer d’huile…

Rentrés au port, nous participons au repas collectif dans une ambiance conviviale. Il est temps pour moi de rassembler mes affaires et de dire au revoir à mes coéquipiers du week-end.

Je sais que la route sera longue, mais je repense à tous ces beaux moments passés, j’ai pu rencontrer des personnes formidables, passionnées, attentionnées à mon égard. Participer à ce concours est un rêve pour beaucoup de pêcheurs et je suis bien conscient de la chance que j’ai eue, alors un grand merci à Pêcheur.com de m’avoir permis de vivre cette incroyable expérience, merci aussi à Forwater et Railblaza, à toutes les personnes qui ont fait le succès de cette édition 2017, et bien-sûr merci au Barracuda Tour et les organisateurs.

J’espère pouvoir y participer une nouvelle fois, peut être dans ma région sur la Côte d’Opale. Qui sait ?

Vous pouvez retrouver toutes les vidéos et photos de mon périple sur Youtube et Facebook.

En plus de proposer des gilets de sauvetage d’excellente qualité, et tout ce dont vous aurez besoin pour la navigation et l’accastillage, ForWater est également le distributeur de FreeWheeling un petit moteur à main écolo et très pratique, indispensable pour vos annexes :

Après notre démonstration dans le port de Morlaix, Loisirs Nautiques a testé pour vous le moteur d'annexe manuel dans des conditions différentes (vent, courant,…). Pas de surprises ! ça fonctionne à merveille !https://www.youtube.com/watch?v=VsOezgxKgMM

Publié par Loisirs Nautiques sur mardi 2 mai 2017

Sondeur : que faire du switchfire ?

Numa,  présente sur son Helix 9 le Switchfire, une fonctionnalité propre aux sondeurs Humminbird, et dont il faut impérativement comprendre le rôle pour ne pas passer à côté des performances de son appareil…

Predators N°68

Retrouvez dans le numéro 68 d’Avril / Mai / Juin 2017 de Prédators, le magazine des pêcheurs de carnassiers 100% leurres et des compétiteurs actuellement en kiosque :
– Un compte rendu de Clermont avec toutes les nouveautés 2017
– Décroche-leurres : le plus juteux de tous vos investissements
– Le jerkbait en eau froide : une efficacité méconnue
– Fluorocarbone : bilan et perspectives
– Le B.A.S.S. France : une saison victorieuse
– Faire du nouveau avec du vieux : ou les pouvoirs des leurres vintage
– Saumons et truites de mer une vraie passion !
– Connaître les bavettes pour les comprendre
– Squid night fever : l’invitation à la fièvre du samedi soir !

Mais aussi des tests (Rexo MGX et MGXtreme), les rubriques technik, boating et des invitation au voyage et au dépaysement : l’Arapaima Expédition II de Ryusuke Hayashi et le retour du bar rayé au Quebec.

Prédators que vous pouvez retrouver sur Facebook  mais aussi et surtout surtout sur vos smartphones et tablettes frâce à l’application disponible sur l’App Store et sur Google Play.

Choisir sa barque ou son bateau de pêche

Il est légitime pour le pêcheur de carnassiers ou de carpes de vouloir un jour s’affranchir des contraintes de la terre ferme. Pour l’un, il aura accès à de nouveaux postes, et pourra approcher les bordures de manière ultra efficace côté large. Pour l’autre cela permettra aussi d’accéder à de nouveaux postes, et aussi de poser ses montages et l’amorçage avec une précision extrême.
Et pour les deux c’est l’assurance de voir éventuellement plus de poissons dans l’épuisette en contrant les obstacles.

Barque rigide

Les avantages des barques rotomoulés (en ABS injecté) sont avant tout la solidité (contre les rochers et bordures), l’aménagement faciles (moteur avant, porte canne), une faible prise au vent et un confort et place à bord (bancs et/ou coffres de rangement déjà inclus).
Les inconvénients sont une stabilité inférieure à un pneumatique et surtout un transport plus pénible : la remorque ou les barres de toit sont indispensable, sans parler du poids supérieur…

Bateau pneumatique

Les bateaux pneumatiques offrent l’avantage d’une plus grande stabilité que des rotomoulés, un transport indéniablement plus facile (dégonflé, un pneumatique entre dans un coffre de voiture citadine) et une plus grande capacité de charge. Le principal inconvénient est sa fragile contre les rochers coupants et/ou bois morts et plus anecdotiquement une plus grande prise au vent et les boudins prennent un peu de place à l’intérieur de l’embarcation.

Le pneumatique donnera le choix entre 3 planchers différents :
– lattes : simple et léger, mais peu stable, sauf à bricoler une planche de contreplaqué marine. Par contre aucune tenue en navigation.
– aluminium : très stable, mais lourd et pénible à mettre en place. Bonne tenue en navigation.
– gonflable : léger, stable, bonne tenue en navigation. Réunit les qualités de deux précédents, sauf un inconvénient : compter 2 minutes pour le gonfler.

