La pêche et les Poissons #867

Dans le numéro 867 d’aout de la Pêche et les Poissons actuellement en kiosque, découvrez :

– Mer et rivière : la kayak attitude
– Les appâts XXL pour le silure
– Tentez le grand Chelem ! (brochet, sandre, perche et bass)
– L’hyperréalisme des leurres…
– Toc en été : pêchez très léger !
– Method feeder à la grande canne : un mariage qui décoiffe !

La Pêche et les Poissons dont vous pouvez retrouver notre offre exclusive d’abonnement (print + web) sur Pecheur.

Batman plus fort que Saturnin ?!

Pecheur
18 juillet 2017

Le Suicide Duck et le 3D Rad Savage Gear avaient égayé la saison 2016 carnassier ; après le canard dépressif et suicidaire et le rat plus vrai que nature, voici la chauve-souris signée Mads Grosell, le concepteur génial de Savage Gear !

Préparez-vous pour des attaques dignes d’un film d’horreur… en surface !
L’envie de Mads Grosell est de créer des leurres de plus en plus réalistes, imitant l’apparence et la nage de diverses proies auxquelles les carnassiers ne peuvent pas résister, nous a amené à concevoir les incroyable 3D Suicide Duck et 3D Rad !
La prochaine étape des leurres de surface est la 3D Bat, le « crawler » le plus réaliste et le plus incroyable que vous ayez vu ! La 3D Bat vous bluffera avec ses superbes détails issus du scan 3D, sa nage exceptionnelle et une sonorité distincte riche en « plop » qui fera venir les poissons carnassiers de très loin !
Corps en Hard ABS équipé d’ailes en acier inox, conçu pour encaisser les attaques les plus brutales !
Ramené en linéaire, le leurre nagera en surface comme une vraie chauve-souris qui essaye désespérément de rejoindre la berge ! Changez la vitesse de récupération de temps à autre et pensez à réaliser des pauses dans l’animation, ou bien ramenez simplement en linéaire jusqu’au bord ! Mais animez avec la canne relativement haute.
Un leurre parfait pour la pêche du bass, du brochet, du musky ou encore des silures !

La 3D Bat est disponible en 3 tailles : 7cm – 14g, 10cm – 28g et 12,5cm pour 54g spécial gros spécimens !

 

 

Le chevesne en surface

La pêche du chevesne en surface est une des plus palpitantes qui existe. Bien qu’étant un cyprinidé, le Chevesne (Squalius cephalus) est un poisson omnivore ; toujours en maraude et prêt à gober tout ce qui lui passe devant les yeux : vers, larves, crustacés, mollusques, insectes, mousses de rivières, baies sauvages voire alevins pour les plus gros poissons…
Il peut donc être pêché à la ligne, à la mouche, aux leurres souples sur de petites têtes plombées, avec des leurres durs de surface (petits cranks, petits poppers) et aussi et surtout aux imitations d’insectes.

Bourdon, abeille, frelon, araignée, coccinelle, chenille, cigale, scarabée ou bestioles plus improbables du principal que cela ait des pattes, le chevesne approché avec discrétion, gobera goulûment toutes imitations d’insectes et vous procurera des sensations fortes à condition de pêcher fin…

Leurres souples :

Les puristes vous conseilleront de ne pêcher les poissons gobeurs (chevesnes, truites mais aussi black bass) qu’avec des leurres souples de petite taille.
Une matière plastique flottante plus ou moins dense de 1 à 5g pour une taille pouvant varier de 3 à 6,5cm et surtout des appendices vibratoires (le plus possible) et sans oublier un mimétisme poussé au maximum. Tel est le cahier des charges de toutes ces imitations.
Des marques comme Reins et Tiemco proposent une large sélection d’imitations telles que les Reins Insecter (4cm – 2,3g) disponibles également en 5cm (Reins Dekasecteur), Reins Chibisecter (3cm – 2g) et Reins Hanesecter (3,5cm – 3g). Le regretté Aiba Mushi de Tiemco malheureusement trop vite disparu du catalogue est heureusement remplacé par de belles imitations de cigales : les Tiemco Panic Cicada (4cm – 4g). Bait Breath propose une superbe imitation d’insecte : le BJ Bug (5cm) livré avec une deuxième paire d’ailes plus petites et un flacon de gel flottant.
Disponible en plus de 12 couleurs, les Illex Woodlouse (3cm – 1,1g) sont incontournables et doivent être obligatoirement présents dans toutes les boîtes des pêcheurs à vue.
Savage Gear propose une nymphe de mouche de mai en PVC de 6,5cm quasiment indéchirable ; c’est la version loose body (non armée) de la 3D Mayfly qui nous intéresse ici pour la pêche de surface mais elle est disponible pour les pêches de fond déjà armée d’un hameçon simple.