 

On peut résumer en disant qu’un pêcheur de carnassiers sera plus orienté vers une barque en dur notamment pour éviter la prise au vent et pour l’aménager. Le carpiste lui plus un pneumatique pour son transport facile. Retrouvez ici le grand choix de bateaux (rigides et gonflables) présents sur Pecheur.com

Enfi, la navigation est un risque, qui occasionne plusieurs morts chaque année en France. Pour s’en prémunir et revenir à la maison mettez un gilet de sauvetage à chaque sortie !

Plus de détails et de précisions, notamment sur les bateaux aluminium pas abordés ici :
retrouvez un article complet sur 1Max2Pêche.

Pour plus de renseignements sur votre future embarcation (rigide ou pneumatique), n’hésitez pas à contacter Eric, notre conseiller technique et compétiteur bateaux FFPS Challenger : ses coordonnées figurent sur toutes les fiches article des bateaux

FFPS 2017

La FFPS-Carnassiers (Fédération Française des Pêches Sportives-Carnassiers), sous l’égide du Ministère de la Jeunesse et des Sports, fédère aujourd’hui près de 700 compétiteurs autour des 80 manches du Championnat de France Bateau, Float Tube, Pêche du bord, kayak et truite. Ses membres, licenciés, bénévoles et partenaires, plus de 1000 passionnés se sont réunis pour promouvoir la pêche de compétition et faire évoluer cette activité sportive au gré des saisons.

La FFPS carnassiers  vient de publier le calendrier des épreuves 2017. Cette nouvelle saison s’annonce encore plus dynamique et attractive que les précédentes, avec de belles nouveautés comme notamment une date phare, avec une compétition silure sur le Rhône mais aussi la participation de l’équipe de France au Championnat du Monde Pêche du Bord en Italie début juin et de l’équipe de France Bateau en Russie début septembre ainsi qu’un large choix d’épreuves sur toute la France pour satisfaire tous les férus de compétition.

A chacun son championnat !

8 championnats de France, 2 épreuves nationales et 2 championnats du Monde… Tous les calendriers sont mis en ligne sur le site de la FFPS carnassiers :

En France

Championnat de France Pro-élite et Challenger / Junior – Pêche du bord

 

Championnat de France Pro-élite – Pêche en bateau

Championnat de France Challenger – Pêche en bateau

Championnat de France Pro-élite – Pêche en float-tube

 

Championnat de France Challenger – Pêche en float-tube

 

Championnat de France – Truite aux leurres 

Championnat de France – Kayak

 

Pour la première fois, la FFPS-Carnassiers propose une étape silure baptisée « National Silure » qui aura lieu sur le Rhône les 30 septembre et 1er octobre à St Alban du Rhône. L’objectif serait de mettre en place, dès 2018, un championnat de France silure pour développer cette discipline en pleine essor.
La FFPS-Carnassiers aura le plaisir de vous faire découvrir au sein des championnats de France bateau le « National Perches » à Sanguinet (33) les 04 et 05 novembre.
Le traditionnel « National Bass » s’adressera à tous les compétiteurs de pêche du Black-Bass. Cet événement est programmé les 22 et 23 Juillet, à Penne d’Agenais. En 2016, il avait fédéré près de 70 bateaux.

A l’international

L’équipe de France Pêche du bord participera au championnat du Monde de carnassiers aux leurres artificiels du bord du 1er au 5 juin, en Italie, à Val Di Sole sur la Noce River. En 2016, ce championnat avait accueilli une bonne quinzaine de teams venus de toute la planète. Cette année l’équipe de France de la pêche du bord sera composée de : Eric Despalin (Team Manager / Sélectionneur), Jérémy Seguin (Capitaine), Tom Bontempelli (membre), Morgan Calu (Membre)

Thomas Gasnier (Membre), Alexandre Portheault (Directeur sportif) et de Guillaume Vernet (Conseiller technique). Sur cette rivière sont principalement recherchées les truites marbrée et Fario ainsi que l’omble Chevalier.

Le championnat du Monde de pêche en bateau est programmé les 02 et 03 septembre et se tiendra cette année en Russie. L’équipe de France constituée de Fred Marre (Team Manager/Sélectionneur), Equipes : Frédéric Laupin (Capitaine), David Menteur, Ivan Pavelic et Jérôme Barnoin.
Equipe de réserve : Alain Marragou et Nicolas Delebarre.

En 2016, ce championnat du monde avait fédéré 17 pays. A rappeler que les équipes de France ont remporté lors du Championnat du Monde 2015, la médaille de Bronze en Estonie et la médaille d’argent en 2014. Elles se sont également distinguées avec la médaille de bronze au Championnat du Monde de Black-bass en 2013.