Pour armer vos imitations d’insectes, un hameçon simple taille 6 ou 8, type drop shot (Illex Down Shot Finesse ou Owner Mosquito ) suffira amplement. Vous pouvez également les monter sur des hameçons texan pour débusquer les poissons dans la végétation mais pensez à bien faire ressortir la pointe pour éliminer au maximum les fausse touches. Dans tous les cas, préférez un modèle fin de fer pour ne pas alourdir inutilement votre leurre et ainsi lui garantir une meilleure flottabilité.

Ces imitations très légères peuvent être lancées un peu plus loin car il existe des têtes plombées flottantes (de 0,8g) généralement équipées d’un système anti-herbe ! C’est le cas des Performance Baits Hoptera (3,5cm – 0,8g) distribuées par Smith Europe et des Imakatsu Baby Spider (2cm) et Spider (4cm).

L’animation de ces bestioles est on ne peut plus simple : des petits coups de scion, pour faire vibrer les pattes et leur donner ainsi l’aspect d’un insecte tombé à l’eau, agonisant. Une autre technique d’animation est possible en récupérant en stop & go, en les faisant plonger sous la pellicule d’eau. Lors des pauses, ils remontent à la surface comme pour venir respirer. Enfin, la technique ultime pour tromper les poissons les plus méfiants : le laisser inerte en surface, quelques légers coups de scion et attendre que la magie opère !

Leurres durs :

Les leurres durs de surface, dont nous retiendrons ici que les modèles aux couleurs propices à émoustiller un entomologiste, peuvent se diviser en deux grandes catégories : les crawlers avec leurs ailes en plastique durs de chaque côté qui nagent ainsi  le crawl (d’où leurs noms) et les mini-crankbaits que l’on ne présente plus !

Parmi les crawlers, Megabass propose la plus belle sélection d’imitations de cigales : Megabass Siglett (3,5cm – 4g), Megabass Grand Siglett (4cm – 6g), la toute nouvelle Megabass Tiny Siglett (40cm – 2,8g) ainsi que la Megabass Beetle X Hover Crawl (5cm – 6g), le tout avec une finition irréprochable, marque de fabrique de la firme nippone. Tiemco propose, quant à lui, sa Tini Cicada TT (3,5cm – 2,7g), Duo sa Shin Mushi (3,5cm – 6g) et Autain la Bonkers Cycloneda (6cm – 6,1g). L’animation de ces crawlers se fait en linéaire avec des pauses plus ou moins longues accompagnées de quelques tremblements de scion.
Également dépourvu de bavette, Sakura propose son Notobug (3cm – 3,5g) avec des appendices vibratoires en filaments de silicone et Jackson sa Namazemi.

Outre la superbe gamme d’imitations en bois entièrement faite à la main de Microbaits (crickets, scarabées, coccinelles et chenilles),  il existe de nombreux petits crankbaits aux robes plus ou moins réalistes. Certains d’entre eux poussent le mimétisme jusqu’à avoir un profil très proche des insectes imités. Il existes des larves comme le Hart L-Plug (3,5cm – 3g) ou le Savage Gear Larvae (5,5cm) , Hart Isasa (3cm – 1g), Bassday Kobun (2cm – 1,3g) ou Stepanow Fishing Wobbler Insect (2cm – 1,5g) avec ses élytres en plume mais également des chenilles comme le Flashmer Co-Coon (3cm) ou des sauterelles à l’instar du Dam Effzett Cricket (3,7cm – 2,5g) sans oublier les araignées comme les River2Sea Spider Crank (3,5cm – 7,1g).

Les autres crankbaits au profil plus traditionnel et trapu n’imitent que la livrée des insectes. C’est le cas du Illex Deka Mitts Dry (3,5cm – 2,1g) et du Megabass Baby Zero Griffon (3,7cm – 5,25g) en version coccinelle,  des Salmo Tiny (3cm – 2g), du petit Illex Crank 22 (2,2cm – 1,1g) version cricket et du Illex Chubby SSR (3,8cm – 4,2g).

Tous ces cranks avec leurs bavettes entre 45 et 90° nagent dans la partie supérieure de la pellicule d’eau. Rares sont ceux qui plongent à plus de 50cm de profondeur : le but est de se débattre en surface tel un coléoptère en perdition. Animé en stop & go en linéaire, là aussi des pauses plus ou moins longues déclenchent souvent des attaques. En rivière, aidez-vous du courant : lancez bien en amont du point de chute désiré et laissez dériver pour prospecter le dessous des frondaisons difficilement accessibles.

 

Matériel pour le chevesne :

Pour lancer des leurres de moins de 5 g, un ensemble Ultra Light est indispensable. Une canne capable de facilement propulser des petits leurres doit être très légère (100g) mais avec une bonne réserve de puissance pour contrecarrer les rushs puissants des chevesnes. La qualité du blank doit être irréprochable afin de bénéficier d’une action rapide et nerveuse. D’une longueur comprise entre 1,80 à 2,20m (pour la pêche du bord), la plage de puissance sera comprise entre 1 à 6g : de vrais fleurets aiguisés comme des dards qui sont les archétypes des cannes typées truite UL et/ou rockfishing.
Du très haut de gamme comme l’Illex The Artist S1982 UL , Illex Pepper S 198 UL Micro Jig Spéciale , Reins Ajn Ringer Z, Shimano Diaflash AX, en passant par les Ioda 72RS ou encore les abordables Daiwa Presso, c’est en spinning que vous aurez le plus de choix que ce soit en terme de cannes et de moulinets.

Le moulinet devra lui aussi être un poids plume pour ne pas déséquilibrer votre canne UL : environ 200g maximum pour un confort accru, donc une taille 1000 pour les amateurs des petits moulinets ou une taille 2000 ou 2500 (Shimano Stradic Ci4+ 2500 FB HG ou Daiwa Silver Creek.

Un ensemble casting baitfiness est également envisageable mais pour cela, il vous faudra investir dans un des rares moulinets baitfiness vraiment digne de ce nom comme le Daiwa SS Air et ses 145g monté sur une superbe Illex Pepper B 210 UL Bait Finess Spécial, par exemple.

* code valable du 16 au 19 mai 2017 uniquement sur les prix bleus du rayon leurres.

Brochet Sandre Magazine N°103

Dans le numéro 103 de mai-juin 2017 actullement en kiosque de Brochet Sandre Magazine, retrouvez  pleins de secrets d’ouverture :
– brochets : pourquoi je pêcherai gros !
– sandres : l’éloge du dynamisme
– grosses perches d’ouverture : c’est le moment !
– tirez le meilleur parti des chasses
– brochets et poissons nageurs
– grosses truites de lac de barrage
– silures : le coup du soir au vif du bord
– les leurres UV
– Imagerie 3D des sondeurs
– comment choisir son trailer de chatterbait

Mais aussi les rubriques shopping, tests et bien plus encore ! Brochet Sandre Magazine dont vous pouvez retrouver l’offre d’abonnement sur Pecheur.com !

Avec quoi pêcher le brochet ?

Pecheur
7 avril 2017

Le brochet est un poisson d’eau douce mythique par sa taille, par son comportement, par le fait qu’il est dans nos eaux depuis des siècles. Cela explique qu’il soit le poisson préféré de beaucoup de pêcheurs. En plus, une multitude de techniques permettent sa capture.

Une des particularités de ce poisson est ses dents, très coupantes et qui nécessitent l’emploi d’un bas de ligne résistant aux coupures, en gros nylon ou fluorocarbone, acier ou titane.

 

Le brochet au vif, au posé :

On peut dire que c’est la façon la plus traditionnelle : vous mettez un petit poisson vivant sur l’hameçon, il est maintenu à une profondeur définie avec une flotteur et/ou un plomb, et vous attendez qu’un brochet l’attaque. A noter qu’il est préférable d’escher votre vif avec un triple sur le dos, cela permet de ferrer à la touche et de ne pas trop blesser le carnassier si vous le remettez à l’eau.
Rien n’empêche d’utiliser une technique moins « posée », et de vous déplacer pour essayer plusieurs postes dans la session, en n’essayant que 15 minutes par poste.

Une canne télescopique généralement d’une longueur comprise entre 3 à 3,50 mètres accompagnée d’un moulinet débrayable sera parfaitement adaptée pour pêcher le brochet au vif, en version statique (jusqu’à 3 cannes) ou itinérante.