La première date de la saison 2017 de la FFPS sera donc les 25 et 26 mars à Gouzon (23 – Creuse) pour la Championnat de France – Truite aux leurres : rendez-vous donc sur la page Facebook de la FFPS-Carnassiers.

Sondeur : désactiver le sonar

Il est capital de savoir à tous moments comment désactiver son sonar, de manière à ne pas alerter les poissons éduqués qui peuvent assimiler le bruit caractéristique d’un sonar à un danger… Explication simple et rapide de l’ami Numa sur son Helix 9 d’Humminbird.

 

Les technologies des sondeurs

Pecheur
28 février 2017

Depuis quelques années maintenant, le sondeur fait partie intégrante de l’arsenal du pêcheur moderne que ce soit embarqué (en bateau ou float tube) ou même du bord  (avec le Deeper par exemple). En noir et blanc à ses débuts puis en couleur depuis, le principe de base n’a pas changé mais a évolué au fil des années, agrémenté par de nouvelles technologies…

Comment ça marche ?

Peu importe la taille de l’écran, sa marque ou son tarif, le principe est simple. L’échosondeur envoie des ondes vers le fond par l’intermédiaire de la sonde puis les analyse en retour pour représenter sur l’écran la structure du fond, la hauteur d’eau et la présence des poissons sous forme d’échos, c’est ce qu’on appelle la fonction 2D.

Fonction GPS

Cette fonction n’est encore pas présente sur tous les modèles de sondeurs mais celle-ci s’avère être intéressante à utiliser en fonction des lacs et rivières côtoyées. Elle aidera également à mémoriser nos spots de pêche ou le trajet aller/retour qui sur certains lieux que l’on ne connait pas peut vite devenir un problème ; voire même un certain danger qu’il ne faut pas prendre à la légère lorsqu’il y a des hauts fonds. Avec ou sans lecteur de carte, le sondeur via une antenne GPS intégrée (ou déportée sur les anciens modèles) enregistre nos traces (comprenez nos déplacements) et il nous est possible de marquer des waypoints (des points GPS) là où nous avons eu la fameuse touche du poisson de nos rêves…

Technologie Down Imaging

La technologie Down Imaging (dénomination propre à Humminbird), Down Scan (Lowrance) ou DownVü (Garmin) est une vue verticale scannérisée du fond ; vue proche du rendu photographique avec encore plus de détails, à utiliser en complément de la vue 2D. Idéale pour connaitre vraiment la nature du fond sous le bateau et apercevoir les structures comme par exemple les anciens ponts, les arbres noyés ou les maisons englouties dans lesquelles se cachent beaucoup de carnassiers…

Technologie Side Imaging

La technologie Side Imaging (dénomination propre à Humminbird), Structure Scan (Lowrance) ou SideVü (Garmin) est une autre vue disponible sur certains modèles plus haut de gamme. Cette technologie, dédiée à la prospection, est une imagerie latérale du fond, de qualité photographique, capable d’identifier les structures, les poissons ou anciennes routes jusqu’à une distance de 100m de chaque côté de votre bateau. Avec ce mode de détection, plus besoin de passer à l’aplomb des zones que vous souhaitez découvrir ou que vous pensez connaitre. Couplé à la fonction GPS, vous pouvez marquer un waypoint à plusieurs mètres de distance et revenir y lancer vos leurres, plus rien ne peut vous échapper…

Et la pêche dans tout ça ?

On a vite fait de se perdre avec toutes ces technologies qui ne possèdent pas le même nom selon les marques.  Peu importe la taille de l’écran qui n’est qu’un confort de lecture. Que l’on ait le dernier modèle en date ou pas, c’est un investissement qu’il faut étudier en fonction de ses moyens et surtout de l’utilisation que l’on souhaite en faire et de son lieu de pêche. Il ne faut pas hésiter à demander conseil, à se renseigner sur internet ou à contacter un conseiller avant de se lancer…
Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que même le meilleur des sondeurs ne remplacera pas votre sens de l’eau et ne vous fera pas prendre plus de poissons là où il n’y en a pas. La plupart des pêcheurs qui viennent de recevoir leur nouveau jouet passent leur temps, et c’est bien normal, à trifouiller dans les menus du sondeur, à changer de vue et surtout à regarder leur superbe écran en oubliant souvent l’essentiel ! Pêcher tout simplement…

Pour plus de renseignements sur votre futur sondeur, n’hésitez pas à contacter Eric, notre conseiller technique et compétiteur, grand spécialiste de l’électronique embarqué : ses coordonnées figurent sur toutes les fiches article des sondeurs

Sondeur : 83 ou 200kHz ?

Pecheur
22 février 2017

Presque tous les sondeurs proposent de régler la sonde sur deux fréquences distinctes. 83 ou 200 kHz, laquelle choisir et pourquoi ? Quand changer de fréquence de sonde ?