 

Le brochet aux leurres :

L’autre méthode pour pêcher le brochet, qui a pris un énorme essor ces dernières années, est la pêche aux leurres. Du bord, en bateau, en float tube, en toute saison, à tous les endroits : c’est polyvalent, c’est simple et ludique et peu de matériel est nécessaire, ceci doit expliquer ce succès grandissant.

Deux grandes familles de cannes et de moulinets sont disponibles pour pêcher le brochet aux leurres : le casting ou le spinning.

Casting

La canne casting avec ses anneaux et son moulinet tournés vers le haut en action de pêche peuvent dérouter les non-initiés mais le casting est plus fluide, plus puissant et permet de pêcher plus rapidement. Il convient cependant difficilement à des leurres de moins de 20g sauf à utiliser un ensemble spécial dit light. Les cannes casting dépassent rarement les 2,50m et peuvent être monobrinsoffset (la poignée se démonte et garde la « pureté » du blank d’une momobrin avec un encombrement moindre), multi-brins (généralement 2 brins de longueur égale) ou de voyage avec un encombrement très réduit (50à 65cm) afin d’être acceptée comme bagage de cabine en avion et éviter ainsi des frais supplémentaires à l’embarquement…

Spinning

Sans le savoir, vous utilisez peut-être déjà une canne « spinning », l’autre grande famille de cannes à lancer, celles que l’on connait le plus en France, avec le moulinet et les anneaux « logiquement » en bas en action de pêche…
Les cannes spinning peuvent être, elles aussi, nomobrins, ou offset (mais c’est assez rare), multibrins voire télescopiques (grandement utilisées pour la pêche au posé) et existent aussi en version voyage compactes. Pour accompagner votre canne spinning, un moulinet frein avant est le plus adapté.

Leurres Durs

Qui ne connait pas le poisson nageur ? Notamment la marque mythique Rapala (qui porte le nom de son créateur : Lauri Rapala, le père des premiers poissons nageurs dès 1930), devenue presque un nom commun Frigidaire ou Coca Cola.
Une des règles de base pour trouver votre leurre réside dans sa bavette (la petite plaque sous le nez du leurre) pour ceux qui en sont pourvus. Plus la bavette est grande, plus le leurre pêchera en grande profondeur, et inversement. La plupart des poissons nageurs pêcheront dans 1 à 2 mètres d’eau, guère plus. Seuls les crankbaits et les vibrations pêcheront plus profondément.

Toutes les animations sont possibles, un simple lancer-ramener (notamment pour les cranks et long bills), des petits coups de scion saccadés (pour les jerkbait) avec des pauses plus ou moins longues et en faisant varier la vitesse de récupération : c’est selon vos envies et surtout celles des poissons !

 

Leurres métalliques

Autres très grands classiques de la pêche du brochet : les leurres métalliques, que ce soit les cuillers tournantes ou ondulantes, les lames vibrantes, les spinners ou buzzbaits pour ne citer que les plus connus.

 

Les cuillers tournantes et spinners (et leurs homologues buzzbaits qui remplacent les palettes par une hélice) s’utilisent de la même façon : vous lancez, attendez qu’elles atteignent la bonne profondeur, puis vous ramenez doucement. L’ondulante peut aussi s’utiliser comme ça, mais avec elle vous pourrez aussi expérimenter des pauses ou des actions plus saccadées qui envoient des reflets.

Leurres souples

Pas chers, ultra polyvalents, des milliers de formes, couleurs et poids différents ; l’utilisation des leurres souples a littéralement explosé durant la dernière décennie en même temps que les leurres durs : tout le monde se souvient des premiers Twist !

 

3 grandes formes de leurres souples sont utilisées pour le brochet. Le shad possède une caudale en forme de « pelle » qui bat de gauche à droite en le ramenant, c’est le leurre souple qui déplace le plus d’eau. Il existe aussi une caudale en forme de « virgule »  qui s’anime à très basse vitesse, et ondule juste, c’est plus discret que le shad. Enfin les leurres finesses n’ont pas de caudale, ou alors une queue plate qui s’anime très peu, utilisés pour les pêches verticales ce qui est courant pour le sandre mais encore très peu répandu pour le brochet.

Pour les petits brochets, un shad ou virgule de 12 cm avec une tête plombée 4/0 sera idéal. Ensuite, pour sélectionner un peu et éviter les brochets non maillés vous pourrez monter progressivement jusqu’à un leurre de 25 cm pour une TP de 8/0.
A partir de 15 cm, il est fortement conseillé d’ajouter un hameçon triple sur le ventre du leurre, car le brochet aura plus tendance à attaquer au milieu et par-dessous que de gober le leurre entièrement. Le plus simple est d’acheter un stinger (bas de ligne équipé d’un hameçon triple) ou de le réaliser vous-même avec de la tresse en acier.

 

Les shad à palette

C’est un leurre hybride qui mérite une place à part dans les leurres à brochet, tellement il a réussi à prendre des poissons avec une utilisation ultra simple.
Ces leurres sont vendus prêt à l’emploi avec un triple sous le ventre, ils ont une forme de poisson souple et à la place de la queue, une palette métallique. Il se lance très facilement, reste en surface si vous ramenez vite ou, au contraire, peut aller chercher les brochets sur le fond si vous le laisser descendre.

L’animation typique consiste à donner un grand coup de scion pour faire décoller le leurre, et de le laisser retomber en surveillant la ligne car le brochet attaque souvent à ce moment. Vous pouvez aussi simplement lancer et ramener, cela reste très efficace.
Le Divinator est le représentant et bestseller des shads à palette mais d’autres marques ont repris le concept devant le succès du leurre de Biwaa.

 

le brochet aux Big baits

Depuis quelques années, certains bons résultats de pêcheurs officiant avec du matériel surdimensionné a donné envie et mis à la mode la pratique du « big bait » pour pêcher les poutres, les buches, les parpaings : bref les très très gros brochets ! Cela prend généralement en compte toute pêche avec un leurre dépassant 50 gr, et on ne sait pas encore la limite haute, avec des leurres atteignant 500/700 gr récemment ! Le passage en casting sera une quasi obligation pour pratiquer durablement le big bait.

On peut diviser cette pêche en deux grandes catégories : des poissons nageurs sans bavette (jerkbait) qui sont à manier avec des coups de scions brusques et des canne courtes. Et la pêche au swimbait avec des cannes plus longues, consistant à imiter un poisson nageant tranquillement en ligne droite, que ce soit avec des leurres durs ou souples.

 

 

Le Chasseur Français N°1142

Dans le numéro 1442 d’avril 2017 du Chasseur Français, la revue incontournable des chasseurs, pêcheurs, jardiniers et plus globalement des amoureux de la vie grandeur nature retrouvez entre autres :

– Le Gordon : un grand Setter
– Le piégeage devient)il professionnel ?
– Pigeons voyageurs : une passion de haut vol
– « Un dimanche à la chasse » ou la découverte de notre passion
– Leurres : proies ou ennemis ?
– Carpes : approchez-les !
– Truites au mort manié : les grosses se déchaînent !
– Anglaise : un pêche facile…

Mais aussi des rubriques essais et tests chasse (A5 One Sweet 16 de Browning) et pêche (Iron-T MH de Gunki), un dossier sur les frivoles et fascinantes morilles, pour ou contre le lierre, les dossiers jardinage et bien plus encore…

Le Gordon : un grand Setter

Retrouvez également le Chasseur Français sur sa page Facebook ainsi que directement sur son site internet qui fourmille d’infos et de vidéos !

La Pêche et les Poissons N°863

Dans le numéro 863 de la Pêche et les Poissons d’avril (cherchez bien il y a un poissons d’avril, sinon le sujet en question risque de faire grand bruit…), retrouvez en plus de vos rubriques habituelles :
– un dossier complet de Michel Tarragnat sur les noeuds d’attaches et de raccord
– mini rivière, maxi plaisir !
– la truite au toc
– le pagre (Pagrus pagrus), un poisson de sport
– boostez vos appâts à silures avec des attractants
– les secrets des champions belges de la pêche au coup
– du nouveau pour le float et bien plus encore…

Solidité, fiabilité et simplicité de réalisation : le hit-parade des boucles, noeuds simples, noeuds doublés et raccords tresse/nylon à découvrir dans le N° 863 de La Pêche et les Poissons…

Comment débuter en bigbait sans investissement ?

Pecheur
16 mars 2017

Le 3D Roach 18cm de Savage Gear est le leurre parfait pour débuter au big bait sans avoir forcément à acheter du matériel spécifique. Disponible en 5 couleurs dont les plus naturelles sont le gardon (01), le rotengle (02) ou la brème(03) ; le 3D Roach 18cm dispose de deux densités : 80g pour la version slow sinking ou 86g pour la version qui coule plus rapidement (modérate sink).
Équipé de l’ingénieux système Line Thru qui augmente le ratio touche/capture et qui évite au leurre de se déchirer pendant le combat grâce à l’ergot métal du
Line Thru Modifier qui permet de déporter l’hameçon sous le leurre.
Comme l’explique Numa dans la vidéo, vous pouvez remplacer le bas de ligne acier du 3D Roach par une pointe en Regenerator plus discret.

FishFriender

Pecheur
6 février 2017

Créé par deux jeunes français, FishFriender est un carnet de pêche sur smartphone, disponible gratuitement sur iPhone et Android. L’application vous permet d’enregistrer de manière simplifiée et très rapide chaque prise effectuée.
Pour être totalement franc, des tentatives de carnets de pêche virtuels se succèdent avec plus ou moins de réussite depuis quelques années mais FishFriender est à l’heure actuelle le carnet de pêche le plus abouti, facile à utiliser et avec des fonctionnalités vraiment poussées dont des données climatiques complètes intégrées automatiquement.

Le fonctionnement est très simple : vous pêchez un poisson, ouvrez l’application, prenez une photo du poisson (et accessoirement un mémo vocal pour vous rappeler du matériel utilisé) et votre capture est automatiquement enregistrée pour vous permettre de remettre rapidement le poisson à l’eau et surtout continuer à pêcher. Pendant ce temps, l’application récupère toutes les données environnementales de votre lieu de pêche géolocalisé : la météo, la température, le taux d’humidité dans l’air, le vent, la pression atmosphérique, les phases de la lune, les marées…
Le soir venu, vous pouvez reprendre chacune des photos de vos prises de la journée pour compléter les fiches de captures associées.

Fiche de capture détaillée :
Un des plus de FishFriender sont ses fiches de captures vraiment détaillées. Outres les données environnementales automatiquement enregistrées, vous pouvez identifier l’espèce de poisson d’eau douce et de mer (la liste est vraiment complète et ne se contente pas des poissons communément rencontrés), la technique de pêche, le poids et la longueur, la durée du combat, si le poisson à été relâché et un champ libre pour noter des observations. Vous pouvez également affiner la géolocalisation automatique du lieu de pêche déjà très précise (pour les maniaques qui veulent retrouver au mètre près leur spot de pêche) et surtout indiquer le matériel utilisé !
En effet FishFriender intègre une base de données de matériel qui s’agrandit de jour en jour et que vous pouvez compléter vous-mêmes. Vous pouvez ainsi constituer votre « boîte de pêche numérique » et indiquer pour chaque prise avec quel leurre, canne et moulinet vous avez pris le poisson, ce afin de déterminer quel équipement fonctionne le mieux en fonction des espèces, lieux, saisons et conditions météo.
Pour chaque prise, vous avez accès non seulement aux données météo au moment de la prise, mais également à l’évolution de la température, de la pression atmosphérique et des marées sur l’ensemble de la journée.

Vous pouvez ainsi accéder à l’historique de toutes vos prises, les visualiser dans votre carte de pêche soit en mode liste, soit en mode carte et analyser ainsi les conditions les plus propices à de meilleures prises.

 

Social fisher
FishFriender comprend également une partie sociale.  Vous pouvez poster vos captures avec ou sans géolocalisation (n’ayez crainte, l’emplacement de vos spots de pêche reste caché, à moins que vous n’en décidiez autrement), suivre vos amis, admirer leurs prises, équipement et techniques préférés !

L’application n’en est qu’à ses débuts : les créateurs travaillent déjà sur de nouvelles fonctionnalités, notamment l’analyse de votre carnet de pêche pour vous conseiller les meilleurs moments / matériels pour aller pêcher, en se basant sur votre historique et vos habitudes.
Ils projètent également de créer des systèmes de comparaison / concours entre pêcheurs, afin de savoir enfin qui est le meilleur de la bande d’amis !

N’hésitez pas à la tester, pour rappel, c’est entièrement gratuit !

La pêche et les Poisson N°861

Dans le numéro de février 2017 ( N°861) de la Pêche et les Poissons, retrouvez un dossier complet sur les moulinets casting (indispensable pour les pêcheurs qui veulent franchir le pas), un article sur l’impact réel du silure (nous vous conseillons également de lire les études scientifiques sur sa prédation), un article sur les leurres ultraviolets, la truite aux leurres souples, les amorces à feeder, le perche au coup  et bien plus encore…